Un 13 janvier contre Francken et pour les réfugiés

Le 16 janvier 2018 publié dans Frères humains Lydia Magnoni, Thierry Verhoeven


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Samedi 13 janvier à Bruxelles, plus de 7 000 personnes ont manifesté leur solidarité avec les réfugiés et pour demander la démission de Théo Francken, secrétaire d'Etat à l'asile et aux migrations du gouvernement belge.

Un réfugié venu du Soudan a été renvoyé de Belgique au Soudan où il a été torturé. Théo Francken est le secrétaire d'Etat à l'asile et aux migrations, donc responsable des expulsions de réfugiés. On dénonce sur cette banderole "son populisme violent". Autrement dit, montrer une certaine violence sur la question des réfugiés pour plaire à une partie de la population.

Dans cette affaire, Théo Francken a menti à son Premier ministre et aux parlementaires. D'où la phrase : "Vérité torturée, dignité assassinée" qui rappelle le mensonge et la torture du réfugié soudanais dans son pays.

Pour les manifestants, le gouvernement ne respecte pas toujours la dignité des migrants. Il y a aussi le jeu de mots "Gouver Tu Mens !" pour rappeler le mensonge de Francken.

"Ordre de quitter le gouvernement" rappelle "l'ordre de quitter le territoire" quand on refuse officiellement un demandeur d'asile. En anglais, il est écrit aussi de ne pas renvoyer les Afghans en Afghanistan, leur pays d'origine où ils risquent d'être maltraités.

La manifestation n'était pas seulement contre Théo Francken, elle était aussi pour une politique plus accueillante envers les réfugiés. Cette affiche qui représente des enfants réfugiés avec ce slogan en anglais : "Nous ne sommes pas dangereux, nous sommes en danger".

Les chefs d'Etat du monde sont dans un canot comme les réfugiés qui essaient de traverser la Méditerranée. Dans l'eau, Bart de Wever, le président de la NVA, le parti de Théo Francken. Une image pour dire qu'il faut jeter le parti de Théo Francken en dehors du gouvernement. Pour rappeler aussi que la politique envers les réfugiés concerne l'Union européenne et tous les pays, pas seulement la Belgique.

Les syndicats FGTB et CSC appelaient à manifester le 13 janvier comme le montre cette affiche. Il y avait beaucoup d'autres associations dans cette manifestation du 13 janvier.

L'UPJB est présente à chaque manifestation de soutien aux réfugiés. Une solidarité qui rappelle aussi que, dans l'histoire, les Juifs ont souvent dû fuir et se réfugier quelque part pour échapper à la mort...

Une petite pancarte qui montre bien l'état d'esprit des manifestants du 13 janvier : hospitalité pour les réfugiés et lutte contre une politique qu'ils disent inhumaine envers les réfugiés.

Message d'amour et de résistance encore. Et une pancarte pour dénoncer la fermeture des frontières de l'Union européenne qui empêche la liberté de circulation et provoque la mort de migrants.

L’exercice

Et sa correction

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, les femmes subissent plus de violences que les hommes

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de