Des citoyens font la « Transition »

Céline Teret

 Cahiers  Des lendemains qui chantent
Le 28 janvier 2017 |  Lydia Magnoni

Il existe plus de 4 000 initiatives appelées « Transition » dans 50 pays du monde, dont près de 140 en Belgique. Ce sont des citoyens qui agissent dans leur quartier ou leur ville. Leur but : vivre et consommer autrement pour être plus écologique.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

La première Initiative de Transition est née en 2006 dans la petite ville de Totnes, en Grande Bretagne. Elle a été lancée par l’anglais Rob Hopkins, un enseignant, auteur du livre Manuel de la Transition. Très vite, d’autres initiatives sont nées, dans d’autres villes, puis dans de nombreux pays. Aujourd’hui, il y a environ 4 000 Initiatives de Transition dans le monde (dont 140 en Belgique).

Des citoyens mènent ces initiatives dans leur quartier, leur village, leur ville. Ces citoyens se rassemblent avec la même envie de « changer les choses », de trouver des solutions concrètes aux crises environnementales, sociales et économiques. Et de plus en plus de citoyens semblent s’y intéresser. En effet, en 2016, le nombre d’Initiatives à Bruxelles et en Wallonie a doublé en seulement une année, notamment suite au succès du documentaire Demain.

C’est quoi la Transition ?

Le mouvement « en Transition » part d’un constat. Pour produire notre nourriture et les objets du quotidien, pour nous chauffer, pour nous déplacer, nous utilisons les énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole). Or, des scientifiques annoncent que très bientôt, il n’y aura plus assez de pétrole pour continuer à consommer de cette manière. C’est ce qu’on appelle le « pic pétrolier ».
De plus, notre façon de vivre augmente la pollution, et dérègle le climat : c’est ce qu’on appelle le changement climatique. En effet, nous polluons et nous émettons du CO2 quand nous produisons consommons, transportons les objets de notre quotidien, et que nous éliminons les déchets. Et ces émissions de CO2 sont la cause des changements de climat.

Trouver d’autres solutions

L’idée du mouvement « en Transition » est donc de trouver des solutions pour que nous dépendions moins du pétrole et pour diminuer notre influence négative sur le climat. Le mot « transition » signifie « passer d’un état à un autre ». L’idée de ce mouvement de citoyens est donc bien de se défaire de la dépendance au pétrole pour se diriger vers des modes de vie plus agréables, plus respectueux de l’environnement et plus « résilients ». Et pour y parvenir, des citoyens se mettent ensemble pour construire des projets concrets à l’échelle « locale », donc proches de chez eux. Ce sont les « Initiatives en Transition », auparavant appelées Villes ou Villages en Transition.

Que font les Initiatives en Transition ?

Ce que font ces citoyens réunis dans une « Initiative de Transition » varie d’un endroit à l’autre. Les actions sont toujours locales, créatives, positives, conviviales et ouvertes à tous.

Beaucoup de projets concernent l’alimentation. Par exemple, des citoyens créent des potagers collectifs pour les habitants d’un quartier. Certains groupes développent aussi des projets qui favorisent les « circuits courts » : les consommateurs achètent donc directement leurs produits à des petits producteurs locaux.
Il y a aussi des Repair’Cafés, des endroits où des citoyens aident d’autres citoyens à réparer leurs appareils et objets cassés ou défectueux. Cela permet non seulement de ne pas jeter trop d’objets (et donc, d’éviter les déchets) mais aussi de ne pas en racheter des nouveaux (et donc, de moins consommer et de faire des économies).

En certains endroits, des systèmes de co-voiturage sont créés : les gens s’organisent pour se déplacer à plusieurs dans une seule voiture.
Différents ateliers sont aussi organisés : tricot, couture, cuisine, jardinage… Et aussi des conférences, des cinés-débats, des tables de discussion. Ces activités sont souvent gratuites ou ne coûtent presque rien, ainsi que le prévoit le mouvement de Transition.

Mais surtout, toutes ces actions permettent de recréer du lien entre les habitants d’un même quartier. Ils apprennent ainsi à se connaître et sont moins isolés. Le mouvement de Transition encourage la solidarité , alors que dans notre société, nous avons malheureusement tendance à nous refermer sur nous-mêmes.
Chacun peut participer aux actions d’une Initiative de Transition ou même en créer une nouvelle.

Si vous souhaitez découvrir une Initiative de Transition proche de chez vous, le Réseau Transition coordonne le mouvement en Belgique francophone.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Le succès de Demain
Le succès de Demain
Le 27 janvier 2017
Il y a un an d’ici, sortait le documentaire Demain. En France, en Belgique et dans 25 autres...
Il était une fois d’Incroyables Comestibles…
Il était une fois d’Incroyables Comestibles…
Le 14 février 2017
Un bac de légumes en rue, des plantes aromatiques au milieu d’une place, des petits arbres...
Des associations militent pour le climat
Des associations militent pour le climat
Le 21 février 2017
Beaucoup d’organisations internationales et d’associations luttent depuis longtemps pour la...
Préparer demain et sauvegarder l’environnement ?
Préparer demain et sauvegarder l’environnement ?
Le 6 novembre 2016
Préparer demain et sauvegarder l’environnement ? Jean y travaille depuis longtemps. Il est...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de