Un bug dans les élections


 Cahiers  Une, deux, trois... élections
Le 13 juin 2014 | Mise en ligne : Thierry Verhoeven

On avait beaucoup parlé du bug informatique de l’an 2000. Un bug qui finalement n’a pas eu lieu. Mais en Belgique, on parlera sans doute encore bien plus longtemps du bug des élections du 25 mai 2014. Celui–là est bien réel et a perturbé les dernières élections.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Voir en bas d’articles des ressources pour alimenter le débat sur le vote électronique

L’ordinateur prend de plus en plus de place dans notre vie quotidienne. De plus en plus d’activités qui demandaient du papier et un crayon se passent désormais par ordinateur. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes lisent le journal, reçoivent leurs factures ou remplissent leur déclaration d’impôts en appuyant simplement sur un clavier ou un écran tactile.
Pourquoi ne pas utiliser l’ordinateur aussi pour voter ? C’est pratique. On évite le comptage et le dépouillement. Et dès la fin du vote, on a tout de suite les résultats.
Le vote électronique a été expérimenté pour la première fois en Belgique en 1991 dans deux cantons électoraux. En 1994, plus de 20 % des électeurs ont voté avec des cartes magnétiques. En 1999, 44 % des électeurs ont voté électroniquement. On a continué à voter électroniquement à toutes les élections depuis. Mais le vote automatisé reste limité aux mêmes bureaux.
Aux élections du 25 mai 2014 aussi, on votait donc par ordinateur dans plusieurs bureaux de Belgique. Et dans certains des bureaux de vote électronique, à Bruxelles et en Wallonie, les choses ne se sont pas bien passées. Tout semblait normal pendant les opérations de vote, mais au dépouillement, le programme a détecté des erreurs dans le comptage de votes de préférence. Il a donc rejeté des disquettes. Résultat, il a fallu un dépannage de l’administration du ministère de l’Intérieur. Et certains votes ont été annulés.

Un problème technique

Ce n’était pourtant pas la première fois qu’on votait par ordinateur. Et le programme utilisé avait été testé et approuvé par un organisme d’avis indépendant. Pourquoi ce problème alors ? Plusieurs personnes disent que dans les cantons où il y a eu des problèmes, le logiciel utilisé n’avait pas été modernisé. On y utilisait encore un vieux système de vote électronique (avec des cartes magnétiques et des disquettes). Ce logiciel ancien n’a peut-être pas pu traiter le nombre d’informations à gérer. Le 25 mai, en effet, il y avait 3 élections en même temps. (Et même quatre à Bruxelles puisque les électeurs bruxellois pouvaient voter pour le parlement flamand).
Reste que tout ça ne fait pas très sérieux dans un pays démocratique…

Un gros problème démocratique

Car le problème est aussi démocratique. Comment peut-on être sûr que les résultats sont corrects ? Comment un citoyen peut–il contrôler ces machines à voter ? Qui contrôle ces machines ? Seulement des informaticiens ? Suite à ces problèmes, le ministère de l’Intérieur a en effet dû intervenir avec la firme qui a développé le programme. "Le sort du résultat des élections est entre les mains de techniciens et totalement hors du contrôle des citoyens", dénonçait Michel Staszewski, un membre d’une association de citoyens. Beaucoup de chercheurs en informatique affirment que les ordinateurs de vote rendent les votes, invérifiables et il peut y avoir des fraudes.

Retour au vote papier ?

Suite au problème, plusieurs recours ont été déposés. Et on a aussi remis en cause le vote électronique. Plusieurs responsables politiques voudraient revenir au vote papier. Et ils ne sont pas les seuls. Beaucoup de citoyens et d’associations sont du même avis.
Une association de citoyens, PourEva, conteste les systèmes de vote automatisé qui sont utilisés actuellement en Belgique. Dans cette association, il y a beaucoup d’informaticiens, qui connaissent bien les dangers des systèmes de vote et de dépouillement utilisés actuellement en Belgique. PourEva veut rendre le vote électronique plus sûr ou alors revenir au vote papier. Parce que les systèmes de vote électronique actuels ne permettent pas aux électeurs de contrôler les élections.

Quelques ressources pour alimenter le débat sur le vote électronique

Le vote électronique pose des problèmes dans d’autres pays que la Belgique. En 2007, en France, des opposants au vote électronique avaient même composé une chanson sur ce thème.

Ecouter la chanson "C’est nous les dépouillés"

Les paroles
Auteurs : Jerôme Jacob, Chiantal

Et même le fichier word des paroles

Comment voter de façon électronique ? Le clip


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Vous pensez que Mai 68

Clôture du précédent sondage "Sondage du cahier Le pouvoir des mots", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2018 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de