4 cartes pour gagner


 Cahiers  Pauvre de nous !
Le 1er mars 2009 | |  2 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

La Belgique est un pays riche. Et pourtant, un habitant sur sept est pauvre. Chez nous, on considère comme pauvre une personne seule avec un revenu de 860 euros par mois. Ou encore une famille composée de 2 adultes et 2 enfants avec moins de 1 800 euros par mois. Les personnes les plus touchées par la pauvreté ? Les familles monoparentales et les personnes de plus de 65 ans.
Un revenu insuffisant, cela signifie des difficultés à se nourrir, à s’habiller et à se chauffer correctement. Cela veut souvent dire aussi un logement insalubre, des problèmes de santé et de solitude, des difficultés à trouver un emploi, à envoyer les enfants à l’école…

En un mot, la pauvreté, c’est la négation des droits humains fondamentaux.

Dans les communes, Régions, Communautés ainsi qu’au niveau fédéral, on prend depuis quelque temps déjà des initiatives pour lutter contre la pauvreté. Il y a aussi des organisations, des associations actives dans ce domaine.

Mais pour améliorer les résultats de toutes ces actions, il faut une véritable politique concertée axée sur la pauvreté. Un ministère de l’Intégration, un Secrétariat d’Etat à la lutte contre la pauvreté ont été créés. Et un Plan fédéral de Lutte contre la Pauvreté a été mis en route. Ce Plan s’appuie sur une collaboration étroite entre tous les ministres. Chacun d’entre eux doit apporter sa pierre pour réduire la pauvreté dans notre pays.

Pour gagner la bataille contre la pauvreté, le Plan fédéral s’appuie sur quatre atouts.

1. Un baromètre interfédéral de la pauvreté
La ministre de l’Intégration sociale et le Secrétaire d’Etat à la lutte contre la pauvreté ont mis en place cet outil pour mesurer les progrès de la lutte contre la pauvreté dans notre pays.

2. Un vrai dialogue avec les pauvres eux-mêmes
Le Plan s’appuie sur la participation des pauvres eux-mêmes. Dans toutes les régions de Belgique, les pauvres ont la parole dans de nombreuses associations, regroupées en réseau. En Flandre, c’est le Vlaams Netwerk van Verenigingen waar armen het woord nemen. En Wallonie, c’est le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté. Et à Bruxelles, il y a le Forum bruxellois de lutte contre la pauvreté. Ces trois réseaux régionaux ont créé le Réseau belge où les pauvres prennent la parole. D’autres associations existent aussi à côté de celles des réseaux. De plus, des « experts du vécu » ont été engagés au sein de diverses administrations. Ces personnes ont elles-mêmes connu la pauvreté. Elles font le lien avec les gens qui vivent dans la pauvreté. Elles formulent des conseils pour améliorer la communication et rendre l’information plus accessible.

3. La mobilisation de tous
Un accord de collaboration a été conclu entre les différents gouvernements de notre pays pour harmoniser les mesures et les renforcer. On a mis sur pied la Conférence Interministérielle où tous les ministres se concertent. Et on a créé le Service de Lutte contre la Pauvreté, la précarité   et l’exclusion sociale pour favoriser la synergie entre les différents niveaux de pouvoir. Il organise aussi la concertation avec les différentes administrations, les CPAS  , les communes, les provinces et les associations.

4. L’Europe,partenaire de la lutte contre la pauvreté
La Belgique assumera la présidence de l’Union européenne en 2010. Et 2010 sera également l’année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. C’est une occasion de ramener au premier plan la lutte contre la pauvreté. En effet, la Belgique est pionnière en la matière. La méthode du dialogue que la Fondation Roi Baudouin a utilisé pour réaliser le rapport général sur la pauvreté en Europe, avait été considérée à l’époque comme « best practice ». C’était aussi la Belgique qui, en 2001, avait commencé à organiser chaque année une rencontre européenne entre gens qui vivent dans la pauvreté. Cela se poursuit.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • mounadile kawtar

    Le 11 novembre 2009 à 21:10

    débattre la puavreté est l’aimable mère de la rennaissance d’ésprit de l’homme

    Répondre à ce message

  • mounadil kawtar

    Le 11 novembre 2009 à 21:09

    débattre la puvreté est l’aimable mère de la rennaissance d’ésprit de l’homme

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de