Nucléaire, les Japonais refroidis


 Cahiers  Débats énergiques autour de l’énergie
Le 30 mars 2012 | |  2 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Le 26 mars, le Japon a arrêté son avant-dernier réacteur nucléaire. Et en mai, le dernier réacteur du pays sera arrêté. Depuis l’explosion de la centrale nucléaire de Fukushima, le Japon a stoppé ses 54 réacteurs nucléaires les uns après les autres. On arrête les réacteurs pour faire l’entretien et surtout pour faire de nouveaux tests de résistance en cas de catastrophes naturelles. Certains au moins devraient redémarrer mais on se sait pas quand. Car depuis l’accident nucléaire de Fukushima, beaucoup de Japonais s’opposent à l’énergie nucléaire.

Le 11 mars 2011, un tremblement de terre et un tsunami ont provoqué l’explosion de la centrale nucléaire de Fukushima. L’accident a été très grave. Beaucoup de radioactivité s’est échappée dans l’atmosphère. Et un an plus tard, la situation n’est pas encore redevenue normale. Loin de là. Les réacteurs de Fukushima ne fonctionnent plus depuis l’explosion mais les matières dans le réacteur continuent à être radioactives. On les refroidit depuis un an pour éviter un nouvel accident. Une zone de 20 km autour de la centrale est toujours interdite à cause des fortes radiations.

Obscurité

Et au-delà de ces 20 km, d’autres zones sont très contaminées. Environ 1 million de personnes vivent encore dans ces zones. Par exemple, à Fukushima City. C’est une des villes principales de la région de Fukushima. Elle se trouve à 60 km de la centrale. Un an après l’accident, la radioactivité y est encore de 20 à 100 fois supérieure à la dose admise. Ceux qui déménagent ont beaucoup de mal à s’intégrer dans une autre région. Les habitants se méfient des personnes qui viennent de Fukushima. A l’école, les enfants sont isolés comme s’ils avaient la peste.

Les habitants plus pauvres qui voudraient quitter la région vivent dans l’angoisse et se sentent pris au piège. L’Etat ne leur donne aucune aide financière pour déménager. Et beaucoup de citoyens pensent que l’Etat japonais ne contrôle pas assez les radiations. Des habitants se sont d’ailleurs organisés pour mesurer eux-mêmes la radioactivité dans les quartiers de la ville.

Depuis l’accident de Fukushima, beaucoup de Japonais ne font donc plus confiance au gouvernement et à l’Etat sur la question de la sécurité nucléaire. Ils reprochent beaucoup de choses au gouvernement et à l’entreprise privée Tepco, propriétaire de la centrale de Fukushima. En effet, le gouvernement et Tepco n’ont pas assez mesuré le danger et ont même caché des informations.

Faire la lumière

Quinze jours après l’accident, le 27 mars 2011, l’association écologiste Greenpeace a mesuré la radioactivité dans le village d’Itate à 40 km de Fukushima. La dose de radioactivité était 400 fois plus élevée que la dose normale. Greenpeace a demandé au gouvernement d’évacuer la population. L’agence de sûreté nucléaire japonaise a répondu que la dose n’était pas assez élevée pour évacuer. Le 8 avril, c’est la municipalité de la ville qui a décidé d’évacuer les femmes enceintes et les enfants. Et c’est seulement le 10 avril que le gouvernement a évacué tous les habitants d’Itate et de 5 autres villes de la région.

Selon un sondage, 4 Japonais sur 5 sont pour l’arrêt définitif de toutes les centrales nucléaires. Le gouvernement est donc devenu très prudent sur le redémarrage des réacteurs nucléaires du pays. En principe, beaucoup de réacteurs devraient redémarrer après avoir été vérifiés. Mais on ne sait pas quand car les autorités locales doivent d’abord donner leur accord et les habitants sont évidemment très méfiants. On les comprend. Le Japon développe d’ailleurs encore plus qu’avant les énergies renouvelables et favorise les économies d’énergie en particulier dans l’industrie.

Thierry Verhoeven

Pour mieux comprendre les effets de la catastrophe nucléaire

Un webdocumentaire de France 24 avec images et textes courts : http://webdoc.france24.com/
fukushima/index.html#/menufukushimavoyageenzoneinterdite

« Récits de Fukushima » : huit petits films, témoignages poignants
http://www.rue89.com/rue89-planete/2012/03/10/recits-de-fukushima-huit-temoignages-poignants-230020?page=1


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • dupont

    Le 26 avril 2012 à 20:02

    on va recouvrir tchernobyl
    Vous avez vu Combien çà coûte !

    Répondre à ce message

  • dupont

    Le 17 avril 2012 à 09:19

    Les Japonnais sont refroidis et Sarko est plutôt réchauffé.Il faudrait construire une petite centrale dans la cour de l’Elysée ,on y a bien planté une tente pour recevoir le fou Kadafi.

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


En Belgique, un adulte sur dix ne maitrise pas ou mal la langue :

Clôture du précédent sondage "Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?", pour voir l'analyse cliquez ici

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de