La vie des mineurs : travailler vite et beaucoup

Stagiaires du groupe A5 de la FUNOC

 Cahiers  Arrivés ici  Accompagnement pédagogique
Le 27 avril 2015 |  Lydia Magnoni

Dès le 12ème siècle, on a découvert du charbon dans la région de Charleroi. Le charbon était à la base de l’industrie parce qu’on ne parlait pas encore de pétrole.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

En visitant le site du Bois du Cazier, on se rend compte de la difficulté du métier de mineur. La guide nous explique la vie des mineurs et les conditions de travail. On reste sans voix : le noir, le manque d’air, la poussière, etc. Ils passent jusqu’à 12 h en dessous de la terre. Les femmes sont au triage du charbon, les enfants travaillent dans la mine, là où les hommes ne savent pas passer.

On nous explique que la vie était dure aussi après la journée de travail. Les salaires sont très bas. Les mineurs sont mal logés dans des baraques en tôle sans confort ni hygiène. Ces maisons appartenaient aux dirigeants de la mine. Si le mineur perdait son travail, il perdait aussi son logement.

A Marcinelle, le 8 août 1956, c’est une journée qui a changé la vie des mineurs. Au fond de la mine, un wagonnet mal placé a arraché une poutre en bois. Celui-ci a cassé la conduite d’huile et les câbles électriques : le feu s’est rapidement communiqué à toute la mine. L’incendie a causé la mort de 262 personnes de 12 nationalités différentes, dont 136 Italiens.
Après l’accident, le charbonnage a continué à fonctionner pendant 10 ans.

Depuis 2012, le site du Bois du Cazier est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

Les apprenants du groupe alpha 5

Bangoura M’Balou, Belhassane Dalila, Boudhanne Abdelkarim, Bourgeois Daniel, Elkaf Latifa, Hamadi Malika, Hammia Reda, Ihalouben Riad, Piacenti Mendez, Presta Roberta, Sadiku Arben, Verfaillie Stéphanie, Younes Fethi, Zeler Oana Georgina, Zirar Ghislaine.

Leurs formatrices

Marie-Christine Leroy et Pascale Mathy.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de