Paroles d’illettrisme

Nicolas Simon

 Cahiers  Alphabétisation, un droit pour tous
Le 10 septembre 2015 |  Lydia Magnoni

Il y a environ 10% d’analphabètes dans les pays « riches » : 1 personne sur 10. Mais qui sont-ils ces analphabètes qui vivent parmi nous et que l’on ne voit pas ? Comment se débrouillent-ils dans la vie ? Que vivent-ils ? Comment essaient-ils de s’en sortir ? Paroles d’illettrisme, une bande dessinée donne quelques réponses à ces questions…


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Paroles d’illettrisme est une bande dessinée écrite par 9 auteurs différents. Ils ont traduit en mots et en dessins des témoignages de personnes qui ont des difficultés avec la lecture et l’écriture. Elles s’appellent Zahia, Maxime, Amar, Patrick, Ronny, Sylvie, Bonheur, Marcel… Elles sont nées en Belgique ou sont venues de l’étranger…
Ces personnes racontent leur histoire. Des histoires très différentes mais qui ont des points communs. Toutes ces personnes analphabètes, illettrées se sont senties différentes, à part.

Négligence, violence

Dans ces témoignages, on parle parfois d’humiliation…
« Les maîtres, ils s’occupaient seulement des enfants motivés… et de ceux qui avaient les sous pour continuer les études… » « Lire, ça avait l’air facile pour tous les autres, pourquoi ça ne l’était pas pour moi, hein ? Au moins à la maison, il n’y avait pas tous ces gens pour se moquer de moi…  »

D’autres témoignages parlent de négligence…
« Durant mon enfance, j’ai pas vu beaucoup l’école et ça ne m’a pas vraiment manqué. Aujourd’hui, oui, un peu ! Parce que j’ai des choses à dire et j’aimerais pouvoir les écrire. »

Paroles d’illettrisme montre aussi que l’illettrisme est un handicap social.
Beaucoup racontent les petits boulots sous-qualifiés et mal payés !
« En plus quand tu as pas les diplômes, tu fais que des petits boulots et à chaque fois , faut recommencer à remplir ces foutus papiers, les mêmes à chaque fois… » « Quand j’ai eu douze ans, maman m’a trouvé du travail chez des gens à Constantine. Chez eux, je faisais tout. Je n’étais même pas payée pour tout ce travail. On me donnait juste à manger »

et honte…

On ne reconnaît pas toujours facilement quelqu’un qui a de grosses difficultés avec la lecture et l’écriture. Dans ces témoignages, on « reconnaît » parfois un signe, une personne que l’on a connu et parfois aidé.
Les analphabètes préfèrent en effet souvent souffrir en silence. Parfois, quand ils doivent remplir un papier, ils avouent leurs difficultés du bout des lèvres …
« Tu peux m’aider ? J’ai ce dossier d’embauche qu’il faut compléter. », demande Amar à un ami. Difficile en effet de dire que l’on ne sait ni lire ni écrire et parfois compter.
On se sent bien seul face à cela. On en a honte…

Vaincre sa honte, pousser la porte

Vaincre sa honte, c’est pourtant le premier pas vers une solution pour se sentir mieux.
Car il y a des solutions pour s’en sortir. Il y a des gens qui veulent aider, des formations. Même s’il n’y en a pas assez.
Mais c’est difficile de vaincre sa honte pour se rendre dans un centre de formation. On se sent tout petit. On a peur de vivre encore une humiliation. « C’est ma fille qui a insisté pour que je trouve des gens pour m’aider. C’est comme ça que je suis venue à l’association Lire et Ecrire  »

Mais en fin de compte, on se retrouve avec d’autres qui eux aussi veulent s’en sortir. Là on se sent tout de suite moins seul. On reprend confiance…
« Ce n’est pas facile pour moi, j’ai tellement de retard », dit Sylvie qui ajoute « J’ai envie d’y arriver… Pour Zoé, ma fille. »

Paroles d’Illettrisme est une bande dessinée pleine de sensibilité, d’intelligence. Elle aborde le sujet de l’analphabétisme sans naïveté et sans fausse compassion. La réalité qu’elle décrit est terriblement violente. En effet, l’analphabétisme, c’est aussi souvent accompagné de misère économique.

Paroles d’illettrisme

Luc Brunschwig, Laurent Astier, Bandini, Brüno, Benjamin Flao, Simon Hureau, Ralph Meyer, Phicil, Eddy Vaccaro

Association BD Boum
Editions Futuropolis


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’alpha
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’alpha
Le 9 septembre 2015
Qui sont les analphabètes ? Combien y-en-a-t-il en Belgique ? Comment peut-on repérer qu’une...
Des projets plein la tête !
Des projets plein la tête !
Le 7 septembre 2015
Ce matin, dans le groupe Alpha 2, ils sont douze. Mariama, d’origine guinéenne, n’a pas eu la...
Les gens qui ne savent ni lire ni écrire ? <br>Des débrouillards !
Les gens qui ne savent ni lire ni écrire ?
Des débrouillards !
Le 9 septembre 2015
Que pensez-vous des personnes qui ne savent ni lire ni écrire ? La question est posée par un...
De fiers ambassadeurs du français
De fiers ambassadeurs du français
Le 9 septembre 2015
Ils s’appellent Alican, Mimoun, Fati, Hamid, Redouane, Awa, Irjanit, Maria, Raphaël. Ils...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de