J’ai assuré et j’essaie d’assurer

Sylvia Decot

 Cahiers  Alphabétisation, un droit pour tous
Le 7 septembre 2015 |  Lydia Magnoni

J’ai suivi une formation en psychopédagogie  . Mais comme je ne trouvais rien dans ma branche, j’ai travaillé dans les assurances grâce à un ami. Je pensais y rester seulement quelques mois, le temps de trouver autre chose. Pour finir, j’y suis restée 13 ans.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Pendant mes années dans les assurances, j’ai occupé des postes différents : la production, la gestion des dossiers décès, la gestion des clients, le recrutement. Je donnais une formation aux nouveaux employés et je faisais leur suivi. C’est ce que je préférais.

Licenciement brutal

En septembre 2013, coup de massue : restructuration économique et licenciement collectif. La panique et le désarroi t’envahissent. Une impression de fin du monde. Et puis tu relativises …

Il m’a fallu six mois pour encaisser : j’étais tellement déçue que je ne voulais plus retourner dans le secteur des assurances. Mais en février 2014, je me suis enfin sentie prête à retourner sur le chemin du travail.

Retour aux sources

Ce que j’aimais le plus dans mon ancien boulot, c’était de former les nouveaux employés. J’aime partager des connaissances et des expériences. C’est cela qui m’a donné l’envie de me reconvertir en formatrice pour adultes. J’ai postulé dans l’alphabétisation.

Tout a été très vite pour moi. Quinze jours après ma demande, j’ai commencé par un stage d’observation. Puis, peu après, j’ai remplacé une formatrice absente. Cela devait durer 15 jours.

Rendre le cours agréable et vivant

Finalement, après presque 1 an et demi, je suis toujours formatrice en alphabétisation. Et aujourd’hui, je me dis que mon licenciement est une des meilleures choses qui ait pu m’arriver !

Au niveau de ma pratique, je prends toutes les informations et conseils que je peux récolter autour de moi (collègues, livres, formations, internet,…). Je les remets à ma sauce et les adapte en fonction du public que j’ai devant moi.

Je n’aime pas trop la routine. J’utilise différentes méthodes pour donner cours. Je fais du collectif, de l’individuel. Je pars du quotidien des apprenants ou de documents,… J’essaie d’innover au maximum afin de rendre le cours agréable et vivant.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Des projets plein la tête !
Des projets plein la tête !
Le 7 septembre 2015
Ce matin, dans le groupe Alpha 2, ils sont douze. Mariama, d’origine guinéenne, n’a pas eu la...
De fiers ambassadeurs du français
De fiers ambassadeurs du français
Le 9 septembre 2015
Ils s’appellent Alican, Mimoun, Fati, Hamid, Redouane, Awa, Irjanit, Maria, Raphaël. Ils...
Paroles d’illettrisme
Paroles d’illettrisme
Le 10 septembre 2015
Il y a environ 10% d’analphabètes dans les pays « riches » : 1 personne sur 10. Mais qui sont-ils...
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’alpha
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’alpha
Le 9 septembre 2015
Qui sont les analphabètes ? Combien y-en-a-t-il en Belgique ? Comment peut-on repérer qu’une...

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de