Climat, les étudiants nous font la leçon


Les responsables politiques font de grandes et belles déclarations pour sauver le climat, mais ils ne font pas grand-chose. Alors ? Alors, des grandes associations de défense de l’environnement organisent depuis plusieurs années des manifestations et des grandes marches pour l’environnement. Il y en a eu beaucoup en 2018. Il y a eu aussi beaucoup d’initiatives d’individus, de citoyens qui se sont bougés et se bougent pour le climat. Quelques exemples d’actions.


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Il y a plus de 30 ans, des responsables politiques alertés par des scientifiques et des citoyens s’inquiètent du réchauffement climatique. En 1988, les Nations unies créent le GIEC GIEC Abréviation de Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat . Ces spécialistes ont remis 5 rapports qui expliquent que les activités industrielles et humaines provoquent un réchauffement climatique. Et pour éviter des catastrophes sur la planète, il faut limiter le réchauffement à 1,5 degré d’ici la fin du siècle, 2100 !

Une Suédoise de 15 ans

Greta Thunberg, une jeune suédoise de 15 ans manifeste régulièrement devant le parlement de Suède. Invitée en décembre au sommet de l’ONU ONU Organisation des Nations unies, presque tous les Etats du monde sont à l’ONU. L’ONU a été créée pour défendre le droit international, la sécurité et la paix. sur les changements du climat, elle déclarait : « La biosphère est sacrifiée pour que certains puissent vivre de manière luxueuse. C’est la souffrance de nombreuses personnes qui paie le luxe de quelques autres. Si les solutions au sein de ce système sont impossibles à trouver, alors nous devons changer de système. »

Fin janvier à Davos en Suisse, elle déclare devant des responsables politiques et des dirigeants des grandes entreprises du monde entier : « La solution est si simple que même un petit enfant peut la comprendre : nous devons stopper les émissions de gaz à effet de serre. Certains disent qu’il ne faut pas prendre la voie de l’activisme, que nous devrions laisser cela aux politiciens et juste voter pour des changements. Mais que faire quand il n’y a pas de volonté politique ? Que faire quand les politiques nécessaires ne sont mises en œuvre nulle part ? Je veux que vous paniquiez. Je veux que vous ressentiez la peur que je ressens tous les jours. Et je veux que vous agissiez. Je veux que vous agissiez comme si la maison était en feu. Car c’est le cas. » Greta Thunberg appelle les jeunes à brosser les cours de temps en temps pour manifester pour le climat. Et ça marche. Par exemple, en Belgique.

En Belgique, les étudiants

Deux jeunes étudiantes flamandes appellent, sur Facebook, les élèves à sécher les cours pour manifester pour le climat. Résultat ? Le jeudi 10 janvier, ils sont plus de 3 000 jeunes dans la rue plutôt qu’à l’école. Le jeudi 17 janvier, ils sont plus de 12 500 élèves à manifester avec comme grand slogan slogan phrase courte et frappante pour défendre une idée, une opinion. « La jeunesse pour le climat », Youth for the climate en anglais.
Ce sont d’abord des élèves flamands qui ont lancé la manifestation, ils ont été vite rejoints par les francophones. Anuna De Wever, une des jeunes élèves qui a lancé la manifestation a déclaré : « Si nous continuons de la sorte cela peut vraiment devenir international et ce serait génial. Nous essayons maintenant de faire le plus possible de messages et de campagnes aussi en anglais, afin que tout le monde en Belgique et à l’étranger puisse dire : nous participons, allons-y ! »

Faire la leçon

Et c’est parti ! Le jeudi 24 janvier, 40 000 étudiants venus de tout le pays manifestent une nouvelle fois à Bruxelles pour le climat. Le dimanche 27 janvier, plus de 70 000 manifestants, dont beaucoup de jeunes, marchent dans les rues de Bruxelles. Et ce n’est pas fini. Dans plusieurs villes de Belgique, des étudiants continuent à appeler à manifester le jeudi plutôt que de suivre les cours. En brossant ainsi les cours pour manifester, les étudiants font la leçon aux responsables politiques et aux adultes qui ne font rien ou pas grand-chose pour le climat.

Signalons aussi une enquête lancée par l’Appel pour une école démocratique (Aped). Ce mouvement de réflexion sur l’école invite les enseignants et les élèves de 5e et 6e secondaire à évaluer leurs connaissances sur le climat et à débattre avec les parents de la question. Histoire d’en apprendre plus sur le réchauffement climatique, d’en parler plus et d’agir plus pour sauver le climat.

Elèves et professeurs, participez à la nouvelle enquête « École, savoirs et climat » de l’Appel pour une école démocratique

Coalition Climat, regroupement d’associations et de syndicats de Belgique pour le climat
Page Facebook de Youth For Climate, surtout en néerlandais et en anglais

Quiz du cahier convergence des luttes !




-Greta Thurnberg est




-Greta Thurnberg milite




-Greta Thurnberg s’est exprimée




-Pour manifester, les élèves belges




-Greta Thunberg appelle les jeunes




-Youth for climate signifie




-Le dimanche 27 janvier




-En Belgique, les premiers jeunes qui ont appelé à manifester sont




-La première fois que des experts se sont inquiétés du réchauffement climatique, c’était






Auteur : Thierry Verhoeven
Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Vos commentaires

  • Léo

    Le 15 juin à 21:47

    Ça fait des années qu’on nous alarme avec le réchauffement climatique. Et pas grand chose ne bouge. C’est pas mal que les jeunes soient plus malins que les politiques. Au moins ils ont le sens des priorités. C’est rassurant pour le futur...

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Lutter contre le réchauffement du climat, c’est avant tout l’affaire des :

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2019 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.


Avec le soutien de