Procès des paras 


 Articles
Le 23 avril 2007 | |  1 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Ce 19 avril, le procès de Bernard Ntuyahaga s’est ouvert devant la cour d’assises de Bruxelles Capitale. Bernard Ntuyahaga est un militaire rwandais, accusé d’avoir fait assassiner dix Casques bleus belges. Il est également accusé d’avoir participé à l’assassinat d’Agathe Uwilingiyimana, la Première ministre rwandaise et de plusieurs autres assassinats. Les faits se sont déroulés à Kigali et Butare, au Rwanda, entre avril et juillet 1994. Ce procès fait suite à deux autres procès qui ont déjà eu lieu en Belgique. Le premier, du 17 avril au 8 juin 2001, le second, du 9 mai au 29 juin 2005. Ces procès jugent les personnes qui ont participé aux tueries au Rwanda, en 1994. Ces tueries ont fait des centaines de milliers de morts. Le procès qui s’est ouvert jeudi dernier durera plus de deux mois. On y entendra plus de 150 témoins.

Que dit l’acte d’accusation ? Le 6 avril 1994, l’avion du président rwandais, Juvénal Habyarimana est abattu. Selon des rumeurs, des militaires belges auraient fait l’attentat. La tension monte dans la population. Pour calmer la population, la Première ministre, Agathe Uwilingiyimana, doit parler à la radio. Quinze Casques bleus, des soldats de l’ONU  , sont chargés de l’accompagner : 10 Belges et 5 Ghanéens. Ils partent donc vers la résidence de Mme Uwilingiyimana. Mais ils sont retardés par des barrages, des blindés tirent sur les Casques Bleus. La Première ministre rwandaise est capturée et tuée. Et finalement, les Casques bleus sont encerclés par des Rwandais en colère. Selon des témoins, un major rwandais promet aux soldats de les protéger s’ils rendent leurs armes. Mais une fois qu’ils ont été désarmés, il a emmené au camp Kigali les dix paras belges et les a présentés comme ceux qui ont tué le Président... Les cinq Ghanéens ont pu fuir, les dix paras belges ont été mis à mort.

Selon l’acte d’accusation, le major qui a désarmé les paras belges et les a conduits à la mort, est Bernard Ntuyahaga. Celui-ci se dit innocent. Mais ses déclarations ont beaucoup changé. Il dit qu’il a pris en charge les soldats à 200 mètres de la propriété de la Première ministre et qu’il les a déposés au camp de Kigali. Là, les Belges ont été tués à cause d’une mutinerie qui a éclaté. Quelle est la réelle responsabilité de Bernard Ntuyahaga ? A-t-il agi seul ou sur ordre ? Les familles des victimes attendent ce procès pour enfin connaître la vérité, après 13 années de douleur et de questions …


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

La langue française est en fête
La langue française est en fête
Le 23 mars 2017
Du 18 au 26 mars, la langue française est en fête  ! A cette occasion, il y a beaucoup d’activités...
Changement d’air... Changement d’ère
Changement d’air... Changement d’ère
Le 19 mai 2017
Emmanuel Macron est le nouveau président de la République française. A 39 ans, il est le plus...
La langue française dans le monde
La langue française dans le monde
Le 23 mars 2017
Selon l’Organisation internationale de la Francophonie, il y a 274 millions de francophones dans...
Fidel Castro, mort d’un symbole
Fidel Castro, mort d’un symbole
Le 28 novembre 2016
Fidel Castro vient de mourir à l’âge de 90 ans. Fidel Castro a dirigé Cuba de 1959 à 2006. Il a...

Vos commentaires

  • Raman

    Le 11 mars 2012 à 22:03

    Tiens, une anecdote pour dire e0 quel point Collomb est plus un choix par de9faut qu’autre chose pour de nbrumeox Lyonnais.Jeudi dernier, distribution de tracts e0 Lyon2, pour accueillir les lyce9ens qui venaient de9couvrir l’universite9 pendant que les e9tudiants n’y e9taient pas (pe9riode inter-semestrielle de correction des partiels). Avec quelques amis, nous distribuions un tract expliquant notre vision de l’universite9 (pas force9ment la meame que celle de notre bon Claude Journe8s, vieil ami de Ge9rard).Deux autres papiers leur e9taient propose9s par d’autres e9tudiants :- une publicite9 visant e0 les faire adhe9rer e0 un site Internet of9 ils trouveraient des fiches de re9vision pour le bac ;- et un de9pliant les invitant e0 venir au meeting   de Collomb e0 la Sucrie8re.En discutant avec l’e9tudiant qui distribuait ces invitations , celui-ci, membre de l’UNEF (conside9re9 plus ou moins comme une e9manation du PS), nous a avoue9 qu’il n’e9tait pas emballe9 par Collomb . Son argument principal pour attirer le chaland e0 la re9union publique du candidat-maire e9tait le suivant : le Peuple de l’Herbe soutient Collomb ! Venez voir le concert du Peuple de l’Herbe lors du meeting de Collomb dimanche ! Avouons-le, c’est quelque peu insuffisant pour se dire candidat de gauche . Meame si, personnellement, j’ai failli aller voir le concert du Peuple de l’Herbe Collomb m’a cependant repousse9.N.B. : emarque, maintenant, il peut se dire candidat du centre , e7a ne souffrira plus d’une contestation audible

    Répondre à ce message

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de