Jean Ferrat en 3 chansons


 Articles
Le 17 mars 2010 | |  1 messages


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Nuit et brouillard (1963)
Pendant la guerre 1940-1945, les autorités allemandes appliquent la procédure « Nuit et brouillard » (Nacht und Nebel, en allemand). Les juifs et les résistants doivent disparaître « dans la nuit et dans le brouillard » sans laisser de trace... Des millions de personnes sont déportées et exterminées dans les camps. Jean Ferrat a le courage et le talent de faire une chanson sur ce sujet douloureux. Le courage car les maisons de disque ne veulent pas produire une chanson sur la déportation. Le sujet n’est pas assez « vendeur ». A la sortie, le directeur de la radio et de la télé françaises de l’époque déconseille de passer le disque...
Le talent car il faut en avoir pour rappeler en une chanson de 3 minutes l’un des crimes les plus horribles de l’histoire de l’humanité. Les mots de la chanson de Ferrat sonnent juste. Et la musique de la chanson rappelle le rythme saccadé des trains qui envoyaient des hommes, des femmes et des enfants dans les camps de la mort.

Ma France
C’est un raccourci saisissant de l’histoire de France des 2 derniers siècles. C’est un hymne à ceux qui ont fait et ceux qui font la France : révolutionnaires, travailleurs, résistants, écrivains, peintres, poètes, paysages ... Cette France-là comme le dit Ferrat est : « Celle qui chante en moi, la belle la rebelle... »

http://www.youtube.com/watch?v=CN3O6vZh_Mk

Dans la jungle ou dans le zoo
En 1991, Ferrat chante « Dans la jungle ou dans le zoo ». A cette époque, l’Union soviétique disparaît et les systèmes socialistes des pays d’Europe de l’Est aussi. Dans cette chanson, Ferrat reprend une image des 2 grands systèmes économiques et sociaux du 20e siècle. La jungle est le système capitaliste. Le zoo est le système socialiste. La jungle, c’est la liberté mais aussi le danger, la loi du plus fort. Le zoo, c’est la cage, le manque de liberté mais aussi une certaine protection. La chanson rappelle que l’homme ne peut pas se contenter d’être un animal comme les autres. C’est un message d’espoir qui souligne aussi « Qu’il y a d’autres choix pour vivre que dans la jungle ou dans le zoo. »


Version imprimable de cet article Version imprimable Réagir

Dans la même rubrique

Changement d’air... Changement d’ère
Changement d’air... Changement d’ère
Le 19 mai 2017
Emmanuel Macron est le nouveau président de la République française. A 39 ans, il est le plus...
Un feu d’artifice pour un nouveau site
Un feu d’artifice pour un nouveau site
Le 21 juillet 2017
Ce feu d’artifice pour fêter le nouveau site de L’Essentiel, en ligne depuis le 21 juillet. Un...
Tableau noir et vie en rose
Tableau noir et vie en rose
Le 12 septembre 2016
On dit d’une personne qu’elle est analphabète quand elle ne peut ni lire ni écrire en le comprenant...
Visages, villages et beau langage
Visages, villages et beau langage
Le 13 juillet 2017
Une vieille cinéaste punk qui perd la vue et un jeune photographe aux lunettes noires vont à la...

Vos commentaires

Un message ?


Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sondage


Dans les pays d’Europe, on accueille trop de réfugiés ?

Newsletter

Restez informé, inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit et utile !

Facebook

L'Essentiel

Editeur responsable

19, Avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique
Joëlle Van Gasse
19, avenue des Alliés
6000 Charleroi
Belgique

Rédactrice en chef : Lydia Magnoni
Secrétaire de rédaction : Thierry Verhoeven
L'ESSENTIEL L'information simple comme bonjour
Les photos et illustrations sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs © Tous droits réservés.
Journalessentiel 2017 .
Squelette et Graphisme par Banlieues asbl

L'Essentiel est une production de la FUNOC.


L'Essentiel est réalisé avec l'appui du SAJ, dans le respect des droits d'auteur.

Avec le soutien de