Accueil > Articles > Yves Leterme à l’arrê


Yves Leterme à l’arrêt, les négociations continuent

Belgique

lundi 18 février 2008

Le gouvernement débattait du budget ce week-end. Or, Yves Leterme, Ministre du budget et sans doute futur Premier Ministre a dû être hospitalisé jeudi dernier. L’hospitalisation d’Yves Leterme n’a pas vraiment empêché la poursuite des négociations. La question qui se pose maintenant est de savoir s’il pourra devenir, comme prévu, Premier Ministre le 23 mars prochain.

Leterme à l’hôpital

Yves Leterme a été hospitalisé en urgence dans la soirée de jeudi. Il a subi plusieurs examens. Yves Leterme souffre d’une hémorragie interne du système gastro-intestinal provoquée par un ulcère. Même s’il n’a pas dû être opéré, les médecins ont préféré le garder aux soins intensifs jusque dimanche matin. Comme son état de santé est stable, il a ensuite été transféré dans une chambre normale. Les visites sont toutefois limitées pour qu’il puisse se reposer.

Les négociations continuent

Homme politique, un métier à risque ?

Tout le monde le dit : les politiciens ont un rythme de vie très exigeant. Ils travaillent 14 à 15 heures par jour, le plus souvent sous pression. Ils n’ont que très peu de temps libre pour se reposer. Yves Leterme n’est d’ailleurs pas le premier ministre belge qui ait eu des problèmes de santé importants. En 2002, Louis Michel, alors ministre des affaires étrangères, s’évanouissait en pleine réunion. Quelques mois plus tard il faisait un nouveau malaise dû à une trop grosse fatigue. En 2005, Guy Verhofstadt a été opéré au niveau des artères proches du coeur. Et à chaque fois, les raisons de ces maladies sont le stress et la surcharge de travail. Yves Leterme, par exemple, est le seul ministre qui n’a pas pris de pause depuis le mois d’août dernier.

L’hospitalisation d’Yves Leterme a bien évidemment été au centre des discussions de ce week-end. Yves Leterme est non seulement en charge du budget, matière au centre des négociations. Mais il est aussi et surtout l’homme fort de la Flandre. On l’appelle souvent Monsieur 800 000 voix. C’est le résultat qu’il a fait aux dernières élections. Il sera donc probablement le futur Premier Ministre.

Même si tous les négociateurs étaient d’accord pour dire que le plus important était qu’il se rétablisse vite, ils ont bien dû continuer les débats autour du budget. Heureusement, Yves Leterme avait apparemment bien préparé ses dossiers. Jo Vandeurzen, son remplaçant n’a donc pas eu de mal à prendre le relais et les ministres ont jeté les premières bases du budget 2008.

Même si les recettes sont bonnes, il faudra se serrer la ceinture

L’exercice budgétaire ne sera pas facile. Il y a un déficit de 3 à 3,5 milliards d’euros. Chaque ministre va donc devoir faire des économies. Au départ, ils demandaient une enveloppe d’1,3 milliard pour l’ensemble de leurs ministères. Ils se contenteront de 300 millions d’euros, soit une économie d’1 milliard.

Après les dépenses, les ministres se sont penchés, dimanche, sur les rentrées d’argent. Selon Didier Reynders, le ministre des Finances, les recettes sont bonnes et rentrent bien. Mais il reste encore des questions épineuses. Par exemple, certains veulent augmenter de 2% le montant des pensions. Y aura-t-il assez d’argent dans les caisses de l’Etat pour le faire ? Les ministres ont décidé d’en parler quand le budget total sera bouclé, c’est-à-dire le week-end des 23 et 24 février.

Et la suite ?

Si le budget semble bien avancé, le plus difficile reste encore à faire avec les discussions communautaires. Elles ont démarré ce lundi.Un premier accord sur le transfert de certaines matières du fédéral vers les Communautés et Régions entités fédérées est en vue. On sait que l’avis d’Yves Leterme est particulièrement symbolique dans ces discussions. Officiellement, c’est Etienne Schouppe, l’actuel président du CD&V qui le remplacera. Mais tout le monde pense qu’Yves Leterme suivra les négociations depuis son lit d’hôpital.

On le sait depuis le début, la mission de Guy Verhofstadt est provisoire et doit s’achever le 23 mars, soit dans un peu plus d’un mois. Ce jour-là, c’est normalement Yves Leterme qui doit devenir Premier ministre et former un nouveau gouvernement. Malgré l’hospitalisation d’Yves Leterme, Guy Verhofstadt a répété qu’il ne changerait pas le calendrier. Il ne prolongera pas son intérim. Son porte-parole a tout de même précisé : « Maintenant, si quelque chose d’exceptionnel se passe dans l’intervalle, on verra ce qu’il y a lieu de faire. Mais on n’en est vraiment pas là... » 

Premier Ministre le 23 mars ?

La question qui se pose désormais est de savoir si, le 23 mars, Yves Leterme sera rétabli et pourra assurer ses nouvelles fonctions. Même si l’état de santé du vice-premier est stable, rien ne permet de dire s’il sera déjà sur pied dans un peu plus d’un mois. Que se passera-t-il alors si Guy Verhofstadt refuse de prolonger ? On sait que Didier Reynders se verrait bien Premier ministre, mais ce serait très mal vu de profiter de l’hospitalisation d’Yves Leterme pour lui prendre sa place. Faudrait-il alors mettre quelqu’un du CD&V, le parti d’Yves Leterme ? L’actuel premier ministre sera-t-il obligé de prolonger son mandat ? Réponse à toutes ces questions le 23 mars au plus tard !

1 Message

  • 12 février 2012 02:37, par Ady

    Moins de deux heerus àMarseille, la visite de Fillon est express. Finalement, quoi de neuf pour le marseillais qui habite St Barnabé, St Marcel ou Sainte Marthe ? pas grand chose.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0