Accueil > Cahiers > Lumière sur Internet > Vive la liberté


Vive la liberté

Logiciels libres

jeudi 1er mars 2007

Dans les logiciels informatiques, il y a deux mondes : celui des logiciels propriétaires et celui des logiciels libres. Ceux qui défendent les logiciels libres veulent réaliser une des grandes idées d’Internet : le partage du savoir informatique.


Photo : Flémal

Pour comprendre ce qu’est un logiciel libre, il faut d’abord comprendre ce qu’est un logiciel. C’est un programme qui permet d’utiliser son ordinateur pour le traitement de texte, la mise en forme d’images, les jeux, etc. Pour fonctionner, l’ordinateur reçoit des instructions du logiciel. Souvent, l’utilisateur ne voit pas ces instructions. Pourtant, au départ, les instructions étaient dans un langage compréhensible par l’être humain. On l’appelle le code source. Mais ensuite les instructions ont été traduites en langage « binaire », seulement compréhensible par l’ordinateur. Cette traduction s’appelle « compilation ».

Une fois le code compilé, l’utilisateur ne peut plus déchiffrer les instructions du logiciel. Et il lui est impossible de changer le logiciel. Le code source est la propriété du créateur du programme et reste souvent secret. On appelle ces programmes des logiciels propriétaires. C’est un peu comme quand on va au restaurant. On déguste un plat. On aimerait le refaire chez soi, en faisant quelques améliorations. Mais sans la recette, c’est impossible. On peut donc seulement le manger, tel qu’il est, au restaurant. Pour les logiciels, le code source est la recette et la compilation est le plat du restaurant.

Enfin libre

Par contre, le logiciel libre est livré avec son code source. L’utilisateur est donc lui aussi plus libre. Il peut utiliser le programme pour plusieurs choses différentes. Il peut aussi analyser le programme et découvrir les erreurs. Souvent, on trouve très vite sur Internet les corrections de logiciels libres. L’utilisateur peut donc encore améliorer le programme et publier ses améliorations. Enfin et surtout, l’utilisateur peut faire des copies du logiciel et le distribuer.

Avec le logiciel libre, les utilisateurs peuvent partager leurs savoirs en informatique pour améliorer le produit. Les utilisateurs de logiciels libres s’engagent, en effet, à donner le fameux code source de leurs modifications. Ainsi le logiciel Linux, concurrent de Microsoft, est livré avec son code source. Les utilisateurs de Linux peuvent l’adapter et le modifier librement. Par contre, les utilisateurs de Windows sont prisonniers des idées et du bon vouloir de Microsoft, le créateur de Windows.

Et gratuit ?

Un logiciel libre n’est pas toujours gratuit ou non commercial. On peut évidemment utiliser un logiciel libre pour faire du commerce. Certains logiciels libres sont payants mais ils sont toujours livrés avec leur code source. Beaucoup de logiciels libres sont totalement gratuits contrairement aux logiciels propriétaires. En France, une association milite pour obliger les revendeurs d’ordinateurs à afficher le prix d’un ordinateur sans les logiciels propriétaires et le prix avec les logiciels propriétaires installés.
Peu de familles ou de petites entreprises connaissent les logiciels libres. Et ceux qui les connaissent se posent parfois des questions. Un logiciel libre est-il fiable ? Est-ce difficile d’utiliser un logiciel libre ? C’était difficile, il y a peu. Mais aujourd’hui, on peut installer FireFox ou OpenOffice sans problème. Même les versions du logiciel Linux se sont simplifiées (Ubuntu, DreamLinux, etc.). Mais on ne change pas ses habitudes du jour au lendemain. Et comme les logiciels Microsoft dominent le marché... Pour que les logiciels libres concurrencent mieux les logiciels propriétaires, il faudrait leur faire plus de publicité...

Pierre Charlier

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0