Accueil > Articles > Une pétition en (...)


Une pétition en question

Formation du nouveau gouvernement

lundi 17 septembre 2007

Une pétition circule pour exiger que les responsables politiques maintiennent l’union de la Belgique. La pétition est sur Internet et a un grand succès. Mais elle est signée surtout par des francophones. Et elle ne tient pas compte du résultat des élections.


Photo : Belga

On le sait, le résultat des élections de juin pose problème. Nous n’avons toujours pas de gouvernement. Herman Van Rompuy a été nommé « explorateur » par le Roi pour essayer de trouver les pistes d’un accord entre francophones et Flamands. Les négociations pour la formation du nouveau gouvernement pourraient alors seulement commencer. Herman Van Rompuy l’avait annoncé : il prend le temps nécessaire et tout se fait dans la plus grande discrétion. Donc, Herman Van Rompuy a remis un rapport intermédiaire au Roi, la semaine dernière. Sa mission continue sans qu’aucune date-limite ne soit fixée. Et c’est la discrétion la plus totale sur tous les contacts de cet explorateur. On est donc loin des ultimatums et des coups de gueule précédents. Ces coups de gueule avaient bloqué toutes les négociations.

Pétition pour l’union

Pendant ce temps, une pétition fait parler d’elle. Cette pétition circule sur Internet (http://www.lapetition.be/petition.php?petid=408). Et que dit-elle ? Ceci : « Nous, Belges de naissance, de coeur ou d’adoption, demandons que les hommes politiques respectent notre pays et son Unité. Notre pays est trop petit, à l’heure de l’Europe, pour être divisé. Nous, Belges de toutes les Régions et de toutes les Communautés, demandons aux hommes politiques de s’occuper des vrais problèmes tels que emploi, sécurité, santé, bien-être, l’environnement,... sans gaspiller leur temps et NOTRE argent à des querelles qui ne concernent qu’une petite minorité. L’Union fera notre force ! »

Lancée dans le courant du mois d’août suite au blocage des négociations pour le futur gouvernement, cette pétition a un grand succès. Ce lundi 17 septembre au matin, elle avait déjà recueilli plus de 85 500 signatures.

Le respect des électeurs

Mais cette pétition pose aussi des questions. D’abord, on peut constater qu’elle ne marche pas en Flandre. L’écrasante majorité des signataires sont francophones (on peut voir les noms sur le site Internet de la pétition). « Parce que la presse flamande n’en parle pas », affirme la citoyenne qui a lancé cette pétition. Il est vrai que la presse flamande n’a presque pas parlé de cette pétition. Mais certains Flamands – qui ne sont pas des ultra-nationalistes, font remarquer que cette pétition ignore le résultat des élections. Car tous les partis flamands sont allés aux élections avec un programme pour changer la Constitution du pays, pour une régionalisation plus forte. Même « Groen » (les écolos flamands) demande la séparation de l’arrondissement électoral de Bruxelles-Halle-Vilvorde. Et le CD&V-NVA, grand vainqueur des élections en Flandre, l’exige. Du coup, en Flandre, beaucoup de personnes pensent que les responsables politiques démocrates doivent aller dans le sens du vote de la population. Et la majorité des voix est allée aux partis qui veulent plus de fédéralisme.

Et la base de la démocratie, ce sont les élections… Et, même si la presse étrangère s’est interrogée sur l’avenir de notre pays, on n’en est pas encore à la séparation. Plus de régionalisation ne veut pas dire séparation totale.

Marc Vandermeir

 

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0