Accueil > Articles > Un plan emploi (...)


Un plan emploi dans la crise

Crise

lundi 24 novembre 2008

On le sait. Depuis au moins 25 ans, le chômage fait des ravages dans nos sociétés. Tous les gouvernements de droite ou de gauche, tous les ministres de l’emploi prennent des mesures et font des plans dans l’espoir de développer vraiment l’emploi. Ce n’est pas facile. Cette année, la crise rend la tâche encore plus difficile.

Le plan emploi pour 2009 de Joëlle Milquet propose 150 mesures. Sans surprise en période de crise, le plan prévoit que tout le monde doit se mobiliser pour faire face à la situation économique. L’Etat fédéral bien sûr, compétent en matière d’emploi. Les 150 mesures fédérales proposent aussi que les chômeurs soient accompagnés et activés plus rapidement. Des mesures sont aussi prévues pour des groupes où le taux d’emploi est très faible : les jeunes de 15 à 24 ans, les seniors (lisez les + de 50 ans), les femmes, les immigrés et les personnes handicapées.

Le plan prévoit de favoriser la mobilité géographique des demandeurs d’emploi. Il y aura donc des primes pour que le chômeur apprenne les langues et cherche un emploi dans d’autres régions. Pour que les patrons engagent, le coût du travail sera encore diminué pour certains emplois et les plans d’embauche seront simplifiés. Impossible de parler ici des 150 mesures qui devraient aboutir à plus de personnes au travail, plus d’emplois, plus de sécurité et de qualité de l’emploi. Pour cela, le plan prévoit une meilleure collaboration entre les Régions et l’Etat fédéral. Car en Belgique, l’emploi est une compétence fédérale. Mais les Régions s’occupent de la formation professionnelle et de la recherche d’emploi. Il y aura donc une discussion avec les Régions pour que, par exemple, les organismes régionaux (FOREm, Actiris, VDAB et Arbeitsamt) jouent un rôle plus important dans l’accompagnement et l’activation.

L’avenir de ces mesures tient aussi dans les discussions de l’accord interprofessionnel qui se négocie actuellement entre patrons et syndicats. Car, c’est une autre particularité belge : la concertation sociale joue un rôle important. Car, la ministre de l’emploi, Joëlle Milquet, le déclare : « Il s’agit ni plus ni moins d’une proposition d’un véritable pacte pour l’emploi que nous devons conclure ensemble avec les Régions et les partenaires sociaux et d’une réelle stratégie collective pour l’emploi. »

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0