Un peu de tout

lundi 1er septembre 2008

Le plus beau métier du monde ?

D’après une enquête, 85 % des enseignants flamands sont satisfaits de la qualité de l’enseignement. Mais 45 % des enseignants francophones seulement en sont contents. Les enseignants flamands se plaignent principalement de la lourdeur des tâches administratives. Les enseignants francophones, eux, regrettent « le nivellement par le bas », le manque de remédiation, ou encore le manque de soutien des parents. Ils se plaignent des programmes pas assez adaptés, du budget, des infrastructures, des classes surpeuplées, de la formation de base. Ils souffrent du stress et du manque d’intérêt des élèves. Pourtant, « si c’était à refaire », la plupart des enseignants, flamands et francophones, choisiraient le même métier.

C’est le règlement…

Le journal Le Soir s’est intéressé aux règlements d’ordre intérieur (ROI) de 678 écoles secondaires de la Communauté française. Ces règlements sont très différents d’une école à l’autre et parfois surprenants. Leur taille varie de 1 page à 37 pages selon les établissements. A côté des horaires, du matériel, des assurances, il y a un règlement pour beaucoup d’autres choses. Cela va de la tenue vestimentaire à l’accès aux toilettes, en passant par l’emploi du GSM ou la longueur des cheveux. Quelques exemples. Un ROI interdit les tenues ostensiblement érotiques, les jupes couvrant moins de la moitié des cuisses, le déchiré, trop court ou échancré. Un autre ROI interdit les excentricités capillaires ou les coiffures avec crêtes ou pas plus de 3 centimètres. Le maquillage pour les garçons est interdit dans telle école et les mains dans les poches dans telle autre. Une école recommande la tête nue. Une autre tolère la casquette sur prescription médicale seulement. Le style dans lequel est rédigé le ROI est aussi intéressant parfois. On peut lire dans le règlement d’une école de Namur « La fureur de vivre peut s’exprimer autrement que par des cris ». A Huy : « On ne fait pas de renvoi et autres borborygmes ; on se mouche, on tousse avec discrétion ; on étouffe ses bâillements avec la main ». Et dans une école de Charleroi : « L’élève est d’abord une personne humaine ». Ouf ! Allez, bonne rentrée quand même !

Ados fatigués

Une étude menée en Grande-Bretagne montre que beaucoup de jeunes dorment trop peu. L’étude a été réalisée auprès de 1000 adolescents de 12 à 16 ans. On constate que 30 % d’entre eux ne dorment que 4 à 7 heures par nuit en période scolaire. A cet âge, on a pourtant besoin de 8 à 9 heures de sommeil. Plusieurs raisons expliquent ce manque de sommeil. L’étude montre que la technologie envahit la chambre de l’ado. Presque tous les jeunes interrogés ont un téléphone, un lecteur de musique ou une télévision dans leur chambre. Les 2/3 d’entre eux ont même les trois appareils. La télévision, les jeux vidéo, le bip bip du GSM nuisent à la qualité du sommeil. Par conséquent, le cerveau n’a pas le repos nécessaire pour être performant à l’école. Vous voilà prévenus : les maths, c’est plus facile quand on a bien dormi !
Françoise Filée

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0