Accueil > Cahiers > Des lendemains (...) > Un peu de sel dans


Un soir de janvier. Un local d’un centre de formation de la région de Charleroi. C’est là qu’ils se sont donné rendez-vous. Ils ne se sont jamais vus. Ils ne se connaissent pas. Mais ils ont déjà plein de choses en commun…

Un peu de sel dans votre vie ?

Lydia Magnoni

mercredi 22 février 2017

C’est une première rencontre. Une rencontre entre une vingtaine de personnes qui ne se connaissent pas. Ce qu’ils ont en commun, c’est l’idée d’un monde où il y aurait un peu plus de solidarité. C’est l’idée de voir comment partager des savoirs, des services sans qu’il soit question d’argent. En toute simplicité. En toute amitié.
Et pour commencer tout de suite à échanger, chacune des personnes du groupe a amené un plat maison, un gâteau, une bouteille qu’ils partageront un peu plus tard dans la soirée. Ils les disposent soigneusement sur la table dressée avant de prendre place.

Sel’Aventure, toute première fois

Car pour le moment, l’heure est à l’information. Claudia, Laurence et Patricia présentent le projet qu’elles proposent de mettre en place. Un projet ? Une aventure puisqu’elles l’appellent Sel’aventure. Une aventure dont elles écrivent la première page mais qui utilise un principe pas tout neuf : celui du SEL.
Un SEL, c’est... un Système d’Échange Local. C’est un système d’échange de services entre les membres d’un groupe en échange d’une petite cotisation : 12 euros par an. Chaque membre d’un groupe SEL peut proposer et demander des services aux autres membres du groupe. Un exemple : je peux donner des cours de français, j’ai besoin de quelqu’un pour réparer ma porte d’entrée. Je donne une heure de cours à Martin. Et en échange, c’est Édouard qui vient réparer ma porte. L’unité de mesure des échanges est le temps : une heure de service rendu vaut toujours une heure, peu importe le service.
Le SEL fonctionne de manière triangulaire. On ne rend pas nécessairement service à la personne qui nous a rendu service. On peut rendre service à un autre membre du groupe. Au sein du SEL, on échange en fonction de ses envies, de ses besoins, de ses compétences. Et on crée du lien…

Tour de table et… autour de la table

Après les informations pratiques vient le tour de table. Chacun se présente et parle de ce qu’il peut offrir : aider à faire des gâteaux, cultiver un jardin, donner des cours de musique, réparer un robinet, transporter des meubles, initier à la permaculture, fabriquer des meubles en carton, réaliser un montage floral, , organiser une séance de sophrologie…
Chacun parle aussi un peu de ce qu’il attend : un bricolage, un coup de main pour cueillir des fruits, une aide pour utiliser l’ordinateur ou la tablette.

On parle enfin des activités qu’on pourrait réaliser ensemble : un atelier, un barbecue… Car un groupe SEL organise des activités juste pour se rencontrer. C’est peut-être le plus important, le SEL n’est pas seulement une rencontre entre des personnes qui ont envie de se soutenir les uns les autres et d’échanger ensemble.

Le SEL permet en plus de mieux connaître ses voisins et de partager avec eux des moments de loisir.…Tiens, c’est justement l’heure de passer au buffet. Un buffet où l’on fait échange et où l’on fait vraiment connaissance. Puis on se sépare sur une promesse : celle de réfléchir à tout cela et de continuer à communiquer via le site web et la page Facebook. Jusqu’à la prochaine rencontre. Ce sera alors l’heure pour chacun de s’engager ou pas dans l’aventure, dans la Sel Aventure.

Le site du projet selaventure.be

Le site des services d’échange locaux de Belgique francophone

Tout savoir pour créer un sel près de chez vous

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0