Accueil > Cahiers > La dernière histoire > Tout ça ne nous (...)


Tout ça ne nous rendra pas la Belgique

jeudi 1er novembre 2007

Tout ça ne nous rendra pas la Belgique

Vous vous souvenez du soir du 13 décembre 2006 ? Non ? Ça ne vous dit rien ? Mais si, réfléchissez, c’est le jour où la Flandre a déclaré son indépendance. Il y a eu une émission spéciale du journal de la RTBF pour parler de cet événement.


Photo : Belga

C’était un vrai-faux journal. Une blague, un canular, mais beaucoup de téléspectateurs y ont cru. Le programme a commencé avec « Questions à la Une ». Le présentateur annonce un sujet : la situation économique et sociale de Charleroi. Soudain, l’émission s’interrompt. Quelques images parasites puis un journal télévisé spécial présenté par François De Brigode. Il annonce la déclaration d’indépendance de la Flandre. Et pendant plus de 90 minutes, il y aura des images soi-disant en direct, des reportages, des interviews sur les conséquences de l’indépendance flamande. Par exemple, on apprend que le roi s’est déclaré dans l’impossibilité de régner. Il a quitté la Belgique pour le Congo. On nous dit aussi que le gouvernement bruxellois s’est réuni dans une dixième boule de l’atomium, une boule secrète dans laquelle on se rend par des tunnels.Les trams sont arrêtés à la frontière entre Bruxelles et la Flandre indépendante. Annie Cordy est interviewée : elle dit qu’il ne faut pas accepter, qu’il faut se battre. Philippe Geluck, par contre, propose le rattachement de la Wallonie à la France pour devenir République.

Mais il y a aussi, dans ce vrai faux journal, des choses plus sérieuses. Par exemple, la Flandre a besoin de la Wallonie pour l’eau et l’énergie nucléaire. Comment va-t-elle faire si elle est indépendante ? On parle des problèmes d’une sécurité sociale divisée entre Flandre et Wallonie. Des communes de Bruxelles-Hal-Vilvorde, etc. Malgré les scènes délirantes, malgré des signes à l’écran qui pouvaient faire douter de la vérité du sujet, beaucoup de gens ont cru pendant de longues minutes que la Flandre était devenue indépendante. Presque 90% des téléspectateurs avouent y avoir cru avant l’apparition du bandeau : « Ceci est une fiction ». Avec ce « coup » médiatique, les réalisateurs de l’émission avaient un but pédagogique. Après l’émission, les réactions ont été très différentes. Certains Flamands ont trouvé que c’était donner une image trop simple et trop extrême de la Flandre. Pour certains responsables politiques, c’est jouer un jeu dangereux de faire ainsi du sensationnel avec un documentaire-fiction. Le scénariste de l’émission, Philippe Dutilleul dit dans le livre Bye Bye Belgium (1) avoir voulu faire un « documentaire de fiction un peu fou, sans équivalent dans le paysage audiovisuel nourri aux shows de la télé-réalité. »

Ce qui est amusant, c’est que l’histoire a été lancée par un Français, auteur de documentaires et ami de Philippe Dutilleul. Il lui a dit « si j’étais belge, voilà ce que je ferais... » Ce qui est incroyable c’est que le secret a été bien gardé jusqu’au soir de l’émission. Ce qui est surréaliste c’est le nom de code donné à l’émission « BBB » pour Bye Bye Belgium. Philippe Dutilleul voulait au départ que l’émission se fasse en collaboration collaboration le fait d’aider un occupant ennemi avec une des chaînes de télé flamande. Elles ont refusé. C’est surréaliste aussi puisque la chaîne flamande, la VRT, et la chaîne francophone, la RTBF, sont dans les mêmes bâtiments, boulevard Reyers. Il y a une porte entre les services RTBF et de la VRT. Et cette porte est rarement ouverte. Amusant, incroyable, surréaliste. Très belge quoi.

Thierry Verhoeven

(1) Bye Bye Belgium sous la direction de Philippe Dutilleul, Editions Labor
La RTBF sort le DVD du vrai-faux journal pour l’anniversaire de l’émission, le 13 décembre. Un livre pédagogique sur l’émission est sorti aux Editions Couleur Livres, Le vrai-faux journal sous la direction de Marc Lits

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0