Accueil > Cahiers > Concert pour 27 (...) > Symphonie fantastiqu


Les dirigeants politiques du Royaume-Uni ont appelé les citoyens du pays à voter pour dire s'ils voulaient que leur pays reste dans l'Union européenne ou en sorte. On connaît le résultat... Non, ce n'est pas simple de mettre d'accord les dirigeants politiques et les populations de 28 pays.

Symphonie fantastique !

jeudi 1er mai 2008

L’Europe c’est donc aujourd’hui 28 pays. Certains de ces pays sont dans l’Union depuis le début. D’autres sont entrés ils y a seulement quelques années : Roumanie, Bulgarie, Croatie.
Les religions, les traditions de ces 28 pays sont parfois fort différentes. Et ces 28 pays sont dirigés de manière différente. On a des républiques, des monarchies, des monarchies constitutionnelles. Il y a des pays récemment sortis de régimes totalitaires, d’autres moins récemment comme l’Espagne et le Portugal. Dans certains de ces pays, l’économie de marché est née. D’autres pays commencent seulement à l’installer.
Ces pays ont chacun une histoire, un passé avec le pays voisin, parfois une guerre encore fraîche.

28 pays, c’est donc aussi 28 chefs d’Etat. Et accorder les violons de 28 chefs d’Etats quand il faut prendre une position commune sur des grandes questions politiques, ce n’est pas facile.

Alors, parfois, on a l’impression d’une véritable cacophonie ! On a l’impression que tous chantent une chanson différente en même temps et ça fait désordre.

Heureusement il y a aussi le Parlement Européen. C’est une assemblée supranationale. Une instance à part entière. On y discute beaucoup de choses et le débat est souvent très intéressant. Dans cette assemblée, il y a des représentants de tous les pays et de tous les partis politiques. Ils mettent en commun leurs réflexions sur des questions importantes. Et souvent, cela permet de trouver des solutions plus riches, plus intéressantes, plus larges d’esprit, plus complètes.

Le parlement va voter des positions, des lignes de conduite générale. Mais parfois, il arrive que certains pays ne souhaitent pas suivre l’avis général du parlement. Ils en ont le droit. Cela a été le cas au sujet de la guerre en Irak. Le parlement avait voté contre la guerre en Irak mais le Royaume-Uni, par exemple, a quand même décidé d’y participer.

MLS

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0