Accueil > Cahiers > Une planète, six (...) > Retour à l’heure (...)


Retour à l’heure d’été

mercredi 31 mars 2010

Les 27 et 28 mars, c’était le dernier week-end de mars. Comme chaque année, on est passé à l’heure d’été.

Le dimanche 28 mars 2010, à 2h du matin, la Belgique et les pays européens ont avancé leurs horloges d’une heure. Il était donc 3h. La Belgique est passée de GMT+1h à GMT+2h.

L’heure d’été a été créée en 1974 après le premier choc pétrolier. Elle a été généralisée en Europe pendant les années 80. Le but est de faire des économies d’énergies. Voilà le principe.

Si on passe à l’heure d’été, on doit moins éclairer en fin de journée. Au 31 mars, le jour se lève vers 6 h, et la nuit tombe vers 19 h45. Si on avance l’horaire d’une heure, le jour se lève vers 7 h, et la nuit tombe vers 20 h 45. On peut faire des économies si on consomme moins d’électricité pour éclairer entre 6 h et 7 h qu’entre 19 h 45 et 20 h 45. Cet effet s’amplifie jusqu’au 21 juin, le solstice d’été, le jour où la durée d’ensoleillement est la plus grande de l’année. A ce moment-là, le jour se lève vers 4 h 15 et la nuit tombe vers 21 h 30. Si on applique l’heure d’été, le jour va de 5 h 15 à 22 h 30. Vers 4 h du matin, la plupart des habitants dorment. Mais il faut éclairer entre 21 h et 22 h. Quand on passe à l’heure d’été, on prolonge d’une heure l’ensoleillement en soirée.

Chaque année, certains réclament que l’on arrête de changer l’heure. Leurs arguments ? L’heure d’été ne correspond pas au rythme solaire naturel. Dans certaines zones de l’Europe, il est « midi (soleil) à quatorze heures (horloge) » en été.

Le changement d’heure dérange les bébés et les personnes les plus fragiles. Il dérange aussi le travail dans les fermes. Par exemple, quand l’heure de la traite change, les vaches laitières sont perturbées et elles produisent moins de lait et de moins bonne qualité.

On se pose aussi des questions sur les économies que l’on fait en passant à l’heure d’été.

En France, par exemple, l’Association la Méridienne, estime que le passage à l’heure d’été est « une arnaque ». Pour elle, « les économies faites l’après-midi sont annulées par les dépenses supplémentaires faites le matin (…) les heures les plus chaudes sont reportées vers le soir et la climatisation qui dépense énormément d’électricité marche à fond ».

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), elle, estime que les « bénéfices » du changement d’heure en termes d’économies d’énergie et d’émissions de CO2 sont « réels ».

Mais ses évaluations ne tiennent pas compte du fait que l’on utilise plus sa voiture lors des longues soirées d’été. Et que l’on consomme donc plus de carburant.

Même la Commission européenne considère « que les économies effectivement réalisées sont difficiles à déterminer, et, en tout cas, relativement limitées.

Les avantages attendus du changement de l’heure sont-ils suffisants pour compenser les inconvénients ressentis par les populations ? »

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0