Accueil > Cahiers > Réfugiés, désunion > Réfugiés : les princip


Réfugiés : les principaux faits depuis avril

jeudi 10 septembre 2015

Téléchargez une fiche pédagogique en bas d’article

Des morts en Méditerranée

14 avril

Un bateau avec 550 réfugiés, parti de Libye pour l’Italie, coule en Méditerranée. Environ 400 réfugiés meurent noyés. Ces réfugiés voulaient rejoindre l’Italie.

19 avril

Un autre bateau avec 700 réfugiés partis de Libye, coule près de l’île de Lampedusa en Italie. Suite à ces tragédies, le gouvernement italien et les représentants européens disent qu’ils veulent réagir…

20 avril

La représentante de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, estime que répondre à la crise en Méditerranée est un impératif moral pour l’Union européenne.

23 avril

Un sommet européen extraordinaire est organisé sur cette crise. Les 28 pays membres de l’Union proposent de tripler les moyens pour les recherches et le sauvetage en Méditerranée.

2 mai

Désaccord entre les Européens.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban affirme : « Nous ne voulons pas d’immigrés en Hongrie. »

On discute entre Européens

13 mai
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker propose d’accueillir 20 000 réfugiés. Ils seront répartis entre les pays de l’UE au cours des deux prochaines années.

22 mai

La Commission européenne annonce qu’elle va proposer d’accueillir 40 000 réfugiés. 24 000 sont arrivés en Italie et 16 000 en Grèce. La Commission veut soulager ces deux pays. Cette proposition doit être acceptée par la majorité des Etats membres, en premier lieu la France et l’Allemagne.

8 juin

Près de 6 000 réfugiés sont sauvés en Méditerranée en un week-end.

26 juin

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne décident de se partager 60 000 réfugiés au cours des deux prochaines années : 40 000 réfugiés d’Italie et de Grèce et 20.000 hors Union européenne.

On empêche les réfugiés d’entrer

13 juillet

Pour empêcher les réfugiés d’entrer, la Hongrie construit un mur de 175 kms, le long de sa frontière avec la Serbie.

20 juillet

Réunis à Bruxelles, les 28 ministres européens qui s’occupent du dossier des réfugiés ne parviennent pas à s’entendre pour répartir les 40 000 demandeurs d’asile.

2 août

La France et la Grande-Bretagne déclarent qu’ils veulent régler le problème des réfugiés de Calais. Les réfugiés sont installés à Calais (en France) et essaient régulièrement d’aller en Grande-Bretagne.

19 août

80 000 réfugiés sont attendus cette année en Allemagne. C’est 4 fois plus qu’en 2014 et 2 fois plus que ce qui était prévu en janvier.

22 août

Des milliers de réfugiés forcent la frontière en Macédoine avant de gagner la Serbie puis la Hongrie. La Hongrie est un point d’entrée dans l’espace Schengen.

28 août

71 réfugiés sont retrouvés morts asphyxiés dans un camion frigo abandonné sur le bord d’une autoroute en Autriche.

30 août

L’Allemagne demande aux autres pays européens de mieux se partager les réfugiés.

1er septembre

Pour arrêter l’arrivée de réfugiés, la Hongrie fermeture la gare internationale de Budapest. Des migrants manifestent dans la capitale hongroise.

La photo d’un enfant mort…

2 septembre

On publie la photo d’Aylan, un garçon syrien de trois ans, mort sur une plage turque après le naufrage du bateau où il se trouvait avec ses parents et son frère. Seul le père de famille a survécu.

3 septembre

La France et l’Allemagne acceptent finalement d’accueillir les quota prévus de réfugiés

5 septembre

Beaucoup de réfugiés arrivent en Autriche et en Allemagne, qui ont ouvert leurs frontières aux milliers de personnes bloquées en Hongrie. Une partie de la population accueille chaleureusement ces réfugiés.
Réunis au Luxembourg, les ministres européens ne parviennent pas à s’accorder sur l’idée de la création de centres d’accueil en dehors de l’espace communautaire (hotspots). Ils ne veulent pas risquer de déstabiliser des pays déjà proches des pays en guerre.

7 septembre

L’Union européenne publie les nouveaux quotas pour l’accueil de réfugiés en fonction de la capacité des Etats membres. L’Allemagne en accueillera 40 000, la France 30 000 sur un total de 160 000 demandeurs d’asile. La Grande-Bretagne propose de recevoir 20 000 réfugiés syriens. La Belgique devrait en accueillir 4 500.

La fiche pédagogique

Word - 35.5 ko

La correction

Word - 34 ko

Les annexes

Word - 677.5 ko

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0