Accueil > Cahiers > Réfugiés, désunion > Réfugiés, la désunion


Sur la question des réfugiés qui veulent entrer dans l’Union européenne, les 28 pays de l’Union européenne n’arrivent pas à se mettre d’accord. Ce n’est pas l’Union européenne, c’est le contraire : c’est la désunion européenne.

Réfugiés, la désunion de l’Europe

Thierry Verhoeven

mardi 15 septembre 2015

Il n’y a pas que sur la question des réfugiés que les pays de l’Union ne sont pas d’accord. Mais ici, on parle d’êtres humains, d’hommes, de femmes et d’enfants qui fuient la guerre, la misère. Pour accueillir les réfugiés mieux et dans le calme, il faudrait, entre autres, que les réfugiés soient mieux répartis dans les 28 pays de l’Union européenne.

Ouest et Est

En Europe de l’Ouest, la plupart des pays sont d’accord de prendre en charge une partie supplémentaire des réfugiés. Par contre, en Europe de l’Est, plusieurs pays ne sont pas d’accord. Ainsi, la Roumanie, la Slovaquie et surtout la Hongrie ne sont pas d’accord du tout pour accueillir le nombre de réfugiés décidé par l’Union européenne. D’autres pays d’Europe de l’Est hésitent. Par exemple : la Pologne, la République tchèque, l’Estonie et la Lituanie.

Les pays d’entrée de l’Union

Il y a évidemment plus de réfugiés dans les pays d’entrée de l’Union européenne. Depuis plusieurs années, les réfugiés traversent la Méditerranée et arrivent surtout en Grèce et en Italie. Ces derniers mois, les réfugiés prennent d’autres routes. Ils arrivent par des pays l’Europe de l’Est, surtout la Hongrie. 160 000 réfugiés sont arrivés dernièrement en Grèce, en Italie et en Hongrie. Le gouvernement hongrois, politiquement très à droite, a réagi en faisant un mur de barbelés à sa frontière pour empêcher l’entrée des réfugiés.
Beaucoup de réfugiés arrivent aussi en Allemagne et surtout dans les villes du sud du pays comme Munich. Le 12 septembre, plus de 12 000 réfugiés sont arrivés dans cette ville. L’Allemagne a réagi en mettant des contrôles à ses frontières. L’Allemagne ne fait donc pas comme la Hongrie : elle ne ferme pas ses frontières. Mais elle veut mieux les contrôler pour mieux contrôler l’arrivée des réfugiés.

Les quota, une bonne idée ?

Pour que les réfugiés soient mieux répartis dans les 28 pays de l’Union européenne, l’Allemagne, par exemple voudrait imposer un nombre de réfugiés à chaque pays de l’Union. Des quotas quotas nombres fixés et obligatoires à respecter sous peine de sanctions.
Il faut sans doute un certain partage des réfugiés entre les pays européens. Mais faut-il aller jusqu’à imposer à chaque pays un quota, un nombre de réfugiés obligatoire ? Les êtres humains ne sont pas des marchandises : on ne les trie pas et on ne les expédie pas comme des paquets. Le réfugié doit être respecté comme tout être humain. Les dirigeants des 28 pays de l’Union européenne doivent respecter les réfugiés en les accueillant mieux. Et il ne faut pas attendre un accord entre tous les pays pour agir. Il est urgent que chaque pays organise mieux l’accueil et le séjour des personnes qui fuient des pays et des régions en guerre.

Les faits depuis avril avec un exercice pédagogique, cliquez ici

Carte de l’Union européenne

Ciquez ici pour agrandir la carte

Carte des routes des réfugiés

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0