Accueil > Articles > Prix du « courage en


Prix du « courage en journalisme »

Femmes dans les médias

lundi 5 novembre 2007

Chaque année, la Fondation internationale des femmes dans les médias remet des prix de « courage en journalisme ». Créée en 1990, cette Fondation est une association nord-américaine sans but lucratif. La Fondation veut renforcer le rôle des femmes dans les médias et défendre la liberté de la presse. La Fondation aide ainsi les femmes à faire leur métier de journaliste. Car pour la Fondation, la presse et l’information ne sont vraiment libres que si les femmes y ont une place égale à celle des hommes. Les prix du « courage en journalisme » récompensent des femmes qui travaillent dans les médias et « qui ont montré une remarquable force de caractère en poursuivant leur carrière dans des circonstances difficiles ou dangereuses. »

Les cérémonies officielles de remise des prix ont eu lieu, fin octobre, aux Etats-Unis. La Fondation a notamment choisi de récompenser un groupe de 6 femmes journalistes irakiennes : Shatha al-Awsy, Zaineb Obeid, Huda Ahmed, Ban Adil Sarhan, Alaa Majeed et Sahar Issa. Ces femmes travaillent dans un bureau d’information en Irak pour un groupe de médias américains. C’est avec une certaine délicatesse que la Fondation a rappelé que ces femmes journalistes irakiennes « évitent les affrontements armés et contournent prudemment les voitures piégées pour faire leur travail dans le pays le plus dangereux du monde pour les journalistes. » Depuis la guerre de 2003, une centaine de journalistes sont morts en Irak. Environ 80 étaient de nationalité irakienne. Les journalistes récompensées ont plusieurs fois reçu des lettres de menace. Des membres de leur famille ou des amis ont été tués. Elles dorment avec un gilet pare-balles. Ces journalistes racontent la vie quotidienne difficile des Irakiens et particulièrement des femmes. Elles ont, par exemple, fait un reportage sur la difficulté pour les femmes de se soigner. Certains quartiers sont très dangereux et les femmes hésitent à se rendre à l’hôpital.

La Fondation internationale des femmes dans les médias a également récompensé d’autres femmes journalistes :

  • Lydia Cacho, une journaliste mexicaine, menacée de mort parce qu’elle a fait des reportages sur les violences familiales, la criminalité et la corruption dans son pays.
  • Serkalem Fasil, une éditrice de journaux en Ethiopie, accusée de trahison et de génocide parce qu’un de ses journaux avait fait une « une » que le gouvernement a déclarée « hostile à l’Etat ». Serkalem Fasil a été acquittée après avoir fait 17 mois de prison.
  • Peta Thornycroft, une journaliste qui a fait des reportages sur la situation au Zimbabwé. Elle avait été arrêtée en 2002 à cause de ses reportages critiques. La Fondation l’a récompensée pour « l’ensemble de son œuvre ».

 

Site de la Fondation (en anglais) :  http://www.iwmf.org/

 

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0