Accueil > Cahiers > Philippe, le 7e (...) > Pas de Belges avant


Pas de Belges avant 1830 ?

Carmela Morici

dimanche 21 juillet 2013

La Belgique n’est un pays que depuis 1830. Que s’est-il passé dans nos régions avant que notre pays n’existe officiellement ? Qui étaient ces Belges d’avant la Belgique ? Gaulois, Espagnols ou encore Français... Avant d’être Belges, les habitants de nos régions ont connu beaucoup de nationalités.
Peu importe le nom qui était donné à nos terres, elles ont toujours été un lieu d’échanges et de rencontres entre les peuples.

La plus ancienne trace de présence humaine dans nos territoires remonte à 800 000 ans. Mais c’est en 57 avant J.C. que le terme « belge » apparaît
pour la première fois. Cette année-là, Jules César envahit la Gaule. Les habitants de la partie nord de la Gaule résistent et refusent de se soumettre entièrement. Ce qui fait dire à Jules César l’une de ses phrases les plus célèbres chez nous : « De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves ».
Les Belges gardent donc une partie de leurs traditions, mélangent leurs savoirs avec ceux des Romains. Les Romains apportent une nouvelle organisation politique et administrative. Ils construisent des routes et apportent des techniques nouvelles. De leur côté, les Belges leur apprennent l’utilisation de la moissonneuse. Les produits gaulois s’exportent vers l’Italie.
Les cultures se brassent comme la bière. Sur les tables gallo-romaines, le vin italien côtoie le jambon de nos contrées. La présence
romaine apporte 4 siècles de paix à la région. C’es la fameuse « Pax Romana ».

Du Moyen Age aux Temps Modernes

Au début du 5ème siècle, les Francs envahissent la Belgique et installent pour un temps leur capitale à Tournai. Les villes commencent alors à se développer grâce au commerce. Bruges, notamment,
devient une grande capitale du commerce par mer. Les marins partent dans des bateaux pleins de laine et de dentelle. Ils reviennent la tête pleine d’odeurs, d’épices et de couleurs. Les échanges entre l’Occident et l’Orient deviennent de plus en plus fréquents. Mais en 1096, c’est le choc des civilisations, le début des croisades. Godefroy de Bouillon est de la première expédition qui part libérer
Jérusalem. Les croisés ne ramèneront pas grand-chose de leurs guerres en Orient. Les croisades n’ont pas développé le commerce dans nos régions. Elles ont au contraire appauvri nos terres.
Les techniques et la culture orientale arriveront chez nous par d’autres
voies plus pacifiques : par des centres de traduction et des bibliothèque de Grèce, d’Italie ou d’Espagne.

A partir du 12ème siècle, le territoire de la future Belgique est le théâtre de nombreuses batailles entre les 2 principales
forces militaires et politiques de l’époque. Les guerres entre
la France et l’Espagne dessinent peu à peu la frontière
actuelle entre la France et la Belgique. Les particularités de la Belgique naissent très certainement durant cette période trouble. Une région déchirée entre plusieurs langues, deux cultures, latine et germanique, qui s’opposent. Rien d’étonnant à retrouver quelques siècles plus tard une petite nation, cœur de l’Europe,
où se côtoient 3 langues nationales et de nombreux modes de vie.

Les révolutions


Napoléon à la Bataille de Waterloo en 1815- Photo : Belga

En 1789, des réformes politiques et religieuses provoquent une révolte.
Ce soulèvement est connu sous le nom de « révolution brabançonne ».
Il donne lieu à une première tentative d’indépendance.
Le 11 janvier 1790, des « États-Belgique-Unis » sont proclamés
libres. 10 mois plus tard, ce territoire repasse aux mains des Autrichiens.
Puis, il redevient français. Pendant la période française
(1792-1815), la Wallonie fait sa révolution industrielle. Elle devient
une des régions les plus industrialisées d’Europe. Le travail
manuel est remplacé par des machines à vapeur.

La technologie est introduite en Belgique par des immigrants anglais ou par l’importation
clandestine de machines. A partir de 1800, l’Anglais William Cockerill,
installé à Verviers, fournit des machines à l’industrie
drapière locale. Dès 1803, les mines de charbon sont exploitées à l’aide
de machines à vapeur. En 1810, le Hainaut produit plus d’un million
de tonnes de charbon par an. Une partie de l’acier dont les Français
ont besoin vient de Liège. En échange, la Belgique bénéficie
de l’ensemble des institutions de la Révolution Française ;
administration plus juste, Code Napoléon, imposition plus égalitaire,
justice réformée. La période française prend fin
en 1815 avec la défaite de Napoléon à Waterloo. Nos territoires
passent alors sous domination hollandaise. Le 25 août 1830, par contagion
de la Révolution Française, Bruxelles se soulève. Tout
le sud de la future Belgique suit. Le 25 septembre, un gouvernement provisoire
est formé. Il élabore une Constitution très progressiste
pour l’époque. Le 27 septembre, les troupes hollandaises évacuent
le pays. Le 4 Novembre 1830, une conférence diplomatique sur l’avenir de la Belgique s’ouvre à Londres. C’est à partir de ce moment que s’écriront les premières lignes de l’Histoire de la Belgique...

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0