Accueil > Articles > Obama for president


Obama for president ?

Etats-Unis

lundi 9 juin 2008

C’est officiel. Barack Obama sera le candidat du parti démocrate à la présidence des Etats-Unis. En novembre de cette année, il deviendra peut-être le premier président noir de l’histoire des Etats-Unis d’Amérique.


Photo : Belga

« Aujourd’hui, je suspends ma campagne, je félicite M. Obama pour sa victoire. Je lui apporte mon plein soutien, a déclaré Hillary Clinton. La seule manière de continuer le combat est de mobiliser toute notre énergie, notre passion et notre force pour aider Barack Obama à être élu président des Etats-Unis. »

Depuis des mois, Hillary Clinton et Barack Obama menaient campagne l’un contre l’autre pour devenir le candidat du parti démocrate à la présidence des Etats-Unis. Barack Obama s’est peu à peu imposé. Pourtant, quand il s’est déclaré candidat le 9 février 2007, on pensait qu’il n’avait aucune chance contre Hillary Clinton. Barack Obama est un sénateur de 46 ans. Mais il n’était pas très connu. Il est le fils d’un Kenyan et d’une Américaine. Un homme de couleur venu de nulle part pour défendre les couleurs du parti démocrate ? Alors qu’Hillary Clinton, l’épouse de Bill Clinton et ex-première Dame des Etats-Unis est candidate ? Impossible… Et pourtant ... Obama l’a fait.

Une bouffée d’air frais

En quelques mois de campagne, Barack Obama a réussi à brouiller les pistes de la politique américaine. On l’a même comparé à John Kennedy ou à Martin Luther King… Ce qui est clair, c’est qu’il apporte quelque chose de nouveau à l’Amérique. Il apporte un air frais. A gauche, les jeunes l’adorent. Dans l’Iowa, ils ont participé en masse pour lui. Pour cette génération, Obama est le contraire de la politique à l’ancienne : Obama ne représente pas la politique des arrangements et des compromis. Les Noirs, qui au début votaient pour Hillary Clinton parce qu’ils pensaient qu’Obama n’avait aucune chance, sont maintenant derrière lui. Le jeune sénateur incarne une Amérique mélangée. Il réussit à redonner un nouveau visage à un parti démocrate qui semblait rigide et vieilli. De nombreuses personnalités de la politique, des affaires et du spectacle le soutiennent. Barack Obama a même séduit des républicains modérés. Il parle d’unité. Il refuse les divisions entre les Etats conservateurs et les Etats progressistes. Barack Obama sera donc un candidat sérieux face à John Mac Cain. Mac Cain est le candidat du parti républicain. Il a été désigné, il y a déjà plusieurs mois, pour l’élection présidentielle de novembre prochain.

Blanc et Noir

Obama défend des valeurs humaines, universelles et individuelles. Obama a toujours été entre deux mondes. Entre le monde des Blancs et celui des Noirs. « J’ai appris à passer de mon monde noir à mon monde blanc, écrit-il. Conscient que chacun d’eux possédait son langage, ses coutumes et ses signes, convaincu qu’il suffisait d’un effort de traduction de ma part pour qu’ils se rejoignent... »

Son père est le fils d’un notable kenyan. Il est le seul Noir dans sa faculté de l’université de Hawaii. Il y rencontre Ann Dunham, qui vient du Kansas. De leur mariage naît Barack Hussein Obama le 4 août 1961. Ils se séparent deux ans plus tard. Barack est élevé à Hawaï par ses grands-parents maternels originaires du Kansas : "Gramps" un représentant en meubles et "Toot", une employée de banque : des gens modestes, tolérants, qui ont connu des passages difficiles. Ainsi Gramps, à 8 ans, a trouvé sa mère pendue. Il est devenu un temps vagabond et petit voyou à l’adolescence. Il a traversé tout le pays caché dans des trains de marchandises. Après la guerre, Toot et lui se sont lancés à la recherche d’emplois dans les champs de pétrole du Texas.

Ce sont eux qui élèvent Barack Obama à Hawaii. En 1968, la mère de Barack se remarie et l’emmène avec elle, en Indonésie. Après quatre ans, il rentre seul chez ses grands-parents . Grâce à une bourse, il est scolarisé à la Punahou School, la meilleure école privée de Hawaii.

Riche et pauvre

Obama est aussi entre le monde des riches et celui des pauvres. Ainsi, comme il a une bourse, il fréquente une école chic alors que chez lui, sa famille survit à l’aide des bons d’alimentation de l’aide sociale.

En 1985, Barack Obama part pour Chicago. Il est animateur de rue dans une association d’un quartier difficile. "Je voulais le changement, écrit-il. (…). Mais aucun changement ne vient d’en haut. Il ne peut provenir que d’une base mobilisée. J’allais donc mobiliser les Noirs !" Il aide les personnes à s’organiser, à se défendre, à obtenir des logements sociaux sans amiante, des bureaux d’embauche ou à lutter contre la délinquance des jeunes. En 1987, il s’inscrit dans la faculté de droit de Harvard, à Boston. Il obtient brillamment son diplôme de droit. Il devient le premier Noir élu rédacteur en chef de la Harvard Law Review, devant 18 autres candidats.

À la fin de ses études, Barack Obama enseigne le droit constitutionnel à l’Université de Chicago. Il entre dans un cabinet juridique spécialisé dans la défense des droits civiques. En 1992, il épouse Michelle, une avocate qui milite au parti démocrate. Elle l’encourage à se lancer en politique. En 1996, Barack Obama est élu au Sénat de l’État de l’Illinois.

A ce poste, il défend la cause des homosexuels, les soins médicaux pour les plus démunis. Il fait augmenter les fonds pour la lutte contre le SIDA. Il est l’homme des compromis impossibles. Il réussit à gagner l’accord des républicains sur certaines lois sensibles. Il obtient notamment que les interrogatoires de police soient surveillés par vidéo dans l’Illinois. En 1992, il aide à faire gagner dans l’Illinois le candidat démocrate de l’époque : Bill Clinton.

En 2004, les vrais débuts

En juillet 2004, à Boston, les démocrates désignent John Kerry comme candidat de leur parti à l’élection présidentielle. A cette Convention, Obama fait un discours très remarqué. Il y parle du rêve américain, de l’Amérique généreuse. Il les relie à ses origines familiales. Il s’oppose à l’administration Bush qui sépare les Américains. Il appelle au contraire à leur unité.

Le 2 novembre 2004, Barack Obama est élu au Sénat des Etats-Unis. Il prête serment comme sénateur le 5 janvier 2005. Il devient le seul afro-américain à siéger au Sénat.

Tout au long des primaires, Obama a insisté sur le fait qu’il incarnait le changement et qu’il s’opposait à la politique partisane. Il a donc séduit une partie des électeurs indépendants et des jeunes. Lors des primaires, il a acquis de plus en plus de soutiens. Et le 3 juin, il atteint les 2 118 délégués nécessaires pour être candidat, ainsi que le soutien de nombreux super-délégués.

Obama deviendra-t-il le Premier président de couleur des Etats-Unis. Il reste à voir si Obama pourra séduire assez d’électrices. 44% des femmes votent Démocrate et 24% sont indépendantes. Or les femmes ont très souvent préféré Hillary à Obama dans les primaires. Certaines risquent donc de voter plutôt pour John Mac Cain, le Républicain.
Mais Barack Obama a toutes ses chances : quelqu’un qui croit à ses rêves et s’y accroche jusqu’au bout a toutes les chances de plaire aux Américains… et au reste du monde.

Quelques soutiens de Barack Obama

Chez les hommes politiques : le sénateur John Kerry, candidat à la présidence qui avait perdu contre George Bush

Chez les hommes d’affaires : Warren Buffett et George Soros

Chez les gens du spectacle : George Clooney, Matt Damon, Will Smith, Ben Affleck, Halle Berry, Sophia Bush et Scarlett Johansson, le cinéaste Michael Moore, la chanteuse Nicole Scherzinger

Chez les autres personnalités : la romancière Toni Morrison, l’animatrice de télévision Oprah Winfrey…

 

Nicolas Simon

2 Messages

  • 12 juin 2008 09:28, par US

    Il faut qu’Obama gagne pour effacer les années catastrophiques de Bush. Mais j’ai peur que les américains ne soient pas prêts pour voter pour un noir.

  • 6 août 2008 13:23, par Jacobs

    Et si on demandait à cet homme là pour venir mettre de l ordre dans notre Belgique
    Il est jeune,il a des idées de paix ,il apporte de l espoir à bien des gens de toutes les religions ,de toutes les couleurs, de toutes les classes sociales ,il est pour le brassage des cultures et pour le respect à la Différence
    Et en plus ,il parle D UNITE
    Bart de Wever devrait un peu plus écouter ces messages surtout quand ils parlent des francophones belges d immigrants dans leur propre pays .
    Sur une terre qui appartient à tout le monde .
    Il commence vraiment à m énerver ce petit homme là !
    La terre n appartient à personne !il vaudrait mieux en prendre soin tant qu elle existe pour y vivre sereinement.
    J espère que mr OBAMA avec ses idées là ne terminera pas comme un certain Kennedy que l Amérique et même le monde pleurt encore.
    La Paix "ne rapporte pas" ,ne l oublions pas !

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0