Notre avenir

jeudi 1er novembre 2007

La presse internationale et aussi la presse belge ont imaginé des solutions possibles pour l’avenir de la Belgique. Voici 3 scénarios possibles pour aujourd’hui ou peut-être pour dans quelques années.

Le compromis compromis décision après une discussion où chacun a fait un effort pour trouver un accord

Les politiques wallons, flamands et bruxellois finiront par s’entendre. Comme les autres fois, il y aura un accord, un compromis « à la belge ». Ce compromis tiendra le temps qu’il pourra... soit jusqu’à la chute ou la fin du prochain gouvernement. Quels sont ces compromis ? Bruxelles est actuellement entouré de communes flamandes, sans frontières directes avec la Wallonie. Les francophones voudraient que les communes à facilités au sud de Bruxelles deviennent wallonnes. Il s’agit de Rhode-Saint-Genèse et de Drogenbos. D’un autre côté, les flamands voudraient que l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde perde ses facilités électorales. Actuellement, le système permet à des francophones habitant la Flandre de voter pour des partis francophones dans ces communes. Ce sont donc des francophones qui sont au pouvoir dans ces communes flamandes.

L’indépendance

Le pays éclate. La Flandre et la Wallonie deviennent deux pays différents. Mais il reste quelques « détails » délicats. Que fait-on du Roi ? Que fait-on des communes à facilités ? Que fait-on de la dette publique ? Que fait-on de Bruxelles ? Certains pensent que Bruxelles pourrait devenir un no man’s land. La capitale de l’Europe, autonome, n’appartenant à personne en particulier et à tous les Européens en général. Mais est-ce que les deux régions autonomes -la Flandre et la Wallonie- peuvent vivre sans les richesses de Bruxelles ?

Le rattachement

Chacune des deux grandes régions belges se rattache à un pays voisin. Ainsi, certains petits partis politiques wallons pensent que la Wallonie devrait se rattacher à la France. Nous aurions donc un président de la république et le coq wallon chanterait la Marseillaise ! Actuellement aucun rattachement n’est envisagé pour la Flandre. Car la Flandre pense qu’elle est capable de se suffire à elle-même.

M-L S

2 Messages

  • 1er février 2011 21:49, par Bernard Contempré

    La flandre sera économiquement rattachée à la Hollande, non par la volonté des flamands, mais par pragmatisme économique.
    Quelle que soit l’appellation administrative que la flandre se donnerait en tant que région, pays, république,... ; il y aura une néerlandophonie, 24 millions d’habitants, dont 6 de flamands. L’idéation que la Flandre peut se suffire à elle même tient de la bouffée délirante.

    Corollaire, les structures belges actuelles, bilingues, ne seront pas maintenues dans la francophonie non plus. Celle-ci sera gérée depuis la France. Dans les deux cas, bon gré, mal gré.

    Dans les deux cas, la Belgique ne se séparera pas en deux régions autonomes, mais en deux sous régions économiques, sous tutelle étrangère.

    Une catastrophe pour tout les Belges. Sous-régions décentralisées, toutes deux traitées avec condescendance.
    Il y a peu de différence de mode de vie entre les Belges !
    la différence de mode de vie est colossale entre les flamands et les Hollandais.

  • 27 avril 2012 10:24, par rosalie

    Il y a une différence de vie entre les francophones Belges et les Français de France aussi mais j’y vais le plus possible car ce pays est merveilleux .
    Mon pays, c’est la Belgique avec ses différences et j’aime çà .
    J’aimerais que ces petits politiciens extrémistes extrémistes personnes qui ont des positions extrêmes, très dures, sans tolérance arrêtent leurs gesticulations ego centriques perverses.
    Les Belges,tous les Belges sont de braves gens,nous méritons plus de respect et de considérations.
    L’essentiel est de gérer cette crise ensemble pour l’avenir de tous nos en fants.Commençons d’abord par compter et à équilibrer.
    Ce ne sera pas facile ,ce n’est vraiment pas le moment de compliquer le chmilblik par des petites disputes communautaires de petits politiciens en quête quête le fait de chercher pour trouver quelque chose ou quelqu’un que l’on veut, exemple : la quête du bonheur. de public désespéré.
    La crise est la meilleure saison pour les malhonnêtes.
    Votez pour moi et je vous aiderai !Mon oeil en parachute(parfois doré)que cela ne vous empêche pas d’écouter "votez pour moi "sur RTL pour un peu rigoler.
    Restons des optimistes courageux.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0