Accueil > Cahiers > Le français jubile > Les mots immigrés


Le français est une langue avec beaucoup de mots d’origine étrangère. Au cours de l’histoire, des mots d’autres langues ont « émigré » vers le français. Ces rencontres, ces mélanges de mots font aussi la richesse de notre langue.

Les mots immigrés

Thierry Verhoeven

mercredi 18 mars 2015

Le français accueille beaucoup de mots venus d’autres langues. C’est ce que nous montre un petit livre précis et amusant : L’aventure des mots français venus d’ailleurs (1). Avant de parler de la langue, faisons un peu de mathématiques.
Dans un gros dictionnaire français de 60 000 mots, il y a 8 000 mots d’origine étrangère, un peu plus de 13%. Vous vous dites peut-être que c’est normal. Dans ce gros dictionnaire, il y a des vieux mots et des mots de scientifiques. Et les vieux mots viennent souvent de vieilles langues régionales. Les mots très scientifiques viennent souvent du grec. D’accord.

Mais prenons un petit dictionnaire avec des mots plus courants. Sur 35 000 mots, il y en a 4 200 d’origine étrangère. Donc toujours un peu plus de 13%. Vous pensez que c’est à cause des mots anglais : parking, jogging, mail, etc. Et vous n’avez pas tort : sur 4 200 mots d’origine étrangère, il y a 1 053 mots d’origine anglaise, soit 25%. Mais il y a aussi beaucoup de mots venus de l’italien, de l’allemand ancien, du gaulois, de l’arabe, et de beaucoup d’autres langues.

Par exemple, le mot « braguette » vient du gaulois, les mots « caleçon » et « caresser » de l’italien, ... Le mot « chiffre » de l’arabe. Le mot « boulevard » du néerlandais. Le mot « robot » du tchèque. Le mot « chocolat » de l’indien d’Amérique du Sud, etc.

La foire

Comme les hommes, les mots bougent et se mélangent de l’Antiquité à nos jours. La langue française a commencé vraiment à se former au Moyen-âge. Le français vient surtout du latin et de la langue des Francs, un peuple germanique. Les Francs ont donné leur nom au pays, la France, et à la langue, le français. A l’époque, il y a aussi d’autres « parlers ». Par exemple, on parle la langue d’oïl au Nord de la France et la langue d’oc au Sud de la France. Il y avait des langues venues d’Orient et de Méditerranée. Toutes ces langues vont se rencontrer grâce au commerce.

Au 12e et 13e siècle, il y a presque mille ans, le commerce se développe beaucoup en Europe. Les marchands et les banquiers se rencontrent dans des grandes foires commerciales. Il y en a qui viennent du Nord de l’Europe, d’autres qui viennent du Sud. Ils se rencontrent donc surtout à mi-chemin, au milieu de l’Europe : en Champagne, une région de France. C’est là que les mots venus du Nord, du Sud et de l’Orient, se rencontrent. Beaucoup de ces mots deviennent des mots de la langue française.

Au 13e siècle, la région de Champagne (en vert) est un grand centre de commerce au milieu de l’Europe.

L’arabe

Pendant tout le Moyen-âge, la langue et la culture arabes jouent aussi un rôle important. Au Moyen-âge, la civilisation arabe se développe aussi en Europe. Les Arabes occupent, par exemple, une grande partie de l’Espagne. Les Arabes étudient et traduisent des philosophes, des médecins, des scientifiques grecs. Ils permettent ainsi aux Européens de redécouvrir la langue grecque.

Les Arabes font aussi le lien entre l’Occident et les langues d’Orient : le persan comme avec le mot « azur », le turc avec « minaret », le hindi avec le mot « riz », etc. Beaucoup de mots arabes entrent aussi dans la langue française. Ce sont surtout des mots scientifiques, de plantes, de légumes, d’animaux. Par exemple, les mots « chiffre », « alcool », « abricot », « artichaut », « gazelle », « girafe » sont des mots arabes.

Plus récemment, avec la colonisation, le français reprend des mots arabes comme mots familiers : toubib pour docteur, flouze pour argent, bled pour lieu où l’on est né. Mais il y a beaucoup d’autres mots qui ont émigré en français. Il y a des mots italiens, espagnols, chinois, etc. Et bien sûr, les mots anglais. Tous ces mots français venus d’ailleurs montrent que la rencontre et le mélange font la richesse d’une langue. C’est comme dans nos sociétés, la rencontre et le mélange font la richesse du « vivre ensemble ».

(1) L’aventure des mots français venus d’ailleurs d’Henriette Walter aux Editions Robert Laffont, 10,30 euros

Voir aussi Les mots décollent et Autour de la langue

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0