Accueil > Cahiers > Pauvre de nous (...) > Les indicateurs (...)


Les indicateurs du baromètre

dimanche 1er mars 2009

Qui est pauvre ? Quelles sont les causes de la pauvreté ? Et quels en sont les effets ?

Voilà des choses qu’il faut savoir pour mieux combattre la pauvreté. En juillet 2008, le gouvernement fédéral avait décidé de créer un baromètre de la pauvreté. Début 2009, c’est fait. Un baromètre de la pauvreté montre le niveau de pauvreté et de précarité précarité le fait de ne pas être à l’abri des ennuis d’argent, de vie en Belgique. Un baromètre ne suffit pas à mesurer l’ensemble du problème. Mais chaque année, il sera un repère clair dans la lutte contre la pauvreté. Voici quelques-uns des indicateurs de ce baromètre.

Groupes à risque de pauvreté

Si le risque général de pauvreté est de 14,7%, le risque de pauvreté est plus élevé dans certains groupes sociaux. Par exemple, pour les chômeurs, les pensionnés, les personnes qui vivent seules et les familles monoparentales.

Les travailleurs aussi

Le travail protège-t-il de la pauvreté ? Pas toujours ! Parmi la population à risque de pauvreté, 1 personne sur 5 a un emploi.

Risque de pauvreté = risque d’être endetté

Etre pauvre, cela se voit au moment de payer les factures. Dans la population totale, 5,7% des personnes ont au moins deux factures en retard pour un ou plusieurs besoins de base. C’est-à-dire des factures d’électricité, d’eau, de gaz, de soins de santé, le loyer ou l’emprunt immobilier. Parmi les 20% des personnes les plus pauvres, 15,8% sont en retard de paiement.

Risque de pauvreté = risque pour la santé

Etre pauvre, c’est aussi mettre sa santé en danger. 2,3% des habitants de Belgique ont reporté ou annulé des soins à cause du manque d’argent. Et 25,7% s’estiment en mauvaise santé.
Ces chiffres sont encore plus élevés dans les 20% des personnes les plus pauvres. 6,6% d’entre eux ont reporté ou annulé des soins à cause du manque d’argent. Et 40,7% d’entre eux s’estiment en mauvaise santé.

Risque de pauvreté = risque d’être mal logé

Etre pauvre, c’est avoir un mauvais logement. Un logement qui manque de confort minimum : pas d’eau chaude, pas assez d’espace, toit qui fuit, humidité, pas de bon chauffage. Dans la population totale : 29,6% des personnes vivent dans un logement avec un ou plusieurs problèmes. Parmi les 20% des personnes les plus pauvres : 49,9% des personnes vivent dans un logement avec un ou plusieurs problèmes.

Risque de pauvreté = risque d’être isolé

La pauvreté, c’est aussi le risque d’être plus isolé dans la société. Quand on manque d’argent, on participe moins à des activités sportives, de loisirs (mouvements de jeunesse, association de pensionnés), artistiques (musique, dessin, sculpture, photographie, peinture, théâtre).

Dans la population totale : 58,3% des personnes n’ont pas ces activités. Parmi les 20% des personnes les plus pauvres : 71% des personnes n’ont pas ces activités. Etre pauvre, c’est se priver. Et pas seulement de choses de base. C’est aussi renoncer à des biens et services devenus nécessaires dans notre société.
Ainsi le baromètre indique que 22% de personnes qui vivent dans un ménage en Belgique ont au moins deux des problèmes suivants :

  • des arriérés de loyer, factures
  • pas une semaine de vacances par an hors de chez soi
  • pas de chauffage convenable
  • pas de repas de viande, poulet ou poisson tous les deux jours
  • incapable de faire une dépense non prévue équivalent au seuil de pauvreté mensuel
  • pas de téléphone
  • pas de télévision
  • pas de voiture
  • pas de machine à laver
Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0