Document sans ..." />
Accueil > Articles > Les cow-boys de (...)


Les cow-boys de l’Irak

Brève

lundi 8 octobre 2007

http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd">

Document sans titre

La police américaine (le FBI) va enquêter sur ce qu’a fait la société de sécurité privée Blackwater en Irak. En Irak, il n’y a pas que des armées officielles. Par exemple, pour assurer la sécurité de personnalités, les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne font appel à des sociétés de sécurité privées. Sur le terrain, il est impossible de contrôler toutes les activités de ces sociétés. Pire encore, la responsabilité juridique de ces sociétés n’est pas très claire.

S’il y aujourd’hui une enquête contre Blackwater, c’est parce que le gouvernement irakien a vivement protesté suite à une fusillade qui a tué des civils irakiens.

Le 16 septembre à Bagdad, des gardes de Blackwater protégeaient un convoi du département militaire américain. Les agents de sécurité ont cru à une menace. Ils ont tiré. On ne connaît pas encore le bilan exact de la fusillade mais on sait qu’il y a eu des morts et des blessés. Le gouvernement irakien a immédiatement demandé à Blackwater de ne plus travailler en Irak. Mais à l’heure actuelle, la firme de sécurité est toujours sur le terrain. Même si une enquête est en cours.

Depuis qu’ils sont en Irak, les gardes de sécurité de Blackwater ont été impliqués dans plus de 200 fusillades. Vu les violences en Irak, on peut trouver cela normal. Mais selon un rapport des députés américains, dans 80% de ces fusillades, les gardes de Blackwater ont tiré les premiers. Or Blackwater doit assurer la protection de certaines personnalités. Il est là pour défendre et non pour attaquer. Blackwater n’est pas la seule société de sécurité présente en Irak.

Il y en a 177 en Irak. Ces 177 sociétés privées emploient presque 50 000 personnes, des « soldats »privés. Ces hommes ne sont donc d’aucune armée régulière. Ce ne sont pas officiellement des militaires. Ce sont des civils très armés. Juste après la fin de la guerre en 2003, l’autorité provisoire qui dirigeait alors l’Irak avait déclaré que les civils étrangers en Irak n’étaient pas soumis aux lois irakiennes. Cela concernait aussi  les gardes des sociétés privées . Depuis la mise en place du gouvernement irakien en 2005, la loi a changé.

Plusieurs centaines de soldats de l’armée américaine officielle sont passés devant les tribunaux militaires pour meurtres, vols ou autres délits. Mais les soldats des sociétés privées, eux, ne sont jamais poursuivis. Même quand ils font des fautes très graves ou meurtrières. Les Irakiens supportent de plus en plus mal les actions de ces mercenaires . Suite à la fusillade du 16 septembre à Bagdad, le gouvernement  irakien a lui aussi vivement réagi. Et ces sociétés de sécurité privées inquiètent aussi certains députés et sénateurs américains. Ces véritables armées, souvent dirigées par d’anciens militaires d’élite ou d’employés services secrets, ne sont pas vraiment contrôlées.  Cette affaire servira peut-être à éviter de nouveaux dérapages de ces « Rambos », « cow-boys » et « pistoleros ».

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0