Accueil > Cahiers > Le retour de la (...) > Les JO à Sotchi (...)


Les jeux olympiques d’hiver s’ouvrent à Sotchi ce 7 février 2014.Sous une avalanche de critiques. Des critiques tout à fait justifiées.

Les JO à Sotchi ? De la politique et des scandales

Marc Vandermeir

samedi 8 février 2014

Sotchi. Ce nom, vous l’avez beaucoup entendu et vu ces derniers temps. Sotchi est une ville russe sur la Mer Noire et en bordure des montagnes du Caucase. Elle a été choisie le 4 juillet 2007 pour accueillir les jeux olympiques d’hiver en 2014. Et ces jeux olympiques d’hiver se déroulent du 7 au 23 février.
C’est le comité international olympique (CIO) qui désigne toujours la ville qui accueille les jeux olympiques. Le CIO compte 115 membres : des athlètes, des anciens athlètes, des dirigeants de grandes fédérations internationales de sport et d’organisations internationales proches du sport. Pour accueillir les JO d’hiver ou d’été, il y a souvent plusieurs villes candidates. Ces villes représentent plusieurs pays et sont en compétition Ce sont les membres du CIO qui choisissent la ville des JO en votant pour l’une ou l’autre de ces villes.

Un choix étrange

En 2007, les villes candidates pour accueillir les JO d’hiver 2014 étaient Sotchi, en Russie ; Salzbourg, en Autriche et Pyeongchang, en Corée du Sud. Pour pouvoir déposer leur candidature, les villes doivent répondre à beaucoup de conditions. Ainsi le CIO veut que les dépenses engagées ne soient pas trop importantes, que les JO respectent les habitants et l’environnement, que les installations sportives ne soient pas abandonnées après les jeux etc.
En principe. Car la réalité est très différente. D’abord, le CIO ne vérifie rien de ce que les villes candidates disent, même si certaines choses paraissent incroyables. Ensuite, même s’ils choisissent la ville par plusieurs votes, ces élections ne sont pas transparentes. Les délégués ne doivent pas s’expliquer. Enfin, tous les historiens spécialistes des JO sont d’accord sur une chose : le choix de la ville est le plus souvent d’abord politique. Et on sait que les pays candidats négocient en secret pour avoir le vote des membres du CIO. On ne sait jamais ce qui est dit, ce qui est promis ni ce qui est fait pendant toutes ces discussions secrètes. Parfois, une ville est finalement choisie et on se demande bien pourquoi car la ville n’offre pas les meilleures conditions pour des JO. Et c’est bien le cas de Sotchi.

Le « tsar » Poutine

Choisir Sotchi pour des JO d’hiver était déjà affolant : cette ville est une destination d’été, appréciée pour ses plages sur la Mer Noire. Bien sûr, cette ville est adossée aux montagnes du Caucase. Mais, pour y organiser des JO d’hiver, on savait qu’il faudrait construire d’énormes équipements. Pas seulement des équipements sportifs mais aussi des routes, des gares, des aéroports, des logements. Seulement voilà,Sotchi est une ville où Poutine a une maison d’été. Vladimir Poutine est le président russe. Beaucoup le traitent de « tsar ». Un tsar était l’empereur de Russie avant la révolution communiste. Et Vladimir Poutine se veut aussi puissant que ces empereurs. Il ne respecte pas les règles d’une démocratie ni les droits de l’homme. Sous Poutine, la Russie redevient peu à peu une dictature. Comme au temps des tsars ou de Staline.

Droits de l’homme

Très peu de dirigeants politiques ont assisté à la cérémonie d’inauguration des JO. Certains, comme Angela Merkel (Allemagne), ont clairement dit qu’ils montraient ainsi leur désaccord avec l’attitude de Poutine. Des mouvements de défense des homosexuels et lesbiennes, ainsi que des athlètes, ont demandé le boycott des JO. On parle beaucoup des lois contre les homosexuels votées en Russie sous Poutine. Dans la Russie d’aujourd’hui, être homosexuel ou lesbienne et ne pas s’en cacher, c’est parfois risquer sa vie.
De plus, le pouvoir fait tout pour encadrer la presse : il n’y a presque plus de presse qui ose critiquer le régime n’existe. Et plusieurs journalistes « gênants » ont été assassinés sans que jamais on trouve leurs assassins. Les manifestations d’opposants sont interdites ou très durement réprimées. Les juges sont aux ordres du pouvoir. Ce pouvoir est main dans la main avec la mafia.

Les jeux les plus chers de l’histoire

Ces JO d’hiver sont aussi les plus chers qu’il y ait jamais eu. Alors qu’une bonne partie de la population russe vit dans la misère … Dans le dossier de candidature, les travaux prévus ne dépassaient pas 8,8 milliards d’euros. La facture finale dépasse les 37 milliards d’euros ! C’est plus cher que tous les travaux pour tous les JO d’hiver, partout, depuis qu’ils existent ! Poutine a même prévu quelque chose qui n’a rien à voir avec les JO ni avec l’hiver : un… circuit de Formule 1 !
Il faut dire que l’on partait de rien, (on a dû prévoir les moyens techniques pour faire de la neige artificielle !) et qu’il y a eu des imprévus à cause du relief. Mais ces JO ont aussi été ceux de la corruption. Pour obtenir des marchés dans ce bout du monde, les entreprises ont dû donner des commissions à des proches du pouvoir, à ceux qui dirigeaient la préparation de ces jeux.
En on ne sait même pas si ces constructions pourront continuer à servir après les jeux. En Grèce, toutes les installations construites pour les JO d’été de 2004 sont abandonnées et n’ont plus jamais servi après les jeux…

Et la population et l’environnement ?

En plus, pour réaliser les routes, les trains, les hôtels pour les JO à Sotchi, le pouvoir a chassé des habitants de leur logement, exproprié des terrains. Sans rien ou presque en échange…
Ces chantiers ont aussi créé une montagne de déchets, et pas mal de déchets toxiques. Ils ont été amenés dans des décharges gigantesques, en montagne, sans aucun contrôle, sans aucun tri et sans aucune norme de sécurité. Et ils ont pollué les sols et l’eau. Quelques journalistes étrangers, aidés par des opposants russes, ont réussi à le montrer. Mais cela n’a rien changé…

Les membres du CIO auraient dû se douter que les choses se passeraient comme cela quand ils ont choisi Sotchi. Mais le CIO maintient sa version officielle : le choix de la ville des JO n’est pas politique. Pourtant, les faits montrent chaque jour que c’est le contraire.

Démesure et pouvoir

Sotchi est un endroit merveilleux au bord la Mer Noire. Sotchi a un climat subtropical. A Sotchi, il y a des palmiers et des bambous. C’est la Riviera russe ! Pas vraiment l’endroit adapté pour organiser des jeux olympiques d’hiver. Bien sûr, il y a dans l’arrière pays des montagnes qui culminent à deux mille mètres d’altitude. Il y a un peu de neige, mais pas assez pour garder des pistes en état. Les organisateurs ont dû investir dans des canons à neige artificielle. Cet exemple explique en partie que l’investissement pour ces jeux a été, lui aussi démesuré. L’investissement prévu était de 9 milliards de dollars, au final, les organisateurs ont dépensé entre 36 et 50 milliards de dollars. Pour donner un ordre de grandeur, les jeux de Vancouver en 2010 on coûté 1,8 milliard d’Euros. Les jeux de Sotchi sont les jeux les plus chers de toute l’histoire des J.O d’hiver.
Pourquoi ces dépenses démesurées alors que la croissance de la Russie est en baisse ? Poutine veut une Russie forte comme ses muscles qu’il aime montrer au monde.

Un des gros problèmes de la Russie de Poutine est la corruption. Pour les jeux de Sotchi, des sociétés privées liées au pouvoir s’en sont mis plein les poches sur le compte de l’Etat russe.
La Russie, comme le monde est divisée sur ces JO. Pour certains nostalgiques, ces jeux vont prouver que la Russie a tenu son pari et montrer au monde qu’elle est une grande nation. Pour d’autres, plus jeunes, jamais le Comité olympique n’aurait dû choisir Sotchi, car c’est doute une des villes et régions les plus corrompues du pays.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0