Accueil > Cahiers > Le prix fort > Le surendettement


Le surendettement augmente

mardi 1er janvier 2008

Fin 2006, en Belgique, 337 775 personnes étaient en retard de paiement pour un crédit ou un prêt hypothécaire. C’est-à-dire 4,1% de la population adulte du pays. Un adulte sur vingt-cinq a donc des problèmes pour rembourser ses emprunts. A ce chiffre, il faut ajouter les personnes en retard de paiement de loyer, celles qui ont des dettes dans les soins de santé, les télécommunications, l’énergie...

Si on observe le surendettement des ménages d’un peu plus près, on voit quelques changements importants depuis quelques années. Ainsi, on constate que le nombre de demandes d’aide augmente.


De plus en plus de personnes s’endettent pour se soigner - Photo : Flémal

Les médiations en hausse

D’après l’Observatoire du crédit, de plus en plus de personnes demandent une médiation de dettes, un accompagnement ou une aide pour gérer leur budget. C’est-à-dire que de plus en plus de personnes font appel à un service professionnel pour les aider. Ce service les aide à négocier un meilleur plan de remboursement ou à gérer leur budget. En Wallonie, depuis 1997, le nombre de dossiers traité par le service de médiation a triplé. Il est passé de 5 100 à 15 997 en dix ans.

Des retards de paiement pour des biens courants

Aujourd’hui, les surendettés n’ont plus seulement des difficultés à rembourser les emprunts qu’ils ont faits pour acheter une maison, une voiture, pour faire de gros travaux ou pour acheter un appareil électroménager. Aujourd’hui, ils ont aussi des difficultés pour faire face à des besoins vitaux, quotidiens. Ainsi de plus en plus de personnes ont des retards de loyer, d’impôts.

Les dettes impayées sont aussi des factures d’hôpital, de gaz, d’électricité, de téléphone et d’eau. Il y a même des dettes liées aux achats de nourriture dans des grands magasins qui proposent leurs cartes de paiement.

Deux exemples. En 2003, 73% des surendettés avaient des dettes fiscales : des arriérés d’impôt et des taxes diverses. Ce chiffre a augmenté ces dernières années. Il a augmenté de 26% depuis 1994. Et entre 1994 et en 2003, le nombre de personnes qui n’arrivent plus à payer leurs factures courantes a lui aussi beaucoup augmenté. 12% de personnes en plus pour les factures d’eau,

26% de personnes en plus pour des soins de santé. 22% de personnes en plus pour le téléphone. Et 14% de personnes en plus pour le loyer.

Ce qui est aussi à noter c’est que les montants des dettes pour ces besoins courants ont eux aussi beaucoup augmenté depuis quelques années. Ainsi, entre 1994 et en 2003, les montants dus pour l’eau ont augmenté de 52%. Les montants dus pour le téléphone ont augmenté de 110%. Tout cela nous montre que les personnes surendettées vivent vraiment dans une précarité de plus en plus grande.

L’endetté a changé

Dans le passé, le surendettement touchait le plus souvent des couples mariés. Mais aujourd’hui, de plus en plus de personnes qui vivent seules sont surendettées. Les familles monoparentales sont de plus en plus touchées. Ces familles monoparentales sont principalement des mères seules avec leurs enfants. Le pourcentage de femmes surendettées ne cesse pas d’augmenter. Mais les hommes restent les plus nombreux, parmi les surendettés.

L’âge moyen des emprunteurs en difficultés de remboursement évolue lui aussi. La majorité des surendettés ont entre 25 et 45 ans. Mais la part de personnes âgées de plus de 45 ans a tendance à augmenter.

Le surendettement touche surtout des personnes qui ont un petit revenu. Dans 73% des cas, les ménages surendettés ont des revenus de remplacement : chômage, revenu d’intégration, allocation de handicapé...

Derrière les moyennes nationales, il y a de grandes différences selon les régions. En effet, on constate que le pourcentage de personnes surendettées est bien plus élevé en Wallonie qu’en Flandre. On constate aussi que la province du Hainaut est la plus touchée avec 6,8% des personnes adultes en situation de surendettement. Le Hainaut est aussi la région la plus pauvre du pays.

Marie-Luce Scieur

Info :
le site de l’Observatoire du crédit et de l’endettement : http://www.observatoire-credit.be/

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0