Le jeu des homophonies approximatives

Thierry Verhoeven

jeudi 13 mars 2014

Les apprentis de la langue connaissent les difficultés qu’il y a à écrire correctement des mots qui se prononcent de la même façon que d’autres mots et qui ont les mêmes lettres où presque. Ainsi, les « classiques » : ses/ces/c’est/ ; on/ont/ ; mon/ m’ont/ mont ; a/à ; seau/saut, etc. Ces mots sont des homophones. Des suites de mots peuvent être homophones. Et on peut jouer sur leur homophonie. On prend un groupe de mots et on essaie de le remplacer par d’autres mots qui se prononcent de la même façon et qui ont un sens différent. On écrit ensuite une petite histoire pour justifier l’homophonie. Ce qui est gai, c’est quand l’homophonie n’est pas tout à fait exacte, le son n’est pas tout à fait le même. C’est le jeu des « homophonies approximatives ». On peut en trouver sur internet, on peut en inventer. Une fois la petite histoire écrite dite aussi fable-express, on la lit à haute voix aux autres participants.

Exemples de fables-express à partir d’homophonies « classiques »

Un bon appartement chaud

Lors de la retraite de Russie, il faisait très froid et l’empereur des Français était frigorifié. Il regardait passer ses troupes battues par l’armée russe. C’était une défaite mais l’empereur essayait de se réconforter en pensant qu’il allait bientôt rentrer dans son confortable château de Fontainebleau. Comme à son habitude, il avait une main glissée sous son gilet, l’autre main dans le dos. Le maréchal de l’armée passe devant l’empereur, il pense lui aussi au retour dans son pays et il croit voir un Bonaparte manchot.

La musique adoucit les mœurs

Une jeune fille de Sibérie fait une expédition au Pôle Nord. Sur une banquise, elle voit des phoques qui se battent, d’autres qui grognent. Elle s’approche et tout à coup les phoques se calment. La « mujik » adoucit les morses.

La Belle de Cadix a des yeux de velours (chanson chantée par Luis Mariano)

Parti de la gare du Nord, le train roule vers l’Espagne. Luis est content, il va revoir le pays et la famille. Confortablement installé, il s’endort. Tout à coup, il est réveillé par le grincement des roues du train sur les rails. Luis essaie de ne pas y penser mais rien à faire, ce bruit l’obsède. Heureusement, le train ralentit puis s’arrête, on est à la gare frontière. Luis change de train pour la dernière étape. Il a encore le grincement des roues dans l’oreille. Le train espagnol démarre, accélère et, surprise, aucun grincement, les roues glissent sur les rails. Luis s’étonne et, au moment du contrôle des billets, il pose la question à l’agent des chemins de fer qui lui répond : la bielle de Cadix a des essieux de velours.

Montserrat Caballé (célèbre chanteuse d’opéra)

Enfant déjà elle chantait. Du matin au soir, à la maison, dans la rue, à l’école, elle chantait. Sa voix mélodieuse faisait l’admiration de tous. Elle voulait aussi chanter là-haut sur la colline mais ses parents le lui défendaient. Elle était encore trop petite pour comprendre : c’était une colline sacrée. Un jour, bravant l’interdit, elle s’en est allée chanter sur la colline. Son chant a attiré les villageois mécontents qui criaient, qui hurlaient. Elle a pleuré et n’est plus jamais allée chanter sur la colline.
Elle est maintenant une grande diva. Elle chante sur toutes les grandes scènes et dans tous les grands festivals. Cependant, elle ne veut jamais chanter au festival de Bayreuth. Pourtant, la salle de Bayreuth est une des plus célèbres du monde. Traumatisée par son souvenir d’enfance, elle ne peut pas chanter dans cette salle d’opéra située en hauteur, sur ce que l’on appelle la « colline verte ». Car elle sait que : où mont sera, cabale y est.

4 Messages

  • Le jeu des homophonies approximatives 16 mars 2014 08:01, par Thierry Verhoeven

    Homophonie (suite) Le papyrus de Ramsès II
    Il avait appris le métier tout jeune. On avait l’impression qu’il ne faisait rien mais c’était un métier. Il menait une vie de nomade, il était devenu sauvage à force d’être toujours seul. Pour parler, il n’avait que ses bêtes. Il croisait bien souvent des soldats qui allaient annoncer dans le pays les nouveaux édits du roi mais il n’échangeait avec eux qu’un bref salut. Après une saison de sécheresse qui ravagea les récoltes et la végétation, il croise les soldats du roi, ceux-ci se précipitent sur ses bêtes pour les égorger. N’ayant plus de papier pour écrire ses lois, le roi avait décidé d’utiliser, comme support, des peaux d’animaux. Voyant ces moutons morts, le pâtre rustre, du drame s’émeut.

  • Le jeu des homophonies approximatives 17 mars 2014 22:11, par Lydia Magnoni

    Encore une homophonie approximative en italien, celle-là

    Une famille a un cochon apprivoisé. Il vit dans la maison et a un panier comme un chien. Il a même un prénom : Gerzy. Mais le cochon grandit et le père n’en peut plus de partager son espace avec ce cochon mais comme les enfants sont très attachés, comment l’amener à l’abattoir ? Que faire ? L’amener au zoo.
    Moralité : le père il colle au zoo ce porc Gerzy

    E pericoloso sporgersi ( il est dangereux de se pencher, en italien)

  • Le jeu des homophonies approximatives 18 mars 2014 06:48, par Lucia

    Cauchon qui s’en dédit comme disait celui qui a fait à Jeanne d’Arc le coup de la femme au foyer avant que Landru ne fasse breveter le système.

  • Le jeu des homophonies approximatives 22 mars 2014 13:09, par Thierry Verhoeven

    Charade : Mon 1er est une salade Mon 2e est une salade Mon 3e est une salade Mon 4e est une salade etc Mon 8e est une salade Mon tout est un écrivain britannique. Qui suis-je ?
    Lewis Caroll

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0