Accueil > Articles > Le député européen,


Le député européen, l’expert et le citoyen

Elections

mardi 1er juin 2004

Citez, de mémoire, un député européen. Silence ? Une
députée européenne. Alors ? Ne vous excusez pas. Le Parlement
européen, c’est loin de nous. Et on n’en parle pas beaucoup à la
télévision. Les élections européennes servent surtout
de test national pour les partis politiques. Et pourtant, le Parlement européen, ça
sert à autre chose. Et ça peut nous servir...

Loin de nous le Parlement européen ? Géographiquement, c’est
tout près. Beaucoup de réunions et l’essentiel du travail
parlementaire se font à Bruxelles. Politiquement, c’est très
loin parce que c’est très compliqué. Pour tout le monde.
Explications.

Fractures du pouvoir

Au niveau européen, le Parlement est le seul pouvoir élu directement
par les citoyens. C’est donc un moyen fort pour faire entendre notre
voix. Malheureusement, le Parlement européen n’a pas les pouvoirs
d’un vrai Parlement. C’est-à-dire, en principe, de proposer
et de voter les lois européennes. Mais, peu à peu, il prend plus
de poids dans les décisions de l’Union. Les lois européennes
règlent de plus en plus notre vie de tous les jours. Les spécialistes
estiment que 70 à 80% de nos lois nationales viennent de l’Union.
Surtout des chefs d’Etats et de gouvernement des pays membres et de la
toute puissante Commission européenne. Il s’agit de commissaires
choisis par les chefs d’Etat et de gouvernement après de nombreuses
discussions et de savants dosages.

Mais le Parlement européen a le pouvoir de refuser ou d’accepter
la Commission. Une nouvelle Commission doit être nommée juste
après les élections européennes. La nouvelle composition
du Parlement est donc importante. Le Parlement approuve aussi le budget de
l’Union. Et cette année, l’Union va décider des orientations
budgétaires pour les années 2007 à 2013. Ce budget fixe,
par exemple, les fonds donnés aux régions de l’Union qui
sont en retard de développement. C’est le cas du Hainaut...

Fractures politiques

Cette année, il y a encore une raison supplémentaire. Avec l’élargissement à 25
pays, l’Union essaie de simplifier son fonctionnement. Une Constitution
est en préparation. Elle doit remplacer des traités qui ne sont
compréhensibles que par des spécialistes masochistes touchés
par la grâce de la déesse Europe. Et encore... Si tout va bien,
la Constitution devrait être approuvée d’ici la fin du mois
de juin. Les députés européens ont déjà été consultés
sur cette Constitution. La décision finale doit être prise par
les chefs d’Etat et de gouvernements des 25 pays membres. Cette constitution,
dont on parle peu à la télé, fait encore débat.
Elle comprend un certain nombre de droits sociaux minimum. Mais pour elle,
la libre concurrence des marchés est la seule règle économique.
Et là-dessus, les partis politiques qui se présentent aux élections
européennes ne sont pas tous d’accord.

Fractures sociales

Le débat sur la Constitution rappelle la division politique gauche-droite.
La gauche est plutôt pour une Europe dite “ sociale “. La
droite est plutôt pour une Europe dite “ libérale “.
Mais au niveau européen, les choses sont encore beaucoup plus compliquées
qu’au niveau national. Dans un même groupe politique européen,
les différents partis n’ont pas toujours la même vision
de l’Europe. Trop compliqué, le Parlement européen ? S’il
sert l’Europe, ne nous servirait-il à rien ? Pas sûr. Dernièrement,
ce même Parlement a rejeté l’ouverture totale au marché des
services portuaires proposée par la Commission. Une majorité de
députés européens ont trouvé qu’il n’y
avait pas assez de garanties sociales. Le même type de débat doit
avoir lieu sur d’autres services. Dans un ensemble de choses très
compliquées, certains choix peuvent être simples, même au
Parlement européen...

Thierry Verhoeven


Le 13 juin, il s’agira de la 6ème élection directe du Parlement
européen. Avec l’élargissement, le nombre de députés
passe de 626 à 732 pour les 25 pays de l’Union. Le nombre de députés
par pays est fixé selon la population. En Belgique, nous n’élirons
plus que 24 députés au lieu de 25. Les francophones perdent un
siège pour des raisons de population. Il y aura 14 députés
néerlandophones, 1 député germanophone et 9 députés
francophones. Les candidats se présentent sur les listes des partis
politiques habituels. Pour la 1ère fois au niveau européen, il
doit y avoir le même nombre d’hommes et de femmes sur les listes.
Et les trois premiers sur la liste ne peuvent pas être du même
sexe. Les élus se regroupent au Parlement par courant d’idées.
Il y a quatre grands groupes politiques européens. Pour simplifier,
deux groupes à droite : un groupe chrétien plutôt conservateur
et un groupe libéral. Pour simplifier encore, deux groupes à gauche :
un groupe socialiste et un groupe écologiste. Il y a aussi un parti
de la gauche européenne qui regroupe notamment des communistes, mais
qui n’ont pas de liste en Belgique.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0