Accueil > Cahiers > Lumière sur Internet > La guerre des standa


La guerre des standards

Economie

jeudi 1er mars 2007

Il y a une véritable guerre économique autour d’Internet. Pour les grandes sociétés informatiques, Internet est une source de profits énormes. Ces sociétés veulent contrôler un maximum de technologies et de services liés à Internet. Elles essaient d’imposer leurs standards aux internautes.

Les standards sont la base du fonctionnement d’Internet. Ce sont, en fait, des technologies que tout le monde emploie sur Internet. Ce sont des entreprises qui créent ces standards.
Certaines entreprises veulent imposer leur standard pour obliger les internautes à utiliser les produits qu’ils commercialisent. Un exemple ? Microsoft. Son système d’exploitation Windows est installé sur presque 90% des ordinateurs de la planète. Windows a son propre navigateur, Internet Explorer. Or, Microsoft propose des technologies et des codes informatiques reconnus seulement par son navigateur. C’est pourquoi parfois, certains sites, programmés avec ces codes, ne peuvent pas être lus par d’autres navigateurs. Les pages de ces sites ne s’affichent pas si par exemple on utilise Safari, le navigateur d’Apple, société concurrente, ou encore Firefox, navigateur libre. Microsoft espère que ses codes deviendront un jour des standards. Si c’est le cas, les internautes seraient alors obligés d’utiliser uniquement Internet Explorer pour pouvoir lire les pages des sites Web.

De son côté, la société Apple cherche, elle aussi, à imposer son standard dans l’achat de la musique en ligne. La musique en ligne est vendue sous forme de fichiers MP3. Tous les logiciels de musique et les baladeurs musicaux savent lire le MP3. Mais Apple vend de la musique sous un autre format de fichier, l’AAC. Or ces fichiers ne peuvent être lus que par Itunes, un logiciel qui appartient à Apple. Et du côté des baladeurs, seul l’Ipod, le baladeur d’Apple, sait lire l’AAC. Il est donc impossible de lire la musique achetée sur le magasin électronique d’Apple avec un baladeur d’une autre marque.

Quand les grands rachètent les petits

Plus une société offre de services, plus elle a de chances de dominer un secteur d’Internet. C’est pourquoi les grosses sociétés n’hésitent pas à racheter à prix d’or des services que des sociétés plus petites ont mis au point. En effet, les petites sociétés peuvent créer des services intéressants. En les rachetant, les sociétés plus puissantes économisent sur les coûts de développement. Et elles ont entre les mains un produit qui marche déjà. C’est ainsi que la société Google, célèbre sur Internet pour son moteur de recherche, a racheté le site YouTube qui permet de partager des vidéos sur Internet. En effet, ce site rencontre un énorme succès. Pour Google, l’affaire est intéressante. Elle lui permet de posséder un service populaire dans le domaine de la vidéo consultable sur Internet, un secteur en plein développement.

Le danger

Il y a un risque. Si tous les services et les standards se retrouvent un jour entre les mains de quelques sociétés, celles-ci auraient un pouvoir énorme sur les contenus publiés sur Internet. La liberté voulue par Internet risquerait alors de disparaître. Il n’y aurait plus de place que pour la seule logique commerciale. Pour empêcher cette domination des services, des technologies et des standards sur Internet, des internautes informaticiens ont décidé de créer leurs propres logiciels. Des logiciels gratuits et libres que toute personne peut utiliser. Et aussi personnaliser, améliorer... Cet univers est celui des logiciels libres. Mais le monde du logiciel libre parviendra-il à s’imposer face aux logiciels et standards du monde commercial ?

Jeremy Blampain

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0