Accueil > Articles > La grève du lait


La grève du lait

mercredi 16 septembre 2009

Depuis plusieurs mois, des producteurs de lait de Wallonie et de plusieurs pays européens sont très mécontents. Depuis 2008, on achète leur lait à bas
prix. Et en plus, l’Union européenne veut ouvrir le marché du lait. Beaucoup d’agriculteurs pensent que cette situation conduit à la catastrophe. Ils ont lancé la grève du lait.

Tantôt, les producteurs de lait déversent leur lait dans les champs et les égouts, tantôt ils le donnent gratuitement à la population. Dimanche 13 septembre, ils distribuaient gratuitement leur lait dans plusieurs villes wallonnes (sur les marchés de Charleroi et de Liège notamment). Avec ces actions, les producteurs de lait protestent contre la baisse des prix et la fin des quotas laitiers dans l’Union européenne. Par ces actions spectaculaires, ils veulent alerter la population et faire réagir les politiques. C’est la grève du lait.

Jeter le lait à l’égout ou le donner directement au consommateur, c’est saboter le système du marché du lait. Le producteur vend à la laiterie qui vend ensuite à la grande distribution. Beaucoup de producteurs de lait accusent les grands distributeurs de faire pression pour avoir les prix les plus bas. Depuis 2008, le prix du lait est bas. Le prix du litre de lait acheté au producteur est d’environ 20 cents. Les producteurs estiment qu’il devrait être d’environ 35 cents le litre. Il n’y a pas que les prix bas actuels qui inquiètent les agriculteurs. Il y a aussi les futures règles du marché du lait dans l’Union européenne. Les responsables de l’Union européenne ont programmé la fin des quotas laitiers pour 2015. Cela veut dire que le volume de lait mis sur le marché ne sera plus contrôlé. On risque donc d’avoir beaucoup plus de litres de lait sur le marché. Et donc d’avoir des prix encore plus bas. C’est pour cela que des agriculteurs font la grève du lait. Mais tous les agriculteurs ne sont pas en grève.

Les « grévistes » sont surtout en Wallonie, en France et en Allemagne. En Flandre, par exemple, le mouvement est beaucoup moins important. Le Boerenbond, organisation d’agriculteurs flamands, a critiqué cette grève du lait. La porte-parole du Boerenbond a déclaré : « Le lait est de l’alimentation et on ne joue pas avec cela. Par ailleurs, ces actions n’apportent pas de solution ». En France, le principal syndicat agricole (FNSEA) pense aussi que la grève n’est pas la solution. L’association de producteurs (MIG) qui lance la grève en Wallonie fait partie d’une association européenne qui
représente 100 000 producteurs de lait dans 14 pays européens. En 2008, il y avait environ 1 million d’exploitations laitières dans les 27 pays de l’Union européenne. Le mouvement de grève n’est donc pas majoritaire.

Reste que le MIG prévoit une action spectaculaire ce mercredi : déverser 3 millions de litres de lait dans des champs aux environs de Ciney. 3 millions, c’est un chiffre symbolique. C’est à peu près la quantité de lait que l’on produit chaque jour en Wallonie.

 

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0