Accueil > Articles > La crise alimentaire


La crise alimentaire

Brève

mardi 21 octobre 2008

La crise financière ne doit pas faire oublier la crise alimentaire. Se souvient-on des émeutes de la faim dans plusieurs pays au printemps 2008 ? Se souvient-on qu’en juin 2008, au sommet de la FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, les chefs d’état se sont engagés à mieux organiser la lutte contre la faim ? Le 16 octobre, à l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation, la FAO a fait un bilan… Pas brillant.
Dans le monde, 925 millions de personnes souffrent de malnutrition. C’est 75 millions de personnes de plus qu’avant la crise alimentaire du printemps 2008. Selon la FAO, 22,2 milliards d’euros suffiraient à mettre fin à la malnutrition. Un tiers de l’argent (moins de 7 milliards d’euros) servirait à une aide alimentaire directe. Le reste de l’argent permettrait d’améliorer l’agriculture des pays touchés par la faim et la malnutrition. Pour la FAO, lutter contre la faim, c’est surtout améliorer les conditions de vie des petits producteurs. Actuellement, beaucoup de petits agriculteurs et pêcheurs n’arrivent pas à vivre de leur production. Le rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter déclare que pour lutter contre la faim, il faut mieux protéger les producteurs contre la concurrence déloyale des producteurs des pays industrialisés. Il faut aussi que ces petits producteurs puissent mieux négocier les prix avec les multinationales de l’agriculture. La FAO rappelle que lors de la conférence de juin des Nations Unies sur la crise alimentaire mondiale, les chefs d’états présents s’étaient engagés à donner 12,3 milliards de dollars. Mais jusqu’ici, seulement un milliard a été versé.

A lire aussi :
Les prix alimentaires en débat à Rome (juin 2008) :
La souveraineté alimentaire :
Notre dossier Nord-Sud
Lien : site de la FAO 

2 Messages

  • 13 novembre 2008 13:19, par jonathan et gilbert

    il faudrait absolument trouver une solution car si nous continuons comme sa ne s’ameliorera pas les 22,2 milliard il faudrait au moins le double sans parler de propos raciste il faudrait moins previlegier communication.
    chomeur et surtout personne sans moins finencier

    on pourrais aider les etranger chez eux a preparer leur terrain a cultiver pays africain asiatique et autre

  • 13 novembre 2008 13:23, par gilbert et jonathan

    ainsi le financement serais plus ou moins correct aussi pour les soins medicaux sans parler de rasisme nous penssons que comme sa chacun se sentirais mieux dans son pays et plus libre

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0