Accueil > Cahiers > Un endroit pour (...) > La Maire de Lampedus


Après le naufrage du 3 octobre, Giusi Nicolini, la maire de Lampedusa avait envoyé un télégramme au chef du gouvernement, Enrico Letta, lui disant : « Venez compter les morts avec nous. » « Il faut que les caméras de télévision viennent ici, montrent les cadavres, sinon c’est comme si ces tragédies n’existaient pas. En novembre 2012, il y a près d’un an Giusi Nicolini avait adressé une lettre à l’Union européenne.

La Maire de Lampedusa écrit à l’UE

samedi 19 octobre 2013

Giuseppina Maria, Giusi Nicolini est devenue maire de Lampedusa en mai 2012. Elle fait partie de Legambiente, un parti écologiste. Elle a 53 ans elle est née à Lampedusa. Elle est devenue maire adjoint de l’île à 23 ans. Les habitants de Lampedusa l’appellent la Lionne parce qu’elle résiste aux menaces des mafias. C’est grâce à elle que la « plage des Lapins », a été déclarée réserve naturelle en 1997. Elle ne s’est pas laissé intimider. Même quand l’atelier de menuiserie de son père a été détruit. Même quand on a déposé des couronnes funèbres devant sa maison. Même lorsque quand le local de Legambiente a été incendié.
Voici la lettre qu’elle adressait il y a plus d’un an aux dirigeants de l’Union européenne.

" Je suis le nouveau maire des îles de Lampedusa et Linosa. Élue en mai dernier, le 3 novembre, j’ai déjà reçu 21 cadavres de personnes noyées qui tentaient d’atteindre Lampedusa et pour moi c’est tout simplement insupportable. Pour Lampedusa, c’est un énorme fardeau de douleur. Nous avons dû demander de l’aide par le biais de la préfecture aux maires de la province afin de donner une sépulture digne à onze personnes parce que la commune n’avait plus de place disponible. J’en ferai d’autres, mais je retourne à tous une question : quelle devra être la superficie du cimetière de mon île ? Je ne comprends pas comment une telle tragédie puisse être considérée normale, comme si vous pourriez m’ôter de l’idée par exemple que 11 personnes dont huit très jeunes femmes et deux garçons de 11 et 13 ans meurent tous ensemble samedi dernier pendant un voyage qui aurait du être pour eux le début d’une nouvelle vie.

Le nombre des réfugiés s’élevait à 115 dont 76 n’ont pas été sauvés mais le nombre de morts que restitue la mer est toujours plus élevé.
Je suis indignée par le sentiment d’habitude qui semble avoir envahi le monde, je suis scandalisée par le silence de l’Europe qui vient de recevoir le Prix Nobel de la Paix, qui est silencieuse face à une tragédie qui atteint les chiffres d’une véritable guerre.
Je suis de plus en plus convaincue que la politique d’immigration européenne considère ce bilan de vies humaines comme un moyen de modération du flux migratoire sinon comme moyen de dissuasion.

Mais si le voyage en bateau est pour ces personnes leur seule façon d’espérer, je crois que leur mort en mer doit être pour l’Europe un sujet de HONTE ET DE DÉSHONNEUR. Tout au long de ce triste chapitre d’histoire que nous sommes en train d’écrire, la seule source de fierté que nous donne les fonctionnaires de l’Etat italien qui sauvent des vies humaines à 140 miles de Lampedusa alors qu’ils étaient à 30 miles de l’épave samedi dernier, a été d’avoir accouru avec "la motovedette" ultra rapide que notre gouvernement précédent a offert à Kadhafi tout en ignorant son utilisation afin de confisquer nos navires quand ils pêchaient en dehors des eaux territoriales prés des côtes libyennes.

Tout le monde doit savoir que c’est LAMPEDUSA, avec ses habitants, ses forces chargées du sauvetage et de l’accueil, qui donne la dignité humaine à ces personnes, qui donne la dignité à notre pays et à l’Europe entière. Alors, si ces morts sont seulement les nôtres, alors je veux recevoir les télégrammes de condoléances après chaque noyé que l’on me "livre". Comme s’il avait la peau blanche, comme s’il s’agissait d’un fils noyé pendant les vacances."

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0