Accueil > Cahiers > Comment ça va, l’écol > L’école se cherche


L’école se cherche

lundi 1er septembre 2008

Dans notre monde, il y a eu de très grandes transformations à certaines époques : à la fin de l’Empire romain, à la Renaissance, à la Révolution industrielle. Ces changements ont bouleversé la façon de voir les choses et la façon de vivre de nos ancêtres. Mais les changements que nous vivons aujourd’hui vont très vite. Et l’école, elle aussi doit s’y adapter.

Il y a encore 50 ans, les parents donnaient à leurs enfants l’éducation qu’ils avaient reçue. Il y avait très peu de différences d’une génération à l’autre.

Aujourd’hui, les enfants ne peuvent pas compter seulement sur les moyens que leurs parents leur ont donnés pour résoudre tous les problèmes qu’ils rencontrent.

Avant, l’école était avec la famille, le seul lieu où l’on apprenait des choses. Aujourd’hui, Internet, la télé, les stages, … apportent aux enfants et aux adultes plein de nouvelles connaissances.

La masse des connaissances double tous les trois ans. On ne peut donc plus imaginer que l’école va apporter aux enfants des connaissances qui vont suffire pour toute une vie. L’école devra avant tout apprendre à apprendre. Elle devra apprendre à s’adapter et à raisonner. Elle devra apprendre aussi à avoir un esprit critique pour faire le tri dans toutes les informations.

Si les connaissances évoluent, la technologie aussi évolue très, très vite. MP3, ordinateur, Internet, téléphone portable…

L’école doit faire face à tous ces changements. Mais elle a du mal. Traditionnellement, dans une société, l’école n’est pas le lieu de la modernité et du progrès. Elle est le lieu où l’on transmet les valeurs et les savoirs qui dominent dans la société.

Aujourd’hui, les enseignants doivent se tenir informés en permanence des nouvelles connaissances et de la culture des élèves s’ils veulent les intéresser. Ils doivent apprendre à utiliser les technologies modernes. Des technologies que les jeunes connaissent depuis qu’ils sont petits.

Les pédagogues inventent des nouvelles méthodes. Mais il faut les comprendre, les expérimenter, les analyser, où et pourquoi ça fonctionne ou pas.

Chaque enseignant doit trouver celle qui lui convient le mieux, se tenir informé et être prêt à se remettre en question. Cette recherche de nouvelles façons de faire ne s’arrête jamais. Les connaissances sur le cerveau et son fonctionnement évoluent beaucoup et très vite. On a donc sans cesse de nouvelles informations sur la manière dont on apprend. Tout cela donne parfois l’impression que personne ne sait réellement ce qu’il fait et pourquoi.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0