Accueil > Cahiers > Espace public, (...) > L’air et le rail


Début décembre 2012, l’Etat belge a décidé d’aider financièrement certaines compagnies d’aviation, victimes des compagnies à bas prix comme Ryanair. Pour Inter-Environnement Wallonie, cette décision favorise un secteur polluant, qui émet beaucoup de gaz à effet de serre. Pour Inter-Environnement, il vaudrait mieux encourager le transport par rail.

L’air et le rail

mercredi 19 décembre 2012

L’Etat belge va aider financièrement certaines compagnies d’aviation. Une aide de vingt millions d’euros. Cet argent servira à diminuer les charges sociales. Il servira aussi à former le personnel. En effet, dans certaines compagnies aériennes, des pilotes forment leurs collègues sans être payés. Mais surtout il y a une grande concurrence dans le secteur avec les compagnies à bas prix comme Ryanair. Ryanair a son siège en Irlande et grâce à cela paie moins d’impôts. La compagnie Brussels Airlines souffre de cette concurrence. L’Etat belge aide les compagnies en attendant que l’Union européenne et crée des règles de concurrence dans le secteur aérien.

Le rail plutôt que l’aérien

La Fédération Inter-environnement Wallonie a regretté cette aide aux compagnies aériennes. En effet, début décembre : « 93 trains de la SNCB étaient supprimés, privant quelque 2 800 personnes de leur moyen de transport quotidien pour se rendre au travail ou à l’école. » La Fédération signale aussi que l’on envisage de « rationnaliser » l’entretien des lignes régionales au risque de devoir en fermer plusieurs dans les années à venir. Pour Inter-environnement, on vient en aide au secteur aérien et au même moment, on demande des efforts aux citoyens et aux entreprises. Pour Inter-environnement, l’Etat devrait plutôt faire des règles de politique sociale, par exemple, pour empêcher la concurrence des compagnies d’aviation à bas coût.
Pour Inter-environnement, ces 20 millions d’aide pourraient être mieux utilisés. 20 millions par an, cela permettrait d’entretenir 200 kilomètres de rail de plus chaque année. Et le train est beaucoup moins polluant que l’avion.

De l’air

Pour Inter-environnement, diminuer fortement les émissions de gaz à effet de serre est une priorité. Or, l’Etat va aider le secteur aérien qui produit, à lui seul, 3,3% des gaz à effet de serre de la Belgique. En 2009, le secteur aérien rejetait dans l’atmosphère, 4,4 millions de tonnes de CO2, du gaz carbonique. Et Inter-environnement souligne que cela n’arrête pas d’augmenter. Les avions rejettent 42% de CO2 de plus qu’en 1990 !
Pour Inter-Environnement Wallonie, l’Etat et les Régions doivent arrêter de soutenir des secteurs non durables. Ce sont les emplois durables et non délocalisables qui doivent être soutenus et développés. Des secteurs comme l’agriculture, l’éducation, la justice ou encore la mobilité durable ont besoin de moyens supplémentaires.
Pour Inter-Environnement Wallonie, la priorité de l’Etat devrait être de permettre à des milliers de citoyens d’aller chaque jour au travail ou à l’école en train. Le train est en effet un moyen de transport sécurisé, économique et écologique. Il doit être prioritaire par rapport à l’avion qui est un transport polluant et non durable et qui sert surtout au tourisme.

Thierry Verhoeven

Fédération inter-Environnement Wallonie
http://www.iew.be/

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0