Accueil > Articles > Gaza sous haute (...)


Gaza sous haute tension

Palestine

lundi 18 juin 2007

Vendredi 15 juin, le Hamas prenait le pouvoir par la force dans la bande de Gaza. Dimanche 17 juin, Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne nommait un nouveau gouvernement. Ce nouveau gouvernement exclut le Hamas. Le président Mahmoud Abbas a déclaré que les forces du Hamas qui contrôlent la bande de Gaza étaient « hors-la-loi ». Le nouveau gouvernement devra faire appliquer l’état d’urgence dans la bande de Gaza.

La bande de Gaza est un des territoires palestiniens. Avec la Cisjordanie, il forme l’Autorité palestinienne. La bande de Gaza est un territoire pauvre de 1,5 million d’habitants. Il est, depuis des mois, secoué par des violences entre Palestiniens. Tout avait commencé aux élections législatives de janvier 2006. Le Hamas, le parti islamiste avait alors battu le Fatah, le parti nationaliste de Mahmoud Abbas. Il devenait le premier parti de l’Autorité palestinienne.
Après ces élections, des partisans de ces deux partis s’affrontaient régulièrement dans la bande de Gaza. En mars dernier, les islamistes du Hamas et les nationalistes du Fatah avaient formé un gouvernement d’union. Ils espéraient ainsi mettre fin aux violences dans la bande de Gaza. Mais cette tentative a échoué. Les violences ont continué de plus belle. Et vendredi, le Hamas a pris le contrôle de toute la bande de Gaza. Il a mis en déroute les forces de sécurité fidèles au Fatah. Ces combats ont fait 115 morts et des centaines de blessés.
Le président de l’Autorité palestinienne a dénoncé ce"putsch". Il a limogé le Premier ministre issu du Hamas. Et il a nommé un nouveau gouvernement.

Tensions et espoirs

La formation de ce gouvernement devrait faire bouger les choses au Moyen-Orient. Le Président d’Israël, Ehud Olmert a jugé que ce gouvernement ouvrait de nouvelles portes pour la paix au Proche-Orient."Un gouvernement qui n’est pas un gouvernement Hamas est un partenaire (pour la paix)",
Il devrait aussi faire bouger les choses pour la communauté internationale. En 2006, en effet, les Etats-Unis, Israël et l’Union européenne avaient pris des sanctions financières contre l’Autorité Palestinienne. Pourquoi ? Parce que le Hamas refusait de reconnaître l’Etat juif et de renoncer à la violence.
Ce dimanche, après l’annonce du nouveau gouvernement, les Etats-Unis ont annoncé qu’ils reprendraient leur aide directe au nouveau gouvernement. Ils veulent ainsi marquer leur soutien à Abbas dans son bras de fer contre les islamistes. Et l’UE a décidé de prendre la même décision.

Un enlèvement

La situation à Gaza ne simplifie pas les choses pour le journaliste britannique Alan Johnston, enlevé il y a 4 mois.

Le 12 mars, Alan Johnston, un journaliste britannique de 45 ans a été enlevé à Gaza par des hommes armés. L’Armée de l’Islam, un mouvement palestinien a revendiqué l’enlèvement. Ce mouvement réclame la libération de tous les prisonniers de la mouvance islamiste, y compris Abou Qatada. Abou Qatada est un lieutenant d’Oussama Ben Laden. Il est détenu en Grande-Bretagne. « Si la situation devient plus compliquée pour nous et notre groupe, le journaliste sera exécuté, » a affirmé le porte-parole de l’armée de l’armée de l’Islam. Le journaliste est apparu dernièrement sur une vidéo. Le Hamas avait établi le contact avec les ravisseurs d’Alan Johnston pour obtenir sa libération.

 

 

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0