Accueil > Cahiers > Egalité, l’impossible > Exclusion de chômeur


Donnez votre avis sur les exclusions du chômage ! Les exclusions du chômage vous touchent directement ou touchent l’un de vos proches. Envie de donner votre avis ? Ecrivez quelques mots sur notre forum. Votre message sera intégré dans cet article.

Exclusion de chômeurs, donnez votre avis

mercredi 7 janvier 2015

Les mots de l’acteur et réalisateur belge, Bouli Lanners dans le journal Le Soir

« Si c’est la guerre, j’irai au front.
Autour de moi, pas mal de gens vont se retrouver sans revenus à partir du mois de janvier.
Tout ça pour économiser finalement peu d’argent.
Je me suis retrouvé sans aucun revenu, sans rien, pas de chômage entre 29 et 31 ans.
Je suis parti en couilles.
C’est-à-dire que j’ai volé, et j’ai trafiqué.
Sincèrement, j’aurais pu sombrer dans un truc plus grave.
L’équation était simple : quand tu n’as aucun revenu, qu’est-ce que tu fais ?
Tu as faim. Eh bien tu commences à faire des conneries pour avoir des thunes.

Alors maintenant : qu’est-ce qui va se passer quand tous ces mecs vont se retrouver à la rue ?
Ils vont faire ce que moi j’ai fait. Et ça va coûter beaucoup plus cher à la société.
C’est un très mauvais calcul.
Quand on donne 500, 700 ou 1000 € à un chômeur, c’est de l’argent qui retourne directement dans l’économie.
Quand on voit qu’en parallèle, nous vivons dans un monde où des sociétés,
encore avec Luxleaks, paient 0,28% d’impôts sur le revenu, c’est scandaleux.

Alors c’est normal d’aller dans la rue.
Le chômage m’a permis de remettre le pied à l’étrier.
C’est pas agréable d’être au chômage. C’est super casse-couilles.
Tu es sollicité par des mecs qui te posent des questions,
qui souvent sont des abrutis, qui ne connaissent rien à ta profession et qui te parlent
comme si tu étais un demeuré, et t’expliquant comment écrire une lettre pour trouver de l’emploi,
alors qu’on sait qu’il n’y a pas d’emplois.

Et donc, il faut qu’il ait un revenu minimum qui permet de vivre décemment.
Il y a assez d’argent pour ça.
Il y a plein de pognon qui circule partout sur la planète
. »

Les mots de Fabien

« L’Etat met les gens à la porte en les chargeant de préjugés. J’ai cherché du boulot mais manifestement, je n’ai pas la bonne tête. Nous mettre à la porte, ce n’est pas une solution c’est juste reporter le problème sur le dos des communes. »

Les mots de Pascale Brughmans

« Après le réveillon, l’exclusion. Je fais partie de ces exclus du chômage qui devront demander le « revenu d’insertion » au CPAS pour le 1 janvier 2015. Cette échéance a entraîné une remise en question. Mais m’a aussi révolté. J’ai créé une plate-forme d’information et d’action visant à aider les personnes qui comme moi seront sous peu dans une situation précaire. Je voudrais initier un éclairage différent et positif sur l’image des exclus : http://www.findedroits.be naît petit à petit pour offrir une information complète et pertinente mais également d’offrir la possibilité de poster un « combat pour l’emploi ». Une manière de sensibiliser tous les acteurs et décideurs du monde du travail. Il s’agit là d’une initiative personnelle et apolitique, elle n’est sûrement pas parfaite, mais elle est motivée par une réelle envie de changement.  »

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0