Accueil > Articles > Etats-Unis, un (...)


Etats-Unis, un mieux pour les soins de santé aux USA

vendredi 26 mars 2010

Jeudi 25 mars, les députés et les sénateurs américains ont voté définitivement une loi sur le système de santé aux Etats-Unis. C’est une grande victoire pour le président Barack Obama. Pour gagner, Obama a dû faire marche arrière sur des points importants de sa réforme. Les compagnies privées d’assurance restent, en grande partie, maîtres de l’assurance-santé. Mais 32 millions d’Américains qui ne peuvent actuellement pas se soigner, faute d’assurance, le pourront à l’avenir.

 
Photo : Belga

Aux Etats-Unis, le système de santé est très différent du système de beaucoup de pays européens. Ce sont des compagnies privées d’assurance qui assurent la majorité des Américains. Ces assurances privées sont souvent proposées par les employeurs. Il faut donc avoir un emploi pour être couvert. Aux Etats-Unis, 6 personnes sur 10 ont une assurance santé liée à leur emploi. Les Américains qui en ont les moyens peuvent aussi s’assurer individuellement. Pour les autres, il y a un système public. Ce système assure les personnes de plus de 65 ans, les handicapés qui ne peuvent plus travailler, certaines familles pauvres et des enfants. Mais tout le monde n’est pas assuré. Loin de là.

Une promesse

Aux Etats-Unis, 50 millions de personnes n’ont pas d’assurance santé : soit presque 1 personne sur 5. L’espérance de vie est relativement basse pour un pays développé comme les Etats-Unis. Le taux de mortalité infantile est assez élevé. Bref, l’état de santé des Américains n’est pas bon. En plus, ce système coûte très cher. Pendant sa campagne électorale, Obama avait promis qu’il allait améliorer le système de santé américain. On attendait donc avec impatience et intérêt, la réforme du président Barack Obama.

Depuis des dizaines d’années, il y a eu plusieurs propositions de réforme pour aller vers une plus large couverture santé des Américains. Plusieurs anciens présidents des Etats-Unis, républicains ou démocrates, n’ont pas réussi à changer le système. Le dernier président qui n’a pas réussi à changer le système le président démocrate Bill Clinton. Car une réforme du système de santé, surtout aux Etats-Unis, ne se fait pas d’un coup de baguette magique. Il y a beaucoup d’obstacles. Les députés et les sénateurs américains doivent être d’accord avec la loi. Et beaucoup de députés et de sénateurs ne sont pas convaincus par un changement du système de santé.

Des obstacles

Comme leur nom l’indique, les Etats-Unis sont une union de plusieurs dizaines d’Etats. Ces Etats tiennent à une certaine indépendance. Les députés et les sénateurs sont élus dans ces Etats. Et beaucoup de députés et de sénateurs ne veulent pas donner trop de pouvoirs au gouvernement fédéral de Washington et au Président. Pour certains députés et sénateurs et pour beaucoup d’Américains, la liberté individuelle et la liberté économique vont ensemble. Ce sont des valeurs presque « sacrées ». Et donc ils n’apprécient pas que l’Etat fédéral, le pouvoir public central, encadre mieux le système de santé. Barack Obama a d’ailleurs été traité de « communiste » à cause de son projet de réforme des soins de santé. Les députés et sénateurs républicains étaient évidemment les plus opposés au projet d’Obama. Mais Obama a dû convaincre même dans son propre camp, les démocrates.

Pour faire passer son projet, Obama a donc mis beaucoup d’énergie. Quelques jours avant le vote du Congrès, Obama a rendu visite à une femme, malade du cancer. Cette femme, agent d’entretien, ne se soigne plus par manque d’argent. La compagnie d’assurance lui demandait une prime de 8 500 dollars par an. C’est trop cher pour elle. Elle n’est donc plus assurée... et ne peut plus se soigner. Pour faire passer son projet, Obama a dû renoncer à certains changements qui « choquaient » trop les conservateurs qu’ils soient républicains ou démocrates. Obama avait prévu un système d’assurance publique pour les 25-50 ans. Ce système public devait concurrencer le système des compagnies privées. Un tel système devait rapporter de l’argent à l’Etat fédéral et obliger les compagnies privées à baisser leurs prix (leurs primes d’assurance). Ce système public ne sera finalement pas créé. 

Le nouveau texte de loi apporte quand même de grands changements. Sur les 50 millions de personnes qui n’ont pas d’assurance santé, 32 millions en auront une. Pour cela, l’Etat fédéral aidera financièrement les personnes de la classe moyenne à souscrire une assurance privée. Et le système d’assurance publique pour les retraités et les plus pauvres sera élargi. Les compagnies d’assurances privées devront aussi faire « un effort ». Elles ne pourront plus refuser d’assurer des personnes en mauvaise santé ou les faire payer beaucoup plus cher.

Thierry Verhoeven

 

1 Message

  • Les réponses des conservateurs à l’Obama Care étaient souvent sidérantes, mais plus rien ne m’étonne venant d’eux. L’Obama Care n’est pas passé dans sa globalité, je crois qu’il va sans doute falloir attendre plusieurs années avant que cela ne bouleverse vraiment le système de santé Américain.
    Quelle horreur, les pauvres vont finir par pouvoir se soigner !

    Martin du site Pharmexpert.fr

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0