Accueil > Cahiers > De trop grandes (...) > Espionnage à tous


D’où qu’ils soient, les services secrets et de sécurité font aussi et surtout de l’espionnage industriel. Le but de cet espionnage est de favoriser l’économie nationale…

Espionnage à tous les étages

Marc Vandermeir

mercredi 22 janvier 2014

Parfois, les Etats écoutent pour lutter contre le terrorisme et découvrir les « petits secrets » des autres Etats. Mais ils espionnent aussi beaucoup pour des raisons économiques et industrielles. Et tous les Etats le font. Tous les spécialistes s’accordent sur ce point et dans le flot de révélations de « l’affaire Snowden », on en a eu beaucoup de preuves.

De nouvelles technologies plus efficaces

Il y a quelque temps, on espionnait avec des micros placés dans les téléphones, les appareils photo dans les stylos. Mais aujourd’hui, les technologies ont évolué. De ce fait, l’espionnage est devenu plus facile, plus précis et aussi beaucoup plus difficile à combattre. Aujourd’hui, on pratique l’espionnage économique et industriel, surtout en s’introduisant dans des systèmes informatiques d’entreprises, d’universités, de centres de recherche, d’institutions politiques et autres… Dans ce cas, les services secrets sont au service des entreprises privées et de l’économie.

Espionnage économique et industriel

Il y a un espionnage économique et industriel dans plusieurs domaines. On collecte bien sûr des renseignements sur toutes les recherches et découvertes technologiques, chimiques et biologiques (entre autres pour les médicaments) ou encore agroalimentaires. Ces renseignements servent les entreprises. Par exemple, grâce à l’espionnage, une entreprise pharmaceutique peut savoir si une entreprise concurrente travaille sur un nouveau produit. Elle peut alors se servir du travail de cette entreprise et sortir, la première, le nouveau produit. Elle peut donc faire de gros bénéfices.

Espionnage sur les grands contrats

Les services secrets et de sécurité espionnent aussi dans un autre domaine : les grands contrats internationaux. Ce sont, par exemple, les constructions de barrages, de centrales électriques ou nucléaires ou des commandes d’avions. Ces contrats représentent toujours de grosses sommes d’argent et beaucoup d’emplois.
Les services de sécurité suivent donc de très près les déplacements à l’étranger de certains hommes d’affaires, ingénieurs, techniciens de haut niveau, etc. Logique, puisque cela veut dire que ces personnes préparent un contrat avec l’Etat ou des entreprises du pays où ils vont.
On sait encore que, pour les grands contrats, les entreprises qui veulent avoir la commande doivent faire une offre avec un cahier des charges très précis. Les concurrents ne doivent pas connaître cette offre. Donc ce qui est justement intéressant est de savoir quel prix propose un concurrent, pour pouvoir proposer un meilleur prix. Sans oublier que, à ce niveau, il y a beaucoup de corruption.
Des départements des services de sécurité attirent les hommes d’affaires et les entreprises d’autres pays, en leur proposant des contrats très bien payés, avec les « commissions » qui vont avec…

Espionnage militaire

Enfin, l’espionnage militaire existe depuis toujours partout dans le monde. Le but est de connaître exactement les activités, la puissance et les intentions militaires des Etats ciblés. Et les informations reçues via les images prises par les satellites, par exemple, sont extrêmement importantes. Pour donner un exemple parmi beaucoup d’autres, c’est ce type d’espionnage qui a permis d’établir que l’Iran disait développer le nucléaire à des fins civiles, alors que ce pays voulait plus que probablement pouvoir disposer de la bombe atomique.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0