Accueil > Cahiers > Espace public, (...) > Eclairage public


A partir de 2015, l’Union européenne interdit la vente de lampes au mercure haute pression. Ces lampes consomment beaucoup d’énergie et ne durent pas très longtemps. En Wallonie, 63 000 de ces lampes au mercure éclairent encore nos routes et nos rues. Pour les remplacer, il faut 38 millions d’euros. Pas de panique. Cela ne va rien nous coûter !

Eclairage public Une tâche… lumineuse

mercredi 19 décembre 2012

Rouler sur une autoroute bien éclairée, c’est plus de sécurité. Traverser un carrefour entouré de lampes, c’est plus de sécurité. Marcher, le soir, sur une place illuminée, c’est plus de sécurité et c’est plus gai, …
Tout cela, ça coûte et ça coûte cher. A qui ? Aux pouvoirs publics. En Belgique, ce sont les régions et les communes qui paient toute cette électricité. En Wallonie, il y a 130 000 lampes sur les voies régionales et les autoroutes. Et 620 000 lampes sur les voies communales ! Ces lampes sont souvent vieilles et consomment beaucoup d’électricité. Alors que l’on dit partout qu’il faut économiser l’énergie. Il est donc urgent de les remplacer.

Améliorer l’éclairage public wallon

En Wallonie, on n’a pas attendu la mode de l’environnement pour améliorer l’éclairage public. Depuis plus de 20 ans, la Région a aidé à remplacer 190 000 lampes. Evidemment, c’est loin d’être suffisant. Ces dernières années, on essaie donc d’accélérer les remplacements. Et ce n’est pas par hasard. Car il y a l’Europe. En 2015, l’Union européenne interdira la vente des lampes au mercure. Ces lampes consomment beaucoup d’énergie et ont une durée de vie limitée à 10 ans. Cette règle européenne est aussi une bonne chose pour l’écologie et le budget des communes.

La lumière a un prix

Jusqu’en 2007, les pouvoirs publics payaient leur électricité moins cher que nous. Ils avaient un tarif de préférence. En 2007, il y a eu la libéralisation de l’électricité, l’ouverture du marché de l’électricité à plusieurs sociétés. Avec cette libéralisation de l’électricité, plus de tarif de préférence. Aujourd’hui, l’éclairage public représente plus de 50% des dépenses en électricité pour les communes. Cela va parfois jusqu’à 70% ! On voit donc l’intérêt de remplacer les lampes qui consomment beaucoup d’électricité.
Si l’énergie coûte cher, remplacer les lampes aussi. 600 euros par lampe ! On multiplie par 63 000 ! Cela va coûter presque 38 millions d’euros. Les communes ne pourront jamais payer une telle somme. La Région wallonne a donc inventé un système financier. Les communes vont remplacer leurs vieilles lampes sans dépenser un seul euro. Ce sont les intercommunales qui transportent et distribuent l’électricité qui vont avancer l’argent. La commune remboursera l’intercommunale avec l’argent économisé grâce aux nouvelles lampes. Les coûts de transport et de distribution sont déjà sur notre facture d’électricité. Cela ne change donc rien pour nous non plus. En principe, c’est un système où tout le monde y gagne, un système « gagnant-gagnant » comme on dit aujourd’hui.

Thierry Verhoeven

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0