Accueil > Cahiers > Crise économique (...) > Dexia, enfin dans


Dexia, enfin dans l’axe ?

mardi 2 octobre 2012

Depuis plusieurs semaines, les patrons de la banque Dexia et les responsables politiques semblaient désorientés face aux gros problèmes financiers de la banque. En une semaine, il a fallu trouver une solution. Cette solution rassure aujourd’hui mais elle peut poser de nouveaux problèmes à l’avenir.


Photo : Belga

Début octobre, la banque Dexia a été découpée en plusieurs morceaux. N’entrons pas dans les « détails » du découpage. Les « détails » ? Par exemple, la forte influence de l’Etat français dans l’affaire. La France est actionnaire du groupe, comme la Belgique et le Luxembourg. Par exemple encore, les administrateurs
de Dexia ont-il pris à temps les bonnes décisions ? La crise de la dette des pays européens a bon dos. Elle ne peut pas servir d’excuse à toutes les erreurs de gestion.
Dans la solution à la crise de Dexia, quelques éléments rassurent et d’autres inquiètent.

Assurances

La solution à la crise de Dexia rassure aujourd’hui pour plusieurs raisons.

D’abord, la banque Dexia ne disparaît pas. Elle est coupée en morceaux. Sans entrer dans les détails, voici quelques éléments du découpage de Dexia. Les Etats (belge, français et luxembourgeois), actionnaires du groupe, achètent des morceaux de la « banque classique ». La « banque classique » ? Pour celles et ceux qui l’auraient oublié, des particuliers, des entreprises, des pouvoirs publics déposent de l’argent dans une banque. Et la banque prête de l’argent, avec intérêts, bien sûr.
En Belgique, l’Etat a donc acheté un morceau de Dexia. On l’appelle maintenant Dexia Banque Belgique. La banque continue donc de fonctionner. Celles et ceux qui ont de l’argent chez Dexia ne doivent donc pas s’inquiéter.

Autre élément qui rassure : l’emploi semble garanti. Et, en Belgique, Dexia Banque est un gros employeur. Dexia emploie plus de 8 000 salariés directs. Avec, en plus, 4 400 personnes qui travaillent dans les agences indépendantes de Dexia.

Enfin, les produits financiers à risque, qui sont invendables aujourd’hui, sont isolés dans une société « à part ». Voilà : le groupe Dexia est démantelé mais il est consolidé.

Inquiétudes

Cette opération a un prix. C’est une des inquiétudes pour l’avenir. D’abord, l’Etat belge achète la banque Dexia pour 4 milliards d’euros. Cela coûte en intérêts et augmente la charge de la dette de l’Etat belge. Et ce n’est pas tout. Les Etats apportent leur garantie pour les produits financiers à risque de la société « à part ». La Belgique garantit 60 % des 90 milliards de ces produits. Comme c’est une garantie, cela peut rapporter de l’argent. A condition que ces produits puissent se vendre un jour à un bon prix. Sauver Dexia coûte de l’argent à l’Etat fédéral de Belgique. Mais cela coûte aussi les communes et les provinces, actionnaires de Dexia à hauteur de plus de 14% avec plus de 260 millions d’actions. Vu la chute de l’action, s’il fallait revendre aujourd’hui ces actions ce serait presque 2 milliards d’euros de pertes pour les communes et provinces. Et de toute façon, en tant qu’actionnaires, les communes ont perdu 575 millions d’euros qui devaient venir des bénéfices de la banque. Les communes dépendent des Régions du pays. Les Régions pourraient donc perdre de l’argent si les communes sont en difficulté. En plus, les Régions vont entrer dans le capital de Dexia. D’où un coût supplémentaire.

Ensuite, on a l’impression d’avoir déjà assisté à la scène du sauvetage de Dexia. C’était en 2008. Les Etats belge et français avaient déjà dû soutenir Dexia. On avait promis alors des changements dans tout le secteur bancaire. La vente de Dexia montre que cela n’a pas été le cas.

Enfin, malgré la solution trouvée pour Dexia, cela alourdit encore le climat financier dans l’Union européenne. Et on peut s’attendre sans doute à d’autres problèmes dans d’autres banques.

3 Messages

  • 14 avril 2012 01:31, par dupont

    c’est l’effet papillon qui fait tomber les petits dominos.
    C’est pas grave, les petites fourmis sont là pour travailler encore plus,on a trop de jeunes vieux qui adorent travailler jusqu’à leur mort.
    Prochaine pub électorale :"Le travail ,c’est la santé"de l’argent pour les pensions ,on ne sait pas où on va le trouver.
    L’assurance pension ,nous allons l’épargner et dessus ,nous serons surtaxé.
    Où va aller notre jeunesse ?This is the big question.J’ai peur pour mes enfants et petits enfants mais je ne leur dis pas.
    Nous nous devons de les encourager ,de les soutenir et de les aimer de toute nos forces.

  • 10 mai 2012 10:40, par Rosalie

    Face à Dexia ,ce n’est pas que des parachutes dorés ,ce sont des parapluies qu’on utilise pour cacher son manque de responsabilité et sa lâcheté.
    Je comprends pourquoi tout cela se discute à huit clos.
    ON NE NOUS DIT PAS LA VERITE !Honte à eux.
    C’est pire ,il n’ont pas d’avis sur la question !
    Les épargants n’ont plus qu’à pleurer

    Certains belges ,des pensionnées pour la plupart ,on investit dans un petit appartement en France,toute leur épargne y est passée et à présent ,on veut taxer lourdement la plus value à ces résidents en cas de vente .
    Le touriste Belge est le meilleur ,il dépense,ilfait bien vivre le commerce,il participe à la vie des endroits touristiques désertés l’hiver,il paie sa taxe de séjour ,il paie son précompte immobilier ,ses charges souvent très lourdes .
    La france est un beau pays mais comparé à ce que propose d’autres sites touristiques,je me demande si celle ci ne va pas se vider telle un parking de super marché un dimanche.

  • 10 mai 2012 10:41, par Rosalie

    Face à Dexia ,ce n’est pas que des parachutes dorés ,ce sont des parapluies qu’on utilise pour cacher son manque de responsabilité et sa lâcheté.
    Je comprends pourquoi tout cela se discute à huit clos.
    ON NE NOUS DIT PAS LA VERITE !Honte à eux.
    C’est pire ,il n’ont pas d’avis sur la question !
    Les épargants n’ont plus qu’à pleurer

    Certains belges ,des pensionnées pour la plupart ,on investit dans un petit appartement en France,toute leur épargne y est passée et à présent ,on veut taxer lourdement la plus value à ces résidents en cas de vente .
    Le touriste Belge est le meilleur ,il dépense,ilfait bien vivre le commerce,il participe à la vie des endroits touristiques désertés l’hiver,il paie sa taxe de séjour ,il paie son précompte immobilier ,ses charges souvent très lourdes .
    La france est un beau pays mais comparé à ce que propose d’autres sites touristiques,je me demande si celle ci ne va pas se vider telle un parking de super marché un dimanche.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0