Accueil > Cahiers > La terre ne peut > Des pubs pour le


Un mouvement appelé Brandalism a remplacé les pubs des abribus par des messages qui montrent que des grandes entreprises partenaires de la COP21 mentent. La radio France Culture leur a consacré un petit reportage. Ecoutez-le. Vous pouvez aussi lire le texte de l'émission. Nous en avons adapté le contenu.

Des pubs pour le climat

L’Essentiel

vendredi 4 décembre 2015

Brandalism est un mouvement anti-pub, décroissant et écologiste britannique. Les activistes de ce mouvement veulent montrer que ces messages publicitaires sont des mensonges. Ils les parodient pour mieux les dénoncer.

Des publicités détournées

L’affiche qui détourne la publicité TOTAL reprend la photo de la vraie publicité du groupe pétrolier. On y voit un homme à bord d’un hélicoptère survolant une installation off-shore qu’il montre fièrement du doigt. Sauf qu’ici, le slogan dit : « Notre philosophie : vous n’avez pas besoin de savoir ».

JPEG - 174 ko
La compagnie pétrolière Total nous cache certaines informations sur son activité

Les marques Volkswagen ou encore Air France ne sont bien sûr pas épargnées par cette campagne de détournement…
Et la campagne montre aussi au public les contradictions des chefs d’État en matière de changement climatique. On a ainsi vu apparaître sur un abribus une photo du premier ministre du Japon (Shinzo Abe). Une centrale à charbon est posée sur sa tête, il baisse les yeux et plisse les lèvres comme s’il était honteux…

JPEG - 135.4 ko
Le premier ministre japonais avec une centrale au charbon sur la tête

Transposant les codes graphiques des publicités des années 1950, une autre affiche, plus humoristique, montre une femme à l’expression catastrophée. Le message dit : « Le changement climatique : ça pique ».

JPEG - 69.7 ko
Une affiche style années 1950, un visage horrifié par le changement climatique

Poétiques et tristes, d’autres affiches représentent une Alice de Walt Disney pas franchement au pays des merveilles : Alice suffoque sous un masque à gaz relié à une bonbonne toxique. Ou encore simplement un petit exercice de conjugaison où l’on peut lire : « Je, tu, il consomme… etc. Et la terre mourra en hurlant ».

Une bataille efficace, pacifiste, réjouissante

Le groupe JC Decaux s’est dépêché à faire retirer les affiches, même si certaines parmi les 600 doivent encore rester ici et là…
Car Brandalism, c’est la contraction de « brand » qui signifie marque en anglais et de « vandalisme ». Même si aucune serrure de panneaux n’a été forcée ou abimée par cette campagne de piratage créatif, la plus importante campagne de détournement réalisée depuis que le mouvement a été créé en 2012.

Nos sociétés sont asphyxiées par la publicité. On peut vous interdire de manifester, de vous rassembler pour penser ensemble, mais on vous encourage en permanence à consommer en masse sans vous poser de question.

Cette bataille des images et des messages est à la fois efficace et pacifiste. Proche de l’Agitprop et du situationnisme, elle exprime, de façon concrète, intelligente et inventive, une révolte, comme l’expliquent les organisateurs, contre l’assaut visuel des géants médiatiques et commerciaux qui ont mis la main sur les messages et les significations portés par l’espace public ». Et pour ça, déjà, disons-le, elle est franchement réjouissante.

Pour voir toutes les affiches qui sont commentées ici, voir notre portfolio

Le site du groupe Brandalism

La vidéo qui montre l’action fausses pub à Paris

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0