Accueil > Cahiers > La Belgique d’après > Des ministres pas


A Bruxelles, le 9 novembre, plusieurs centaines de jeunes ont manifesté contre l’extrême droite et le racisme en Europe. L’extrême droite monte, entre autres, en Grèce et en France. En Belgique, les nationalistes flamands de la NVA sont au gouvernement. La NVA n’est pas un parti d’extrême droite. Mais deux ministres NVA ont eu, sur la collaboration pendant la guerre, les immigrés et les homosexuels, des propos que l'extrême droite pourrait tenir.

Des ministres pas très adroits et... très à droite

Lydia Magnoni

lundi 10 novembre 2014

Téléchargez en bas d’article un exercice et sa correction

On le sait, les nationalistes flamands de la NVA ont eu le plus de voix en Flandre. Dans le nouveau gouvernement belge, plusieurs ministres sont NVA. Ils ont le ministère de l’Intérieur, celui des Finances, celui de la Défense, celui de l’Asile et de l’immigration et celui de la Lutte contre la fraude, Lutte contre la Pauvreté et pour la Recherche scientifique. Dès la mise en place du gouvernement Michel, deux ministres de la NVA ont été mis en cause. Il s’agit de Jan Jambon et de Théo Francken.

Jan Jambon

Jan Jambon est NVA et il est le nouveau ministre de l’Intérieur. Dans une interview, Jan Jambon a déclaré : « Les gens qui ont collaboré avec les Allemands avaient leurs raisons. » Cette petite phrase ambiguë sur la collaboration a créé une certaine émotion. Surtout si on regarde le passé de Jan Jambon.
Dans le passé, en effet, on a vu Jan Jambon à un repas où Jean-Marie Le Pen était à la tribune. Jean-Marie Le Pen est l’ancien président du Front National en France. Un parti d’extrême droite, un parti raciste. En 2001, Jambon a participé à une réunion d’une association d’anciens collaborateurs flamands. Avec des calicots et des chants nazis. Johan Sauwens, alors ministre des affaires intérieures de la Flandre était, lui aussi présent. Et à l’époque, cela avait fait scandale. Et Sauwens avait d’ailleurs dû démissionner de son poste de ministre.

La petite phrase sur la collaboration de Jan Jambon a fait, elle aussi, scandale. Les partis de l’opposition ont demandé sa démission. Jan Jambon s’est quand même excusé devant le parlement. Il a dit qu’on l’avait mal compris. Il a déclaré : « On ne trouvera pas une phrase ou un texte de moi où je défends la collaboration. La collaboration a été une erreur. » C’est vrai Jan Jambon dit que la collaboration a été une erreur. Une erreur pour le mouvement flamand qui défendait à l’époque l’indépendance de la Flandre. Et à cause de cette collaboration, le mouvement flamand a ensuite été en partie isolé dans le monde politique flamand. Mais Jan Jambon ne dit pas clairement que c’était une erreur d’avoir choisi les idées nazies.

Théo Francken

Théo Francken est le nouveau secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration. On lui reproche d’avoir récemment assisté au 90ème anniversaire de Bob Maes. Bob Maes est un ancien collaborateur. Après la Seconde Guerre Mondiale, il a fondé le VMO (Vlaamse militante orde), une milice d’extrême droite flamande.
Du coup, on est aussi remonté dans le passé de Théo Francken. Et on a trouvé ce qu’il disait des immigrés et des homosexuels. Alors que les études montrent que l’immigration est un bénéfice pour notre économie, Théo Francken a mis cela en doute. Il a aussi posté un tweet, il y a un an. On y voit une photo de la Zwarte Piet, une bière d’une brasserie de Bruxelles. Sur l’étiquette de cette bière, un père fouettard. Théo Francken note dans son message : « Zut, même quand on a bu la Zwarte Piet, le père fouettard reste noir. » La brasserie a d’ailleurs dénoncé ce message comme « clairement raciste ».

Autres chose encore : en décembre 2011, Théo Francken dénonçait la politique d’immigration trop « laxiste » en Belgique. Il trouvait aussi qu’il y avait trop de mariages avec de jeunes « importés ». C’est-à-dire des mariages avec des personnes venues d’un autre pays. Ces déclarations inquiètent les démocrates. Et cela les inquiète d’autant plus que Théo Francken est chargé de l’Asile et des Migrations dans le nouveau gouvernement.

Et ce n’est pas tout. Dans un mail de 2007, Théo Francken parle des homosexuels et de ceux qui les persécutent. Il dit « le fait que les homosexuels soient plus souvent agressés à Bruxelles n’a rien à voir avec nous, mais avec les nombreux islamistes et les petits cons de Marocains. »
Et il ajoutait : « Tous les musulmans en dehors de Bruxelles ? Ce serait assez amusant. » Il terminait le message par le symbole du clin d’œil : «  ;) ».

Une grande partie de l’opposition a exigé la démission de Théo Francken pour ces déclarations jugées racistes et homophobes. Comme l’autre ministre NVA, Jan Jambon, Francken s’est excusé devant le parlement pour
« d’anciennes déclarations qui ont blessé ». Il a voulu rassurer en disant qu’il serait le secrétaire d’Etat de tous. Mais il n’a pas convaincu tout le monde…

Et qu’en pense De Wever ?

Bart De Wever, le président de la NVA, était absent au moment du scandale. Il a d’abord dit qu’il ne comprenait pas ces « foutaises francophones » autour de Théo Francken et Jan Jambon. Pour lui, « le PS souffre d’avoir été écarté du pouvoir ».
A son avis, Théo Francken n’a pas fait de faute. Quant à la collaboration :
« Qu’une grande partie du Mouvement flamand, dont je suis un descendant, s’est retrouvée du mauvais côté appartient aux pages noires (de l’histoire). Mais puis-je s’il vous plaît , me concentrer sur les problèmes de ce siècle ou est-ce que je dois continuer à m’occuper des problèmes de la première moitié du siècle passé ? »
Cette réaction du chef de la NVA a choqué. Et pas seulement du côté francophone du pays.
Bruno Tobback, un responsable du parti socialiste flamand, a réagi. Il rappelle à Bart De Wever que le racisme est malheureusement encore un problème de ce siècle.
Une autre personnalité socialiste flamande, le bourgmestre de Gand, regrette que M. De Wever n’ait pas condamné fermement ces actes. « En ne le faisant pas, il les cautionne. » Et il ajoute : « Croyez-moi, ce n’est pas fini. On va peu à peu voir le vrai visage de la NVA qui est un parti où il y a de nombreux extrémistes et racistes venus du Vlaams Belang. »

L’exercice et sa correction

Word - 32.5 ko

Et sa correction

Word - 33 ko

La carte blanche de Bruno Tobback

Une vidéo de la RTBF sur la collaboration

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0