Accueil > Cahiers > La dernière histoire > Compromis à la belge


Compromis à la belge

jeudi 1er novembre 2007

Dans le monde entier, on parle du célèbre « compromis à la belge ». C’est l’art de trouver des solutions qui plaisent à tout le monde ou, du moins, qui donnent à chacun une petite satisfaction. Hélas, ce compromis complique souvent des choses qui n’étaient déjà pas simples. La Belgique est la championne du compromis à cause de son histoire particulière. En effet, à chaque situation difficile, les hommes politiques ont réussi à trouver des solutions pour garder le pays entier. Cette façon de régler les problèmes a permis d’assurer un équilibre malgré les divisions de la société belge. Les solutions ont souvent créé de nouveaux problèmes. Le compromis n’est en effet pas toujours une solution à long terme. Un compromis est le résultat de négociations, souvent secrètes. Au cours de ces discussions, les parties en jeu ont échangé menaces et promesses. Un compromis est donc aussi le résultat d’un rapport de force. Or, les rapports de force peuvent changer. Le compromis devient très fragile quand une ou plusieurs des parties préfèrent l’absence de solution. En plus, un compromis conduit parfois à des décisions insensées ou injustes.

2 Messages

  • 30 août 2010 12:15, par Sibi

    Compromis à la Belge = "compromis" à sens unique, l’un des partis faisant des efforts, l’autre non... résultat : pas de compromis, pas de solution !

  • 2 mai 2012 07:58, par la joie

    J’espère que nous n’allons pas copier l’ambiance de France,Gauche contre droite,nord contre le sud ,est contre ouest,pour ou contre tout ce qui apporte des voix et l’attention des médias :"crimes odieux,enterrements,goulougoulou party,star academy..."
    Pour la fête du travail ,il aurait tellement été noble de marcher tous ensemble sans aucune couleur politique,une sorte de marche blanche du travail pour démontrer que nous devrions avant tout discuter et faire de bons compromis à la Belge afin de faire face à la situation socio économique catastrophique.
    J’ai vu des chaperons rouges avec un robin des bois habillé de vert d’un côté et des schroumfs bleus de l’autre côté qui tiraient la couverture chacun de leur côté en s’inventant des insultes en vue des prochaines élections communales.Quel triste spectacle.
    L’ode aux frontières est un appel à l’amitié et aux multiples échanges respectueux
    La frontière des finances est une LIGNE ROUGE qu’il ne faut pas dépasser sinon elle traverse le miroir vers un monde iréel.C’est ce qu’"ils" ont fait !
    C’est cette ligne rouge qu’il fallait surveiller.
    L’unité fait la force,vaudrait mieux agir dans ce sens ,cela se fait déjà dans quelques coins du monde ce qui fait la différence,c’est le but à atteindre !Je rêve que ce soit pour le bien être de l’humanité comme un hôpital bisousnours merveilleux.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0