Accueil > Cahiers > Nord/Sud > Citoyens de tous


Citoyens de tous les pays, unissez-vous !

Mondialisation

lundi 1er janvier 2007

Au Nord et au Sud, des mouvements luttent contre les inégalités en général. L’inégalité la plus forte est l’inégalité Nord/Sud. Les mouvements veulent un autre monde. Ce sont les altermondialistes. Le mouvement altermondialiste rappelle un peu le tiers-mondisme des années 1960 et 1970. Mais le monde a changé.


Photo : Belga

Un autre monde est possible. C’est ce que pensent les altermondialistes. Qui sont les altermondialistes ? Des militants politiques de gauche et d’extrême gauche, des défenseurs de l’environnement, des syndicalistes, des féministes, des militants d’association pour la paix, pour l’éducation, pour la santé. Il y a des altermondialistes au Nord et au Sud de la planète. Ils se réunissent dans des forums sociaux. Des endroits où l’on parle : « Comment va le monde ? Que faut-il faire pour le changer ? Comment résister ?. » Ils manifestent aussi, quand les dirigeants des pays riches se rencontrent, quand il y a des sommets de l’Union européenne ou de l’OMC, quand il y a des guerres, ...

Un autre monde

Qu’est-ce qui rassemble les altermondialistes. Au Nord et au Sud de la planète, ils s’opposent à la politique néolibérale qui fait des dégâts dans le monde entier. Cette politique veut laisser faire le marché économique et financier, abandonner les services publics, rendre les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Les altermondialistes veulent un autre monde. Un monde plus juste. Un monde qui protège l’environnement et les Droits de l’Homme. Un monde plus démocratique.

Comment construire cet autre monde ? Ils proposent une taxe sur les mouvements d’argent qui ne profitent pas à l’économie pour servir au développement du Nord et du Sud. Ils veulent défendre et développer les services publics de santé, d’éducation. Ils veulent imposer aux entreprises des règles autres que le profit. Ils veulent lutter contre l’impérialisme américain. Bref, le mouvement altermondialiste est un mouvement de lutte contre toutes les inégalités. Et l’inégalité la plus forte, la plus criante, est l’inégalité Nord/Sud. L’inégalité Nord/Sud montre bien aussi que l’on est dans un système mondial, que tout est lié qu’on le veuille ou non. L’altermondialisme rappelle, en cela, le tiers-mondisme.

L’internationale

En 1945, après la seconde guerre mondiale, il y a deux mondes. Le monde capitaliste avec l’Europe de l’Ouest et les puissants Etats-Unis d’Amérique. Et le monde socialiste avec les pays d’Europe de l’Est avec la puissante Union soviétique. Deux blocs, deux mondes. Mais les effets de la seconde guerre mondiale se font sentir en Asie et en Afrique. Les peuples d’Asie et d’Afrique exploités, dominés, colonisés par les pays d’Europe de l’Ouest veulent se libérer. En 1945, la décolonisation commence. L’Inde, l’Indonésie, la Birmanie deviennent indépendantes. En Afrique, l’Egypte est indépendante en 1954. Et elle veut aider les autres pays arabes à se débarrasser des Européens.

C’est la fin des empires. Fin de l’empire néerlandais, britannique, français, belge et portugais. C’est la naissance d’un troisième monde, ce que l’on appellera le « tiers-monde ». Dans un article extraordinaire, un Français Alfred Sauvy, l’avait bien vu. Il écrit, dès 1952 : « Car enfin ce tiers-monde ignoré, exploité, (...) veut, lui aussi, être quelque chose. » Dans les années 1950, les dirigeants des nouveaux pays indépendants du tiers-monde se réunissent. Ils veulent moderniser leur pays, une société plus juste, un monde plus juste et un nouvel ordre économique international. L’Union soviétique et la Chine communiste soutiennent le mouvement. En 1959, la révolution triomphe à Cuba avec Fidel Castro et Che Guevara. L’espoir d’un monde nouveau naît aussi en Amérique latine. Un internationalisme nouveau apparaît.

Et demain

Dans les années 1960, l’ennemi n’est plus le pays colonial européen mais l’impérialisme des Etats-Unis. En effet, les Etats-Unis n’apprécient pas ce tiers-monde. Ils y voient la menace communiste chinoise et soviétique et la remise en cause de leurs intérêts économiques et militaires. Le tiers-monde est devenu quelque chose. Non seulement pour les peuples pauvres du Sud mais aussi pour beaucoup de gens du Nord.

Face aux injustices du monde occidental, le tiers-monde montre une voie originale. Ce sera le tiers-mondisme. Les peuples du Sud affirment leur droit à disposer d’eux-mêmes et de leurs richesses naturelles. Dans les pays du Nord, partis de gauche, syndicats, associations, espèrent ce monde plus égalitaire. Mais à la fin des années 1980, la fin du bloc socialiste et puis la fin de l’Union soviétique marquent aussi la fin du tiers-monde et la fin des espoirs du tiers-mondisme. L’idée de peuple n’est plus très à la mode. L’individu, le citoyen, est à l’honneur. Ce sont ces citoyens que le mouvement altermondialiste espère regrouper pour que le monde change... demain ?

Thierry Verhoeven

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0