Accueil > Cahiers > Pauvre de nous (...) > Calculer la pauvreté


Calculer la pauvreté

dimanche 1er mars 2009

En Belgique, le seuil de pauvreté est fixé à 860 euros pour un isolé. Mais mesurer la pauvreté, ce n’est pas un calcul exact. Ainsi, par exemple, un isolé qui touche 1 200 € est au-dessus du seuil de pauvreté. Mais il peut quand même avoir de grosses difficultés à joindre les deux bouts. Par exemple, s’il doit payer un loyer de 650 €, loyer courant à Bruxelles.

Dans notre pays, comme dans la plupart des pays développés, on utilise une mesure relative pour fixer le seuil de pauvreté. Pour calculer ce seuil de 860 euros, on prend 60% du revenu médian. Cette mesure est relative parce qu’elle dépend du revenu des autres habitants du pays. Si le revenu médian diminue, le seuil de pauvreté diminue aussi. Et cela n’améliore pourtant pas la situation de la personne pauvre.

Il existe dans le monde d’autres conventions pour mesurer la pauvreté. Le PNUD, le Programme des Nations Unies pour le Développement, utilise par exemple, une valeur absolue de 2$ par jour (en 2002). Le PNUD utilise aussi d’autres indicateurs pour mesurer la pauvreté : l’espérance de vie, le niveau d’instruction, les conditions de vie. Les indicateurs de la pauvreté sont différents dans les pays développés et dans les pays en développement.

1. Le revenu médian et le seuil de pauvreté : définitions

Lorsque tous les revenus sont classés du plus petit au plus grand, le revenu médian est la valeur qui se trouve au milieu. Par définition, 50% des observations sont inférieures à la valeur moyenne et 50% supérieures. Le revenu médian n’est pas la même chose que le revenu moyen. Le revenu médian est beaucoup moins influencé par les extrêmes dans les réponses que le revenu moyen. Le seuil de pauvreté est fixé à 60% du revenu médian. C’est une convention commune à tous les pays de l’Union européenne.

2. En Belgique

Pour une personne isolée
Le revenu médian est de 17 194 € par an soit 1 433 € par mois. Le seuil de pauvreté est de 60% de 17 194 € par an soit 10 316,44 € par an, soit 860 € par mois

Pour un ménage
Pour calculer le seuil de pauvreté des ménages, on ne va pas multiplier ce chiffre de 860 € par le nombre de membres du ménage. On part du principe que les membres d’un ménage partagent les charges et les dépenses. On va donc attribuer à chaque membre un facteur qui représente le « poids » à l’intérieur du ménage. Ce poids sera de 1 pour le chef de famille, de 0,5 pour le deuxième adulte du ménage et de 0,3 pour chacun des enfants (<14 ans). Le seuil de pauvreté d’un ménage composé de deux adultes et de deux enfants de moins de 14 ans se calcule donc en multipliant le seuil des personnes isolées par la somme des facteurs de chacun des membres du ménage : 1 +05+03+0,3= 2,1 (10 316,44 € X 2,1=21 664,52 € soit 1 805 € par mois). En Belgique, environ 1 470 000 personnes sont sous le seuil de pauvreté soit 14,7% de la population totale.

3. Union européenne

La Belgique obtient de moins bons résultats que les pays voisins avec lesquels elle a une frontière. Le risque de pauvreté s’élève à 10% aux Pays-Bas, 13% en Allemagne et en France et 14% au Luxembourg. En tête du peloton des pays européens, la Tchéquie (10%) devant le Danemark, la Slovénie, la Slovaquie et la Suède (12%). En bas du classement, la Lettonie (23%), la Grèce (21%), la Lituanie, l’Espagne et l’Italie (20% dans ces trois pays).

14 Messages

  • 17 mars 2009 19:30, par Anonyme

    J’ai apprécié dans le "1. Le revenu médian et le seuil de pauvreté : définitions" le schéma qui expliquait bien clairement le calcul en France. Très utiles pour les personnes non adeptes de maths !!!

  • 29 novembre 2009 19:46, par destryker samantha

    on calcule le seuil de pauvreté mais que fait-on pour pour changer les choses, à part augmenter les taxes, augmenter les salaires des ministres qui, il me semble,sont cher payer pour nous pondre des lois qui ne servent à rien.
    ON cherche des locaux pour les sans papiers, mais que fait-on pour les belges qui n’ont plus de domiciles causes de toutes ces taxes et toutes ces sociétés qui ne savent plus garder leurs personnels. Que nos chers ministres reflechissent un peut à tout ça et qu’ils prennent la place de qlq’un qui n’a que 860 euros pour vivre juste pour voir comment ils vont réussir à vivre décemment

  • 22 janvier 2010 17:15, par G.A.

    Comment tient-on compte des différences induites par les propriétés ? Est-ce qu’elles sont ajoutées aux revenus du ménage ?
    p.ex :
    couple 1 : habite en ville dans un appartement et paye un loyé ; revenu 1000/mois

    couple 2 : habite à la campagne dans une maison avec jardin potagé et ne paye pas de loyé ; même revenu de 1000/mois (tient-on compte du revenu cadastral ? de la production propre de fruits et légumes)

  • 15 mars 2010 20:17, par Jacques DELOBELLE

    C’est vrai que les données variables comme le loyer, les taxes locales, l’usage d’un véhicule, jouent un rôle dans l’évaluation des revenus minimums nécessaires. Mais vouloir quantifier au plus juste est le défaut majeur de la politique actuelle, qui laisse plus que simplement l’impression que le Citoyen doit profiter du strict minimum , un peu coimme si les gouvernants lui sussuraient à l’oreille : "De l’argent ? mais vous n’en avez rien à faire, ce n’est pas pour des rufiants !L’argent est pour les gens sérieux, pas pour la populace !"... Vous pensez que j’exagère ? Le résultat est là, même en chiffres ! d’après une enquête simple que j’ai effectuée, le revenu minimum hors taxes est d’un minimum de 24650 € par an, en ne comptant même pas les fournitures scolaires et les loisirs. Ce chiffre est obtenu en calculant les MOYENNES dans tous les postes inévitables de la vie courante pour une famille de 2 adultes et 2 enfants, en achetant un maximum dans les magasins "hard discount" très connus. Et les Indépendants, qui sont paraît-il pour 3/4 sous le seuil de pauvreté ? parce quelques-uns s’enrichissent en faisant du noir ou des méthodes commerciales "limite", on les met tous dans le même sac.Pourtant, si on instaurait les "micro-entreprises" comme en France, quelques-uns des malheureux salariés rejetés par les grandes entreprises sans beaucoup d’espoir de retrouver un emploi pourraient repartir dans la vie avec l’"auto-emploi". Mais travailler, gagner sa pitance n’est pas bien vu par les politiques si il n’y a pas de gros prélèvements à la clé....

  • 18 septembre 2010 15:32, par Suzanne Morren 64 ans

    Veuve, pensionnée par obligation à 62 ans et isolée.
    Mon mari avait une carrière complète d’indépendant, j’ai une carrière prof. de 16 ans indép + 14 ans employée.
    Je touche 875 € par mois. je suis vipo comme on disait.
    Ma vie passée fait que actuellement je dois payer mon loyer, + charges et rouler en voiture pour ma liberté et aussi pour faire le taxi nécessaire à mes petits-enfants
    Pour me protéger et surtout mes enfants, je crois nécessaire de payer péniblement une ass. hospitalisation.
    J’ai peut-etre trop d’amour propre, mais je suis pas à plaindre.
    Nous avons les politiciens que nous, les belges, avons élus.
    Merci pour votre lecture.

  • 12 décembre 2010 18:20, par Pascal Derenne 52 ans

    J’ai réalisé le calcul pour ma famille de quatre personnes partant du principe qu’un enfant de plus de 14 ans comptait pour un adulte, résultat 2150 € !!! Ouf, j’y suis tout juste !!! Si depuis dix ans je n’avais cessé de passer des examens de promotion interne, je gagnerais 600€ de moins…

    J’ai également réalisé un autre calcul : « Voyons si les membres de ma famille de 4 personnes disposent des 38€ par jour que coûte chaque demandeur d’asile en Belgique. 38€X4 personnesX30 jours= 4560 € ! » No comment !!!

  • 9 mars 2011 09:10, par Christianedh

    Mais à quoi à droit une personne pensionnée qui est juste au niveau du seuil de pauvreté càd €850/mois ?

  • 11 octobre 2011 22:55, par Francis

    Quand les bases d’un calcul ou d’une réflexion sont erronées, le résultat ne peut que l’être également. Sur La Une, on a vu que des personnes arrivent à vivre avec 60 euros par mois pour leurs déplacements (vélo), nourriture, vêtements, etc mais hors logement et hors technologie moderne.

    Comment expliquer que des assistés puissent vivre en ayant toutes les dernières nouveautés technologiques et qu’à contrario une veuve, dont le défunt mari a participé à la vie économique de son pays au travers notamment de ses impôts, arrive tout juste à survivre avec une pension minimaliste ?

    Tout simplement parce que les modes de calculs et les principes d’octroi des aides sociales comme les principes de calculs des salaires et pensions sont sans logique ...

    Comment admettre une si faible différence de revenu entre la pension minimale d’un travailleur qui a cotisé toute sa vie et les allocations de chômage d’un chômeur à vie ?

    Mais une partie de ces inégalités sont électoralement voulue en faveur, in fine, des élus des anciens bassins industriels de notre wallonie dévastée ...

  • 28 octobre 2011 15:31, par Patrick

    MOI:34 ans d’occupation 27 en qualité de travailleur 7 en pére au foyer
    MADAME : 20 années d’indépendante stoppée pour raison de santé et 14 ans de mère au foyer.
    Résultats : 1200€ par mois + 185€ AF pour notre dernier enfant
    Les 20 ans de Madame 0€
    Moi 1175€(chômage)
    Loyer 650€
    Elec 105€
    Eau 26€
    Chauffage 105€
    TV/Tel/Int 54.21€
    As Incendie 32€
    As Auto19€
    Soit 991€
    Reste 186.79€

    On mange à 3 soit : 61.26/mois soit 2.04€/jour par personne
    Et, plus de vie sociael car pas les moyens même d’aller sur un manège.

    Bon entendeur Salut

  • 11 novembre 2011 00:53, par sandrine

    Moi aujourd’hui,je suis a zero donc je suis ou car suites a plusieurs erreurs des assedics emanant pas de moi ben j’ai droit à zero avce 4 enfants à charge
    alors vive le france,terre d’accueil.................

  • 18 novembre 2011 11:22, par Clara

    Cet article est très intéressant mais il manquerait peut-être un élargissement de "comment calcul-t-on la pauvreté" aux autres pays européens.. Si qqun a une idée ou un lien à me communiquer, je suis preneuse !

  • 20 décembre 2011 12:56, par vermeiren

    un monde de survie ,au usa pas de chomage ,pas de pension a vous de vous debrouillé travaillé , epargné ,et avoir une bonne santé ,sinon vous vivré dans un monde de pauvreté ,vie de pauvreté, et mourir dans la pauvreté....
    j’ai 450€ fix cohabitant et facture payé mais je sais plus mangé,jai travailléz a 17 ans depuis 35 ans jai 52 ans plus moyens de trouvé du travail ,et bientot plus de chomage , nouvelle loi belge pour les chomeur 3ans limit et exlu apres ...en prison nourri ,logé et au chaud sans avoir de responsabilité

  • 4 février 2012 00:29, par stephane

    voila je vie seule je gagne en moyenne 1350€a1450€ par moi
    570€ d’aide alimentaire pour mon ex épouse
    218€ financement cuisine
    231€ financement voiture
    124€ contribution
    55€ Electricité
    45€ eau
    190€ assurance voiture et maison
    55€ tv tel.int.
    je ne compte mémé pas me chauffer nourriture carburent voiture ect...

    voila la décision du tribunal de namur apprêt divorce

  • 7 mars 2012 11:59, par Anne

    mon mari et moi avont comme salaire 2541,70Euros pas mois, avec 5 enfants à charge. Comme je suis aide familiale je suis obligée d’avoir une voiture la seule du menage et ce que me donne la société pour mes frais de voiture ne couvre pas mes frais reels. Quand j’ai tout payé meme si on rajoute les allocations familiale on est loin du revenu median. J’ai deja fait des calculs et si je revendais la voiture et que mon mari passait chef de menage au chomage voir meme au cpas grace à tous les avantages socieaux que l’on aurait on vivrait presque mieux si pas mieux qu’en travaillant. Cherchez l’erreur.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

SPIP | Squelettes & Graphisme: Banlieues | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0